Press "Enter" to skip to content

Monde. La police de New York accusée de collecter secrètement l’ADN de milliers de New-Yorkais

ACTUALITÉ > Monde

La Legal Aid Society de New York a déposé un recours collectif fédéral accusant le département de police de New York (NYPD) de collecter clandestinement l’ADN de milliers de New-Yorkais et de le stocker indéfiniment dans une base de données.

Selon la plainte déposée lundi devant un tribunal fédéral de Manhattan, la police de New York prélève l’ADN à partir des bouteilles d’eau, des cigarettes ou des chewing-gums offerts lors des entretiens avec les suspects.

Le 22 mars, dans un publication Facebook annonçant l’action en justice, la société a écrit : « Pendant des décennies, la police de New York a utilisé des tactiques malhonnêtes pour obtenir l’ADN des New-Yorkais, y compris ceux âgés d’à peine 11 ans, en offrant des bouteilles d’eau ou des cigarettes à nos clients détenus dans les commissariats locaux. »

La plainte indique que la police de New York collecte le matériel génétique, le stocke et le catalogue dans un « fichier de suspects », puis soumet les profils ADN des personnes à une « identification génétique qui compare les profils à toutes les preuves ADN passées et futures des scènes de crime, le tout sans l’obtention de mandat ou d’ordonnance du tribunal pour effectuer ces recherches ».

Dans un communiqué de presse, Phil Desgranges, l’avocat superviseur de la Legal Aid Society, a déclaré : « Des milliers de New-Yorkais, dont la plupart sont noirs et bruns, et dont beaucoup n’ont jamais été condamnés pour aucun crime, se trouvent illégalement dans la base de données ADN de la ville, qui traite les gens comme des suspects dans chaque crime impliquant l’ADN. »

Le recours collectif a été intenté par deux clients de l’aide juridique qui affirment que leur ADN a été recueilli et conservé sans leur consentement. Les accusés nommés dans le procès sont le médecin légiste en chef de la ville ainsi que plusieurs hauts responsables de la police.

Nicholas Paolucci, porte-parole du département juridique de la ville, a annoncé le 22 mars que la police de New York réexaminait le procès.

Le bureau du médecin-chef a déclaré dans un communiqué que « La base de données ADN locale est conforme à toutes les lois applicables et est gérée et utilisée conformément aux normes scientifiques les plus élevées établies par des organismes d’accréditation indépendants qui ont régulièrement réapprouvé l’existence de la base de données ».

Dans une autre déclaration sur la question, le sergent Edward Riley, porte-parole de la police de New York, a indiqué : « Les enquêtes et les tactiques de la police de New York, y compris le prélèvement d’ADN, sont guidées par ce qui est autorisé par la loi, la riche jurisprudence des tribunaux et les meilleures pratiques de la communauté des forces de l’ordre. »

Edward Riley a justifié cette pratique en expliquant que l’ADN recueilli permet d’« identifier légalement le bon auteur » et de « constituer le dossier le plus solide possible pour les enquêteurs et nos partenaires des différents bureaux du procureur, mettre un terme aux victimes et à leurs familles ».

La Legal Aid Society a déclaré que la ville avait promis de réduire la taille de sa base de données ADN, affirmant qu’elle « ne fait que croître ».

« Nous intentons un procès pour mettre fin à ces pratiques illégales une fois pour toutes », a déclaré la société.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.