La course aux jouets, comment en faire un achat responsable ?

Sarita Modmesaib
Le 26/11/2019

 

Le panel est impressionnant et nous pouvons parfois nous sentir désemparés face à la profusion de nouveaux articles proposés chaque année. (Image : Pixabay)
Le panel est impressionnant et nous pouvons parfois nous sentir désemparés face à la profusion de nouveaux articles proposés chaque année. (Image : Pixabay)

 

À l’approche de décembre, commence la grande tradition (et parfois le stress) des achats de Noël, destinés en partie aux enfants de notre entourage.

Poupées, jeux de société et de construction, figurines, livres, jeux vidéo… le panel est impressionnant et nous pouvons parfois nous sentir désemparés face à la profusion de nouveaux articles proposés chaque année.

Bien que le moyen le plus simple soit de demander à l’enfant ce qu’il aimerait recevoir à Noël, sa réponse peut nous faire nous interroger quant aux éventuels avantages de cet achat, d’un point de vue éducatif, festif, tendanciel, mais aussi financier, écologique ou même humanitaire.

Voici quelques pistes permettant de mieux appréhender l’univers des jouets et des  jeux.

 

Pas de surprise si, année après années, certains articles sont toujours présents.
Pas de surprise si, année après années, certains articles sont toujours présents. (Image : Pixabay)

 

Des jouets indémodables dérivés de films et séries à succès

Les magasins de jouets et sites de ventes sont de plus en plus nombreux à publier un top 10 des jouets les plus vendus, généralement dès la mi-décembre.

Pas de surprise si, année après année, certains articles sont toujours présents, défiant les modes et les tendances, véritables institutions du jeu chez nos petits Français.

C’est le cas de la poupée Barbie, qui a récemment fêté ses 60 ans, sans pour cela prendre une ride ! Avec ses nombreux accessoires, elle séduit toujours un bon nombre d’enfants, et cette année encore, le camping-car, l’avion de rêve ou la licorne de la célèbre poupée mannequin risquent fort de se retrouver sous le sapin.

Comme autres jeux indémodables, les Legos ou les Playmobil sont incontournables : tous les deux ont débarqués en France dans les années 70, l’un avec ses briquettes de construction emboîtables provenant du Danemark, et l’autre, avec ses petits bonhommes articulés en provenance d’Allemagne ;  tous les deux auront contribué à éveiller la créativité et la dextérité de presque deux générations d’enfants…

Aujourd’hui, la concurrence en matière de jeux de construction fait rage, ceux-ci se déclinant sous diverses formes, à l’image des sets Jecka ou du jeu Piks, plébiscités par des parents lors de la cérémonie des « Etoiles du jouet », opération réalisée lors des salons Kidexpo par la Fédération Française du Jouet et récompensant les jeux et jouets préférés des familles et … des médias.

Mais, la mode issue des grandes productions cinématographiques, des séries télé ou des cours de récré les rattrape. La toupie Beyblade est, depuis déjà quelques années, la star des tournois de récré, tandis que d’autres « craquent » pour les mini poupées des Polly Pocket à habiller et accessoiriser à l’infini…

Cinéma oblige, les figurines, jeux et accessoires de « La Reine des neiges 2 », « Toy Story », les héros des Avengers ou encore du plus célèbre des sorciers, « Harry Potter », sont présents dans toutes les têtes, chez les petits comme chez les grands.

Chez les plus petits, les peluches interactives ont la côte ; elles sont conçues pour communiquer avec l’enfant, lui réclamant tendresse, nourriture et attentions, et lui  procurant douceur et câlins. Presque plus vrai que nature, l’ourson curieux Cubby de la gamme Furreal est ainsi équipé de capteurs qui réagissent aux câlins par des mouvements et des babillages qui occuperont toute l’attention de leur petit propriétaire…

Saluons le retour des jeux de société, signe évident d’un désir de renouer des liens concrets en famille ou entre amis : outre sa version traditionnelle, le Monopoly existe maintenant dans de multiples versions, « Game of Throne », « La Reine des Neiges » ou encore « Voice Banking » qui propose un système de reconnaissance vocale… L’émission culte d’Alain Chabat, Burger Quizz, peut maintenant se pratiquer à la maison sous forme d’un jeu de société qui saura garder l’ambiance du plateau télévisé !

Votre ado aime les énigmes, les intrigues à dénouer ? Les très populaires Cluedo et Qui est-ce ? sont maintenant rejoints par de nombreux autres concurrents. Sherlock Holmes, Jamaïca, ou encore Mysterium sont autant d’univers différents qui passionneront les adeptes des jeux d’enquêtes ou des escape games.

 

La tendance du bois revient en force, avec des jouets fabriqués en France, notamment dans le Jura, ou même en Europe.
La tendance du bois revient en force, avec des jouets fabriqués en France, notamment dans le Jura, ou même en Europe. (Image : Pixabay)
 

Les jouets, des achats responsables ?

L’achat d’un jouet n’est pas anodin, car il sera un partenaire privilégié pour votre enfant,  une source d’inspiration et de distraction, participant directement ou indirectement à son développement et son éducation.

Alors, si les jeux dits éducatifs constituent un apport direct pour l’ apprentissage scolaire, les autres jouets portent aussi une charge éducative et affective.

Pour les plus grands notamment, les jeux vidéo, très tendances, sont des « incontournables ». Avec les tablettes, téléphones mobiles et autres écrans, ceux-ci prendront parfois « trop de place » dans la vie de ces jeunes qui quittent difficilement leurs écrans pour revenir à la vie réelle. Vie de famille, amis, école, et parfois même sommeil et nourriture passent alors à la deuxième place… On parle alors de dépendance, avec tous les risques que cela comporte pour un cerveau et un système nerveux encore en formation… Il revient donc aux parents d’établir très tôt des limites de temps et d’organisation quant à l’usage de ces jeux et appareils.

Un achat responsable passe aussi par l’impact écologique et humanitaire qu’implique la production de ce jouet. Face au plastique, qui contient des phtalates très toxiques et aux matériaux qui peuvent aussi imprégner le produit, la tendance du bois revient en force, avec des jouets fabriqués en France, notamment dans le Jura, ou même en Europe.

En plus de l’utilisation d’un matériau noble, la provenance européenne sera aussi un gage de fabrication respectueuse des droits humains.

 

Alors, pour toutes ces raisons, cela vaut la peine de réfléchir à l’origine d’un jouet et à l’usage qu’en fera son heureux propriétaire.
Alors, pour toutes ces raisons, cela vaut la peine de réfléchir à l’origine d’un jouet et à l’usage qu’en fera son heureux propriétaire. (Image : Pixabay)

 

En effet, outre la toxicité potentielle du jouet en plastique pour l’enfant, s’il est aussi fabriqué dans des pays où les droits de l’homme ne sont pas respectés, la joie de votre enfant peut-elle dépendre de la souffrance morale ou physique de celui qui aura fabriqué ce jouet ?

En Chine, le gouvernement exploite encore des prisonniers politiques ou de conscience dans des « laogai », ou camps de « rééducation par le travail » où ils subissent un lavage de cerveau, mais aussi dans des camps de travaux forcés où des innocents sont forcés de travailler parfois plus de 15 heures dans des conditions sanitaires inimaginables.

Dans d’autres pays asiatiques, adultes et enfants travaillent aussi dans des conditions extrêmes, pour des sommes dérisoires.

En outre, si l’usine de fabrication ne respecte pas les normes de rejet de ses déchets, les eaux usées et les fumées toxiques vont se déverser dans la nature ; à cela s’ajoute l’usage excessif d’eau et d’énergie nécessaires à la production de plastique.

Alors, pour toutes ces raisons, cela vaut la peine de réfléchir à l’origine d’un jouet et à l’usage qu’en fera son heureux propriétaire.