Press "Enter" to skip to content

Monde. L’Iran va geler les comptes bancaires des femmes qui enfreignent les règles du hijab

ACTUALITÉ > Monde

L’Iran est secoué par une vague de manifestations depuis la mort d’une jeune femme de 22 ans, Mahsa Amini, le 16 septembre dernier. En réponse aux protestations, le gouvernement iranien a l’intention de geler les comptes bancaires des femmes qui enfreignent les règles du hijab.

L’une des formes de rébellion les plus courantes à l’époque actuelle est le retrait du hijab, considéré par beaucoup comme un symbole d’oppression, obligeant les femmes à cacher leurs cheveux et leur apparence lorsqu’elles participent à des activités en dehors de l’intimité de leur foyer.

Le gel des comptes bancaires

En réponse au formulaire de protestation, le gouvernement iranien a l’intention de geler les comptes bancaires des femmes qui refusent de se conformer à l’édit, selon de nouvelles informations.

Un article publié le 6 décembre par Nova News indique que le député iranien Hossein Jalali s’inspire de la façon dont le premier ministre canadien Justin Trudeau a géré les manifestations du convoi de la liberté début 2022, selon le journal iranien Shargh.

« Après trois avertissements, le compte bancaire de la personne surprise sans le hijab pourrait être bloqué », a déclaré Hossein Jalali.

Le député a ajouté : « lorsque les émeutes augmentent, les hooligans et les foules augmentent, ils descendent dans la rue et les cas de femmes sans voile augmentent. Lorsque tout cela prendra fin, ces comportements prendront également fin.»

Hossein Jalali a précisé que les femmes refusant d’obéir recevraient d’abord deux avertissements par SMS.

Si elles refusent toujours de se soumettre, leur argent et leur accès au système bancaire seront saisis par le régime dans un exercice manifeste de ce qui s’apparente à un crédit social à la manière du Parti communiste chinois (PCC).

Turkey Post News cite Hossein Celali, un député du Parlement, qui précise : « avec l’application sur laquelle nous travaillons, dans un premier temps, un message sera envoyé sur le téléphone des femmes qui ne respectent pas la règle du port obligatoire du voile, si cela ne suffit pas, elles recevront un avertissement, et dans un troisième temps, leurs comptes bancaires pourront être fermés. »

harcelées et surveillées par la police des mœurs

Nova News explique que les femmes iraniennes sont harcelées et surveillées par la police des mœurs du régime, connue sous le nom de Gasht-e Ersad et qu’en plus du port du hijab elles sont également tenues de porter des « robes longues ».

Le site Internet The Observatorial cite Mohsen Mozaheri, le chef du département de la police morale chargé de la promotion de la piété et de la lutte contre le péché dans la province d’Ispahan, (apparemment un titre officiel), qui a déclaré que cette mesure était dans l’intérêt de tous.

« Les lois islamiques permettent aux gens de profiter des bonnes choses de la vie et les protègent des mauvaises. Elles garantissent que le caractère religieux de la République islamique est préservé », a déclaré Mohsen Mazaheri.

« Sinon, ce sera l’anarchie »

Les protestations ont apparemment commencé en septembre lorsque MahsaAmini, 22 ans, est morte après avoir été placée en détention par la même police morale à Téhéran. Trois jours après son arrestation, elle avait été envoyée dans un hôpital local dans le coma.

Suite au décès de Mahsa Amini, arracher et brûler le hijab est devenu un point de protestation majeur, tout comme les demandes visant à ce que le mandat des femmes de le porter en public soit abandonné.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Source : Iran to Freeze Bank Accounts of Women Who Defy Hijab Rules

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.