Press "Enter" to skip to content

Monde. La Chine reste la plus grande prison de journalistes au monde

ACTUALITÉ > Monde

Reporters sans frontières (RSF) vient de publier son classement annuel mondial de la liberté de la presse 2021, révélant que le Parti communiste chinois (PCC) demeure l’un des plus grands persécuteurs au monde pour les défenseurs de la liberté de la presse et de l’information. RSF a classé la Chine au 177ème rang sur 180 nations, devant seulement trois pays : le Turkménistan, la Corée du Nord et l’Érythrée.

Selon l’Index, le PCC a fait emprisonner 120 journalistes, dans des conditions décrites par RSF comme constituant « une menace pour leur vie. » RSF s’inquiète de l’utilisation massive par le PCC des nouvelles technologies, pour un contrôle total de la parole et de l’information dans le pays. « En faisant un usage intensif des dernières technologies, le président Xi Jinping a réussi à imposer un modèle social basé sur le contrôle des nouvelles et de l’information et la surveillance des citoyens. »

Le rapport met l’accent sur le contrôle par le PCC du récit autour de l’épidémie de SRAS-CoV-2 qui, probablement, provient de l’Institut de virologie de Wuhan, le seul laboratoire de biosécurité de niveau 4 en Chine. « Le gouvernement a également resserré son emprise sur les réseaux sociaux, censurant de nombreux mots clés liés au coronavirus. La répression à l’encontre des correspondants étrangers s’est durcie, 16 d’entre eux ayant fait l’objet d’une expulsion depuis le début de l’année. »

Les journalistes étrangers subissent une pression intense de la part du Parti communiste chinois (PCC), ce qui rend difficile l’exercice de leur métier. (Image : wikimedia / Jgillespie8 / CC BY-SA 3.0)

« L’Administration du cyberespace de Chine (CAC), une agence supervisée personnellement par Xi Jinping, a déployé un large éventail de mesures visant à contrôler les informations accessibles aux 989 millions d’internautes chinois », indique l’organisation dans une section dédiée à la censure et à la désinformation sur la pandémie de Covid-19 dans la région Asie-Pacifique.

« Grâce à son utilisation massive des nouvelles technologies et à une armée de censeurs et de trolls, Pékin parvient à surveiller et à contrôler le flux d’informations, à espionner et à censurer les citoyens en ligne, et à diffuser sa propagande sur les médias sociaux. Le régime étend également son influence à l’étranger dans le but d’imposer son récit aux audiences internationales et de promouvoir son équation perverse entre le journalisme et l’État. »

Le rapport révèle également que les régimes autoritaires, à l’instar du cartel des grandes entreprises technologiques basé aux États-Unis, utilisent la pandémie comme prétexte pour supprimer la « désinformation », c’est-à-dire toute information susceptible de contredire le discours centralisé du PCC. La suppression des informations liées à la pandémie a également été observée dans les pays classés dans la catégorie supérieure de l’indice.

Par exemple, en Norvège, le pays qui a obtenu la première place dans l’étude, plusieurs journalistes se sont plaints que l’État avait bloqué l’accès aux informations sur la pandémie. Le classement a été calculé en tenant compte de la violence collective à l’encontre des journalistes et de la répression de l’État.

L’indice de liberté de la presse ne mentionne toutefois que quelques cas de suppression de l’information et de la liberté d’expression par les Big Techs.

Par exemple, la tentative de Facebook d’interdire les médias australiens après que le gouvernement fédéral ait créé une législation obligeant les grandes plateformes technologiques à payer les éditeurs pour leur contenu a été incluse dans le rapport. Cependant, la mention de l’affaire Hunter Biden au cours de l’élection présidentielle de 2020 a été exclue.

RSF a également félicité Joe Biden pour sa « responsabilité et sa transparence », même si son administration a été critiquée pour avoir empêché les journalistes de se rendre dans les zones frontalières dans un contexte de crise croissante de migrants. Le rapport a également omis de détailler la désinformation diffusée à plusieurs reprises par les médias traditionnels.

Pressions sur les journalistes étrangers

Les journalistes étrangers subissent une pression intense de la part du PCC, ce qui rend difficile l’exercice de leur métier. Au cours de l’année écoulée, des journalistes travaillant en Chine ont été menacés, harcelés et expulsés. Au cours du premier semestre 2020, 18 journalistes travaillant pour le New York Times, le Wall Street Journal et le Washington Post ont été expulsés. En septembre, des reporters de Bloomberg, CNN, ont été empêchés de renouveler leur carte de presse, selon un rapport publié le 21 mars par International Press Institute.

La journaliste australienne Cheng Lei, qui travaillait pour la télévision d’Etat chinoise CGTN, a été arrêtée en février de cette année. Deux autres reporters australiens ont fui le pays pour éviter la persécution. John Sudworth, correspondant de la BBC qui travaille en Chine depuis 9 ans, a quitté le pays avec sa femme après l’intensification des menaces.

Josep Borrell, porte-parole de la politique étrangère de l’UE, a condamné l’attaque de la Chine contre les journalistes.

« L’UE a exprimé à plusieurs reprises ses préoccupations aux autorités chinoises concernant les restrictions de travail indues imposées aux journalistes étrangers et les harcèlements signalés à ce sujet », a déclaré Josep Borrell dans un communiqué.

« Le professionnalisme et l’objectivité des correspondants étrangers sont de plus en plus remis en question… [L’UE défend] le rôle des médias indépendants et fiables dans le monde entier… (La Chine devrait) respecter ses obligations en vertu du droit national et international et garantir la liberté d’expression et de la presse. »

William Yang, un journaliste qui couvre les affaires de l’Asie de l’Est, pense que la Chine renforcera encore davantage les restrictions imposées aux reporters étrangers dans les années à venir. Il estime que la liberté de la presse et l’accès des journalistes à la Chine deviendront des « dommages collatéraux » et que Pékin utilisera l’accès aux accréditations contre les médias étrangers. William Yang pense que les reportages sur les questions sensibles deviendront « de plus en plus difficiles ».

Macao et Hong Kong

Le PCC réprime également la liberté de la presse à Macao et à Hong Kong. L’un des plus grands radiodiffuseurs de Macao, TDM, un média de langue portugaise, a été invité à se conformer aux politiques du PCC sur les récits des médias. Après une récente réunion au cours de laquelle le personnel a été informé que les nouvelles règles éditoriales les obligeaient à promouvoir le « patriotisme, le respect et l’amour » de la Chine continentale, au moins six journalistes ont démissionné, selon Reuters.

Les médias portugais de Macao ont largement couvert les manifestations de 2019 à Hong Kong. Avant les manifestations, Pékin a fait l’éloge des médias de Macao, mais après la couverture des événements, ces agences ont commencé à faire l’objet d’une enquête par le Parti communiste.

« Les personnes qui soutiennent Hong Kong, cela n’est pas autorisé. Il y a une sensibilité à propos de Hong Kong… Pour eux, c’était quelque chose d’important, comment pouvaient-ils ne pas le couvrir ? Rétrospectivement, on peut penser qu’ils ont franchi la ligne rouge, qu’ils ont fait preuve d’un peu trop d’indépendance », a déclaré à Reuters Éric Sautedé, ancien professeur d’université à Macao.

À Hong Kong, Pékin pousse des bureaucrates plus loyaux dans les rangs de la RTHK (Radio Television Hong-Kong), le radiodiffuseur public. Après avoir été accusée de parti pris anti-gouvernemental, la direction de l’organe de diffusion a été renforcée en partisans du PCC qui ont établi des lignes rouges que les reporters et les écrivains ne sont pas autorisés à franchir.

De nombreux membres du personnel s’autocensurent pour éviter que leurs programmes ne soient annulés. Une source a déclaré au South China Morning Post que plusieurs employés vivaient désormais dans la « terreur blanche » et évitaient totalement d’interviewer des personnalités pro-démocratiques controversées.

Le radiodiffuseur a été frappé par une vague d’annulations de programmes et de démissions. Le syndicat du personnel des programmes de RTHK a déclaré que la nouvelle équipe de direction a gelé les promotions et les nouvelles embauches. Au lieu de cela, elle se concentre sur la création de nouveaux postes, qui soutiennent la refonte de la diffusion du récit du PCC.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Communist China Still World’s ’Worst Jailer of Journalists’: RSF