Press "Enter" to skip to content

Monde. Liberté individuelle : la Floride interdit le passeport vaccinal

ACTUALITÉ > Monde

Le 2 avril,  Le gouverneur républicain de Floride Ron DeSantis
a interdit par décret le passeport vaccinal. (Image : wikimedia
/ Federal Government of the United States of America / Domaine public)
 

Le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, a déployé les efforts de son administration pour résister à la tendance nationale en ce qui concerne les mesures de surveillance face au coronavirus, en signant le 2 avril un décret interdisant les passeports vaccinaux dans son État.

Le décret stipule que « l’exigence de passeports vaccinaux dits Covid-19 pour prendre part à la vie quotidienne - comme assister à un événement sportif, fréquenter un restaurant ou aller au cinéma - créerait deux classes de citoyens basées sur la vaccination », et qu’« Il est nécessaire de protéger les droits fondamentaux et la vie privée des habitants de la Floride et la libre circulation du commerce dans l’État. »

Le décret interdit à toute agence gouvernementale, à quelque niveau que ce soit en Floride, de délivrer des « passeports vaccinaux »  ou tout autre document attestant qu’une personne a reçu un vaccin contre la Covid-19. Il interdit également aux entreprises de demander à leurs clients de présenter des documents attestant de leur statut vaccinal.

« Il est totalement inacceptable que le gouvernement ou le secteur privé vous impose l’obligation de présenter une preuve de vaccination simplement pour participer à la société normale », a déclaré Ron DeSantis lors d’une conférence de presse le 29 mars.

Ron DeSantis a ordonné à toutes les agences de l’État de veiller à assurer le respect de l’ordonnance. Les entreprises qui ne se conforment pas au règlement perdront les subventions et les contrats délivrés par l’État de Floride.

(Image : Capture d’écran / Twitter)
(Image : Capture d’écran / Twitter)
 

« Vous voulez aller au cinéma ? Est-ce vous devrez montrer ça ? Non. Vous voulez prendre l’avion, ou vous voulez faire ceci ou cela … », cela va au-delà de ce que nous avons jamais fait dans ce pays, sans aucun doute », a déclaré le gouverneur.

« Nous n’allons pas le faire. Ce serait une expansion sans précédent, je pense, d’utiliser cela à la fois avec le pouvoir public ou privé, et c’est pourquoi je pense que les entreprises ne devraient pas être autorisées à le faire non plus, parce que je pense que cela nous met simplement sur une pente glissante et je pense que cela finira dans une situation que nous regretterons à l’avenir. »

Le 28 mars, le Washington Post a publié un article révélant une présentation du bureau de la National Coordinator for Health Information Technology, intitulée Covid-19 Vaccine Credentials Discussion, où le directeur Micky Tripathi indiquait que les passeports vaccinaux à l’échelle nationale allaient arriver en Amérique : « À mesure qu’une plus grande partie de la population se fait vacciner, la preuve de l’immunisation deviendra probablement une forme majeure, sinon la principale, de validation de l’état de santé. »

Dans sa diapositive de présentation, Micky Tripathi a utilisé un verbiage spécifique préconisant « des cas d’utilisation pour les activités quotidiennes plutôt que de simples contrôles internationaux aux points d’entrée », avant d’ajouter que l’installation de passeports vaccinaux, un système qui fonctionne essentiellement comme le score de crédit social de la Chine communiste, deviendrait la nouvelle norme en raison des grandes entreprises, « Cependant, les tendances actuelles suggèrent que les certificats de vaccination pourraient néanmoins devenir une exigence de facto imposée par le marché pour le retour d’un individu à ses activités quotidiennes. »

Ron DeSantis a été l’un des premiers gouverneurs à fuir la tendance des mesures relatives au coronavirus SRAS-CoV-2  en abolissant, en mars, le mandat de l’État concernant les masques et en supprimant les amendes émises par les forces de l’ordre pour les infractions au règlement Covid-19.

Début mars, Ron DeSantis a également pris des mesures pour réprimer l’infiltration du Parti communiste chinois (PCC) au sein du  gouvernement et des entreprises de Floride. Ce changement de cap dans la politique de l’État est intervenu immédiatement après la convention annuelle des Républicains, la Conservative Political Action, Conference, CPAC Conference, CPAC (Conférence sur l’action politique des conservateurs) qui s’est tenue à Orlando le 28 février, au cours de laquelle les questions relatives à l’installation du socialisme par l’administration Biden et le Parti démocrate, et à la menace que représente le PCC ont été fortement discutées, au cours du week-end.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.