Press "Enter" to skip to content

Monde. La campagne du PCC pour justifier ses crimes contre les Ouïghours

ACTUALITÉ > Monde

Ouïghours ( Sean Chiu / Wikipedia /CC BY-SA 4.0)

Le ​Uyghur Human Rights Project (UHRP) (Projet des droits de l’homme ouïghour) a récemment publié un rapport avertissant que le Parti communiste chinois (PCC) a lancé une campagne de propagande internationale visant à justifier ses actions odieuses contre la minorité ethnique ouïghoure. La propagande se serait intensifiée après que le Consortium international des journalistes d’investigation ait publié en novembre 2019 les « China Cables », révélant les politiques de Pékin en matière d’endoctrinement et de surveillance massive des Ouïghours.

Les résultats

Selon le rapport de l’UHRP,  au départ, Pékin est resté silencieux sur la question des centres de détention pour ouïghours. Il s’est ensuite manifesté en niant carrément l’existence de ces camps. Finalement, le régime a décidé de faire de ces camps d’internement des « centres de formation professionnelle » dans le cadre d’opérations antiterroristes. Les médias soutenus par l’État ont publié des articles présentant une image élogieuse de ces camps. Les diplomates et journalistes étrangers sont conviés à des visites soigneusement orchestrées montrant ces camps sous un jour positif afin de garantir leur soutien visant à légitimer l’existence de ces « centres de rééducation ».

Les plateformes de médias sociaux sont également utilisées pour diffuser de la propagande visant à façonner l’opinion publique. Par ailleurs, le PCC essaie de saper le travail des Ouïghours d’outre-mer cherchant à exposer les crimes du régime communiste. Pékin oblige les proches de ces Ouïghours à faire des déclarations vidéo dans lesquelles ils réfutent toutes les accusations de maltraitance, les obligeant à dénoncer les Ouïghours d’outre-mer pour « diffusion de mensonges ». Ainsi, les Ouïghours vivant dans d’autres pays doivent non seulement faire face au traumatisme causé par la détention et la torture des membres de leur famille, mais aussi aux mensonges que leurs proches sont obligés de débiter dans des vidéos de propagande.

Les Ouïghours vivant dans d’autres pays doivent non seulement faire face au traumatisme généré par l’enlèvement et la torture des membres de leur famille dans les camps de détention, mais aussi aux mensonges que leurs proches sont forcés de débiter dans des vidéos de propagande. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Les Ouïghours vivant dans d’autres pays doivent non seulement faire face au traumatisme généré par l’enlèvement et la torture des membres de leur famille dans les camps de détention, mais aussi aux mensonges que leurs proches sont forcés de débiter dans des vidéos de propagande. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Le rapport recommande que le gouvernement américain établisse une commission chargée de lutter contre la campagne de propagande. Le FBI devrait enquêter sur l’infiltration du PCC dans les affaires intérieures et examiner comment les agents communistes agissent contre les Ouïghours résidant aux États-Unis. Il demande également aux universités américaines de couper leurs liens avec les Instituts Confucius qui ne sont que des outils de propagande et d’influence du PCC. En outre, les sociétés de médias sociaux sont invitées à contrer la désinformation qui se répand par le biais de leurs plateformes.

Bethany Allen-Ebrahimian, le reporter principal de l’enquête de l’ICIJ sur China Cables, souligne que les campagnes de propagande du PCC semblent être influencées par la stratégie russe de désinformation en ligne. Elle estime que la tendance à mentir de façon éhontée est une nouvelle tactique adoptée par le régime communiste.

Sanctions

L’administration américaine a récemment annoncé des sanctions contre une entité gouvernementale chinoise, et en particulier contre deux fonctionnaires qui lui sont liés. La Xinjiang Production and Construction Corps (XPCC), est une organisation paramilitaire officiellement impliquée dans les activités de développement du Xinjiang. Mais en réalité, cette organisation se concentre essentiellement sur la colonisation du Xinjiang en facilitant l’installation d’un grand nombre de personnes de l’ethnie Han dans la région. Les deux responsables, Sun Jinlong et Peng Jiarui, sont en charge de l’organisation.

Le Xinjiang Production and Construction Corps est une organisation paramilitaire officiellement impliquée dans les activités de développement du Xinjiang. (Image : Capture d’écran /YouTube)
Le Xinjiang Production and Construction Corps est une organisation paramilitaire officiellement impliquée dans les activités de développement du Xinjiang. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

« Les États-Unis sont déterminés à utiliser tous leurs pouvoirs financiers pour faire rendre des comptes aux auteurs de violations des droits de l’homme au Xinjiang et dans le monde entier », a déclaré Steven T. Mnuchin, le secrétaire au Trésor, comme le rapporte le New York Times.. Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a accusé la XPCC d’être impliquée dans la surveillance, la détention et l’endoctrinement des Ouïghours.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.