Press "Enter" to skip to content

Monde. Fentanyl : les cartels mexicains blanchissent de l’argent par le biais des triades chinoises

ACTUALITÉ > Monde

Selon un nouveau rapport du Washington Examiner, la crise du fentanyl qui fait des ravages aux Etats-Unis, est alimentée par les célèbres cartels mexicains qui utilisent des précurseurs chimiques directement importés de Chine continentale, impliquant la participation des triades chinoises.

Bien que les faits rapportés aient déjà été portés à l’attention du public par divers journalistes d’investigation et chercheurs au cours des dernières années, la publication révèle un fait nouveau, c’est que les cartels ont commencé à blanchir les revenus d’argent par le biais de mafias chinoises ou triades chinoises afin de renvoyer leurs profits made-in-America à travers la frontière sud, vers leur base d’origine.

Dans un rapport publié en 2019 par Insight Crime, un groupe de réflexion qui se présente comme un journal d’investigation, les ports maritimes géographiquement avantageux du Mexique constituent un point d’entrée stratégiquement idéal pour les substances légales et illégales importées d’Asie. Une fois les substances importées, les cartels les introduisent en contrebande aux États-Unis à travers la fragile frontière mexicaine, puis les vendent illicitement aux États-Unis.

Insight Crime a constaté que, sur la base des dossiers obtenus à partir de demandes relatives à la FOIA (Freedom of Information Act) auprès des autorités mexicaines, la majorité des saisies de fentanyl entre 2015 et 2018 ont eu lieu dans le nord-ouest du pays, dans la région de San Diego, qui se trouve à proximité de plaques tournantes comme Tijuana et Mexicali.

L’enquête a révélé une augmentation de 500 % des saisies de fentanyl entre 2016 et 2018 par le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (Customs and Border Patrol). Selon les données de la Drug Enforcement Administration (DEA) des États-Unis, la grande majorité de fentanyl se vend dans les quartiers des États du Nord-Est et du Midwest des États-Unis, ce qui fait de ces régions les principaux marchés pour les dealers nationaux.

Selon le Washington Examiner, en 2019, lors du conflit commercial entre les États-Unis et la Chine, l’administration Trump a fait pression sur le Parti communiste chinois (PCC) pour rendre illicite le transfert de fentanyl. Après que les autorités chinoises l’aient placé sous contrôle en mai 2019, le résultat a été une interruption de près de 100 % du transfert de la substance toxique vers les Etats-Unis, selon le témoignage d’un porte-parole du département d’État américain à Newsweek, en mai 2021.

Suite à ça, les cartels mexicains ont commencé à importer de Chine les précurseurs chimiques nécessaires à la fabrication de l’opioïde et à le synthétiser eux-mêmes avant de reprendre leurs activités, a concédé le porte-parole.

Selon un reportage réalisé par ABC en avril 2020, au plus fort de l’hystérie collective liée à la pandémie de Covid-19, le commerce mondial de la drogue s’est trouvé énormément affecté parce que la majorité de la production chinoise de fentanyl et de précurseurs du fentanyl a pu être retracée jusqu’à un laboratoire unique financé par le PCC, dans la ville de Wuhan.

Le porte-parole du département d’État a également indiqué clairement que les cartels mexicains travaillent main dans la main avec les triades chinoises pour blanchir leurs bénéfices, déclarant que « les organisations chinoises de blanchiment d’argent qui exploitent les institutions de la RPC dominent le blanchiment d’argent dans le monde, fournissant ce service aux cartels qui fabriquent du fentanyl au Mexique en utilisant des produits chimiques d’origine chinoise ».

Selon Newsweek, ce n’est que lorsque la DEA a commencé à enquêter sur le système d’expédition international de fentanyl de la Chine qu’elle a découvert à quel point les triades chinoises étaient au cœur de l’industrie mondiale des stupéfiants.

Raymond Donovan, un agent spécial en charge de la division new-yorkaise de la DEA, a indiqué au journal : « Avant cela, nous étions tellement concentrés sur les cartels mexicains, la violence, tout ce qu’ils ont fait. Et nous n’avions pas réalisé l’ampleur réelle ou la profondeur de l’implication du crime organisé chinois dans l’ensemble du commerce de la drogue. »

Raymond Donovan a également déclaré que la DEA a pu établir un lien entre les triades chinoises et le trafic de méthamphétamine en Australie, et celui de cocaïne en Europe.

Le trafic ne concerne pas seulement les stupéfiants. Le rapport 2021 sur la traite des personnes, du département d’État, a révélé que non seulement le PCC avait une « politique ou une tendance » à la traite de ses propres citoyens, mais que le continent asiatique était une plaque tournante permettant à différentes organisations transnationales de faire circuler des esclaves sexuels et des travailleurs forcés dans le monde entier.

La difficulté de traiter avec les triades chinoises tient à la fois à son professionnalisme et à la façon dont elle s’est intégrée à la société mexicaine, a déclaré Raymond Donovan. « Les enfants de ces Chinois du crime organisé sont nés au Mexique, la génération actuelle, ils font partie de la culture mexicaine. »

Un article publié en février par le San Miguel Post, basé au Mexique, intitulé Fentanyl Trafficking and Mexico’s Debt With China (Le trafic de fentanyl et la dette du Mexique envers la Chine), expliquait que le gouvernement mexicain n’était pas qualifié pour contester la collusion de Pékin avec les cartels du pays, après avoir non seulement accepté dix millions de doses de vaccins Covid-19 fabriqués en Chine, mais aussi autorisé CanSino Biologics à effectuer la phase 3 des tests de son vaccin sur des citoyens mexicains.

Selon le Washington Examiner, il a été récemment découvert que les cartels utilisaient le système bancaire clandestin des triades, un système élaboré de sociétés écrans et de sociétés fictives, ainsi que de particuliers fortunés, établis dans différents pays tels que le Canada et les États-Unis, où l’argent sale d’un endroit peut être échangé contre de l’argent blanchi dans un autre endroit, moyennant des frais.

Au Canada, le livre Wilful Blindness : How a Network of Narcos, Tycoons and CCP Agents Infiltrated the West, du journaliste Sam Cooper, documente des années de reportages d’investigation révélant comment les triades chinoises engageaient des hommes d’affaires fortunés aux antécédents légitimes de Macao, pour se rendre à Vancouver afin de transformer des sacs de hockey remplis de 20 dollars, de l’argent sale acquis sur le marché notoirement chronique de l’héroïne (et maintenant du fentanyl) de Vancouver, pour jouer au baccarat à 100 000 dollars la main dans les casinos gérés par le gouvernement de Richmond.

Au final, la mafia chinoise a pu transformer des entrepôts de 20 dollars en billets de 100 dollars propres ou sous forme de traites bancaires émises par les casinos, qui pouvaient être convertis sans contrôle, à domicile ou dans les voitures et déposés sur des comptes bancaires canadiens, tout cela pendant que des hauts gradés de la GRC, des responsables des jeux de hasard de la Colombie-Britannique, et même le gouvernement fédéral, fermaient les yeux sur les bénéfices de milliards de dollars réalisés par les casinos.

Souvent, l’argent que les triades chinoises de Vancouver donnait aux « baleines » de Macao (en jargon boursier, une baleine spécule en sous-main) pour jouer, était garanti par un échange de fonds en Chine continentale ou à Hong Kong, les riches ressortissants chinois cherchant à contourner le plafond strict d’exportation de 50 000 dollars par an imposé par le PCC.

Cooper a également découvert que les triades était un bras du PCC lui-même par l’intermédiaire du son département de travail du Front uni, une branche du Parti créée pour coopter et neutraliser des cibles importantes à l’étranger, telles que des entreprises et des politiciens.

En décembre 2020, un rapport d’enquête de Reuters a révélé que Gan Xianbing, un homme d’affaires chinois de 50 ans servant de « courtier en argent », avait blanchi jusqu’à 65 millions de dollars américains dans une opération basée au Mexique pour des cartels aussi importants que Sinaloa.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.