Press "Enter" to skip to content

Chine. Le miracle créé par les Hongkongais étonne le monde 


ACTUALITÉ > Chine

L’arrestation du patron d’un des rares médias indépendants à Hong Kong a relancé la solidarité hongkongaise

 

Le 10 août, le fondateur de Hong Kong One Media, Jimmy Lai de son vrai nom Lai Chee-ying, a été arrêté par la police de Hong Kong pour avoir violé la « version de Hong Kong de la nouvelle loi de sécurité nationale », cet évènement a choqué le monde. Mais les Hongkongais ont une fois de plus créé un miracle One Media suite à cette arrestation. (Image : avec l’aimable autorisation de Li Yilong)
 

Le 10 août, le fondateur de Hong Kong One Media, Jimmy Lai de son vrai nom Lai Chee-ying, a été arrêté par la police de Hong Kong pour avoir violé la « version de Hong Kong de la nouvelle loi de sécurité nationale » : cet évènement a choqué le monde.

Après cela, la police a bloqué le bâtiment de One Media et a détenu six autres personnes, dont les deux fils de Lai Chee-ying et un des responsables de One Media. La police a par la suite procédé à une fouille de One Media à la recherche de preuves. One Media est la première organisation médiatique à subir une arrestation pour avoir enfreint la « version de Hong Kong de la loi sur la sécurité nationale ».

Cet événement a soulevé un élan de solidarité envers ce média indépendant 

En signe de soutien, beaucoup de personnes ont décidé d’acheter des journaux du quotidien Apple Daily ou Apple, tandis que d’autres ont préféré faire un don au quotidien. Le lendemain, le cours de l’action de One Media a rebondi après une forte baisse, augmentant de plus de trois fois, devenant ainsi l’action de Hong Kong ayant le plus augmenté ce jour-là. Les habitants de Hong Kong ont une fois de plus créé un miracle.

Le 10 août, vers 19 heures, la police a arrêté Lai Chee-ying, à son domicile qui se trouve à Ho Man Tin, l’emmenant, menottes aux poignets. Le motif de son arrestation : avoir violé la « version hongkongaise de la loi sur la sécurité nationale ». Les trois chefs d’accusation étaient les suivants : « collusion avec des forces étrangères », « complot en vue de commettre une fraude et de l’Incitation ». Trois heures après son arrestation, la police avait bloqué et fouillé le bâtiment de One Media, déployant 200 policiers pour cette opération. Six autres personnes ont été arrêtées, dont les deux fils de Li et le directeur général de One Media.

Les citoyens achètent des journaux, des actions et donnent de l’argent pour soutenir Apple Daily

Dans l’après-midi du même jour, des citoyens ont lancé une campagne pour soutenir Apple Daily avec comme messages : « Tout Hong Kong doit faire une chose aujourd’hui. Achetez chaque exemplaire de Apple Daily dans la rue. Plus elle (Carrie Lam) le réprime, plus il faut l’acheter. Demain, même si Apple Daily de Hong Kong ne publie qu’une pile de papier blanc, nous les achèterons sans rien laisser dans les kiosques. »

« Les natifs de Hong Kong, personne ne représente une île entière à lui seul. Ne demandez pas pour qui sonne le glas, le glas sonne pour vous et moi. Par tous les moyens, dites-le à ceux qui vous entourent. #SaveAppleDaily#. Achetez un exemplaire par personne ».

Un célèbre commentateur d’actualité a fait un don de 719 USD à l’Apple Charity Fund et a montré la notification qu’il a reçue sur FB. Une célébrité de Hong Kong KOL Big J (Jason) a également donné 1 439 USD à Apple Daily pour le soutenir. La célèbre écrivaine Canny Leung a, quant à elle, donné la même somme en expliquant qu’elle avait gagné beaucoup d’argent en écrivant des articles pour Apple Daily et qu’elle trouvait normal de faire un don en retour pour soutenir Apple Daily !

C’est de cette façon qu’au lendemain de l’arrestation de Lai Chee-ying, le cours des actions de One Media a triplé, atteignant un pic de +344%. Le 11 août, le nombre d’exemplaires imprimés d’Apple Daily est passé de 70 000 à 550 000 exemplaires et tous les exemplaires étaient vendus vers midi. Les Hongkongais ont une fois de plus émerveillé le monde avec ces miracles.

Un Référendum par l’achat des actions de One média : du jamais vu dans l’histoire humaine

Un commentateur d’actualité nord-américain, Wen Zhao, a souligné que si les Hongkongais ont acheté des actions de One Média pour soutenir Apple Daily, c’est comme s’ils avaient participé à un « référendum en votant avec des parts d’actions achetées ». Il a également déclaré que dans une société tellement commercialisée comme Hong Kong, seules les familles de la classe moyenne et des classes supérieures achètent habituellement des actions. Mais « aujourd’hui à Hong Kong, les jeunes n’ont pas peur de mourir et les personnes d’âge moyen s’apprêtent à sacrifier leur argent, Comment les habitants de Hong Kong ne peuvent-ils pas réussir dans leur combat ? » Il a fait l’éloge de M. Lai Chee-ying qui par son exemple et son courage a entraîné beaucoup de gens dans son sillage.

Wen Zhao estime que la détention de Lai Chee-ying est une mesure de représailles du Parti communiste chinois (PCC) en réponse aux sanctions américaines prises contre 11 fonctionnaires à Hong Kong. « Lai Chee-ying a aujourd’hui affirmé sa dimension historique et les démocrates de Hong Kong arrêtés pour la loi de sécurité nationale, devraient la prochaine fois être collectivement nommés comme candidat au prix Nobel de la paix ».

Shen Sihai, journaliste chevronné, a cité Wen Zhao en disant : « Il y a trois pommes dans l’histoire, celle qui est tombée sur la tête de Newton, celle qui était dans les mains de Steve Jobs et celle qui est dans le cœur des habitants de Hong Kong (Apple Daily) ». Il ne fait aucun doute que Lai Chee-ying a créé l’histoire et les miracles de Hong Kong.

 

Selon Shen Sihai la plupart des principaux médias de Hong Kong sont sous le contrôle du PCC. (Image : Li Ming / Vision Times)
Selon Shen Sihai la plupart des principaux médias de Hong Kong sont sous le contrôle du PCC. (Image : Li Ming / Vision Times)
 

Selon Shen Sihai : Apple Daily et les médias indépendants sont une « épine dans le pied » du PCC

Selon Shen Sihai, les relations entre les États-Unis et Taïwan sont en train de se rétablir rapidement, avec la visite de la plus grande délégation américaine à Taïwan, pour la première fois en 42 ans : cet événement semble être une gifle donnée au PCC, ce qui l’a irrité au plus haut point. Le PCC a donc riposté en arrêtant dix personnes à Hong Kong, dont Zhou Ting, l’ancien membre de Demosisto.

Il a révélé que depuis les années 1960, le rédacteur en chef et le rédacteur en chef adjoint des organisations de médias de Hong Kong doivent être approuvés par le gouvernement de Hong Kong et que, bien que certaines voix dissidentes dans la société aient été encore autorisées avant 1997, la plupart des principaux médias de Hong Kong étaient sous le contrôle du PCC. Alors que les journaux d’extrême gauche Dagong et Wenhui avaient été rejetés même par le camp procommuniste (connu sous le nom de ruban bleu ou Lan Si), les médias rouges, qui avaient pourtant reçu beaucoup d’investissements pour leur développement, n’étaient vraiment pas bons, et même la chaîne « Phoenix » n’était toujours pas la bienvenue à Hong Kong.

Ces dernières années, le PCC a acquis et infiltré souvent par cooptation les principaux médias de Hong Kong. Le déclenchement du mouvement anti-extradition a conduit le PCC à faire taire rapidement l’opinion publique dissidente de Hong Kong. Qu’il s’agisse de la répression contre la Radio Télévision de Hong Kong (RTHK), jugée « trop libre », ou du changement de direction à la Now and Cable, jugée « pas assez sage », tout cela s’inscrit dans une démarche de répression du PCC.

Seule l’entreprise privée Apple Daily a été difficile à dompter, elle est devenue une « épine dans les pieds » du PCC. Mais pendant de nombreuses années, Lai Chee-ying s’est battu pour la démocratie au prix du sacrifice de son propre profit et a refusé la proposition d’acquisition du PCC. À propos de l’arrestation très médiatisée de Lai Chee-ying, de ses fils et des cadres supérieurs d’Apple Daily, selon Shen Sihai, « c’est parce qu’Apple Daily est une cible qu’il (le PCC) veut la balayer, tout comme les autres médias indépendants en ligne ».

 

Albert Ho Chun-Yan a fait l’éloge du paysage médiatique à Hong Kong. Premièrement, il y a Apple Daily de M. Lai qui soutient les médias; deuxièmement, il y a le courageux personnel d’Apple Daily, troisièmement, Hong Kong est une ville ouverte dotée de beaucoup de médias sociaux (Image: Li Ming / Vision Times)
Albert Ho Chun-Yan a fait l’éloge du paysage médiatique à Hong Kong. Premièrement, il y a Apple Daily de M. Lai qui soutient les médias, deuxièmement, il y a le courageux personnel d’Apple Daily, troisièmement, Hong Kong est une ville ouverte dotée de beaucoup de médias sociaux (Image : Li Ming / Vision Times)
 

Selon l’avocat Albert Ho Chun-Yan : la stratégie c’est la carotte ou le bâton

Le président de l’Alliance de Hong Kong pour le soutien des mouvements démocratiques patriotiques de Chine (HKASPDMC), Albert Ho Chun-Yan, un avocat en exercice, a déclaré en réponse à l’incident de Lai Chee-ying que le PCC utilise de nombreuses astuces pour contrôler les médias de Hong Kong. Il a fait remarquer que les établissements commerciaux sont plus dociles et que chaque grand patron sait que s’il veut faire des affaires, il ne doit pas offenser Pékin. Les gens qui souhaitent gagner de l’argent ne peuvent pas offenser ceux qui ont du pouvoir. Si les hauts dirigeants veulent faire quelque-chose et licencier quelqu’un, c’est très facile.

Il a déploré la dégradation du South China Morning Post, un journal qui existe de longue date. Un journaliste de ce média a écrit un article intéressant révélant que les enfants d’un haut responsable du PCC possédaient des biens à Hong Kong : il a été contraint de démissionner et de présenter des excuses. Et TVB, qui a accompagné beaucoup d’habitants de Hong Kong pendant leur enfance et jeunesse, est devenue CCTVB (ndtr : ce terme fait référence à CCTV, la chaîne télévision contrôlée par le PCC) détestée par les Hongkongais aujourd’hui.

« Parmi les médias de Hong Kong on ne ne voit pas beaucoup de médias qui ont de la vertu comme Apple Daily. Il (le PCC) n’y peut rien . À plusieurs reprises, des consortiums ont proposé d’acheter Apple Daily à un prix élevé. Mais il (Lai Chee-ying) n’est pas ce genre de personne. C’est la carotte ou le bâton. Quand les récompenses ne marchent pas, le PCC passe à la répression ».

Albert Ho Chun-Yan a fait l’éloge du paysage médiatique à Hong Kong. Premièrement, il y a Apple Daily de M. Lai qui soutient les médias; deuxièmement, il y a le courageux personnel d’Apple Daily; troisièmement, Hong Kong est une ville ouverte dotée de beaucoup de médias sociaux. Les Hongkongais peuvent se connecter au reste du monde à travers les outils de communication multimédia, entre autres Facebook, YouTube, IG et Signal, afin de transmettre les messages à l’extérieur.

« L’interview de première ligne la plus puissante de nos jours ne vient pas des grands médias, mais des médias sociaux qui s’autofinancent. Les reportages indépendants sont très puissants. Leurs journalistes sont souvent très courageux et montrent les scènes en live à des dizaines de milliers de citoyens ». Il a souligné que dans de nombreux cas récents, les accusés ont été jugés innocents. La police a eu recours à toutes sortes d’arguments, mais sans réussir à convaincre les juges. Car le public était équipé d’appareils photo. Lorsqu’ils montrent des photos, même si les juges sont sous pression, ils ont quand-même leur limite et leur dignité. Dès qu’ils voient les images, ils ne croient plus à la police.

Toutefois, il a prédit qu’à l’avenir, le PCC fera non seulement pression sur Apple Daily pour le faire tomber, mais qu’il réprimera et éliminera les médias en ligne et les médias indépendants. Mais il croit dans la bravoure des habitants de Hong Kong. Quelle que soit la situation, les gens se lèveront pour se défendre. Tout le monde sera journaliste, et tout le monde dispose d’un téléphone portable pour filmer les preuves.

 

Madame Qi Jiazhen a été touchée par le dévouement de Lai Chee-ying et de ses fils, par leur sacrifice pour la liberté et l’avenir et pour toute une génération. (Image : Avec l’aimable autorisation de Qi Jiazhen)
Madame Qi Jiazhen a été touchée par le dévouement de Lai Chee-ying et de ses fils, par leur sacrifice pour la liberté et l’avenir et pour toute une génération.(Image : Avec l’aimable autorisation de Qi Jiazhen)
 

Qi Jiazhen : Li Zhiying fond en larmes en parlant de ses deux fils

L’écrivaine australienne d’origine chinoise Qi Jiazhen se souvient de sa visite à Hong Kong en 2007 pour assister à une réunion de l’Independent Chinese PEN Center. Lors de la conférence, une conversation entre Mak Yin-ting, alors présidente de l’Association des journalistes de Hong Kong, et Lai Chee-ying, propriétaire d’Apple Daily, l’a beaucoup touchée.

Mak Yin-ting a demandé à Lai Chee-ying : « Pourquoi vous travaillez dans les médias alors que vous étiez un homme d’affaire ? » Pour lui répondre, Lai Chee-ying a parlé de ses deux fils qui étaient adolescents à l’époque. Lai a déclaré : « Je pense qu’il ne me suffit pas de gagner de l’argent, je devrais laisser à mes fils et à la génération de mes fils l’idée de la démocratie ».

Madame Qi a dit que c’était la philosophie du journal de Lai Chee-ying: il veut que la jeune génération sache à quel point la démocratie est précieuse et importante, mais qu’elle n’est pas quelque chose qui existe naturellement, et qu’elle mérite d’être défendue. Ce journal, c’est tout ce qu’il a pour défendre la démocratie de Hong Kong.

« Quand il a parlé de ses deux fils, il était très ému et il a versé des larmes », a dit Madame Qi. « Cela montre qu’il est à la fois un père strict et un père aimant. Il a créé l’Apple Daily pour le bien de la prochaine génération ».

Témoigner de la grâce, faire éloge, témoigner du sacrifice d’aujourd’hui

Résidant à Melbourne, la pensée de Madame Qi est pourtant avec les Hongkongais, car Hong Kong est l’endroit où elle rêvait d’étudier en dehors de la Chine quand elle était jeune, et rêve pour lequel elle s’est retrouvée en prison à l’âge de 20 ans. Qu’il s’agisse de la campagne anti-extradition de l’année dernière ou de la version hongkongaise de la loi sur la sécurité nationale de cette année, elle a été très attentive. Le 10 août, Madame Qi a appris l’arrestation de Lai Chee-ying et de ses deux fils, aux informations.

« Il était en larmes à l’époque quand il a mentionné ses deux fils, l’un d’eux s’appelle Lai Kin-yan et l’autre Lai Yiu-yan. À l’époque, il a déclaré : " Je suis arrivé à Hong Kong sans rien, la liberté de Hong Kong m’a apporté la richesse, mais nous ne pouvons pas vivre uniquement pour l’argent, nous avons aussi besoin de liberté " ».

Selon elle, c’était la liberté de Hong Kong qui avait donné à Lai Chee-ying la richesse, et maintenant il est temps pour lui de se sacrifier pour cette liberté. Il était prêt à le faire et il a aussi montré le courage d’un homme véritable, d’un vrai héros.

Parlant de la signification des noms que Lai Chee-ying a donné à ses deux fils, Madame Qi s’est exclamée : « les noms qu’il a donné à ses fils reflètent ses attentes. " Kin " signifie " témoigner " et " Yan " signifie " la grâce " ». « Ce que vous avez maintenant n’est pas tombé du ciel. C’est l’environnement libre à Hong Kong qui vous a permis de tirer le meilleur parti de vos talents et personne ne vous contraint par la lutte des classes et l’analyse des classes. N’oubliez pas que vous êtes un témoin de la grâce dont vous avez bénéficié ».

« Yiu-yan, tu dois promouvoir cette grâce dont tu as été témoin et contribuer à la rendre encore plus lumineuse et à glorifier tes ancêtres ». Madame Qi a été touchée par le dévouement de Lai Chee-ying et de ses fils, par leur sacrifice pour la liberté et l’avenir et pour toute une génération.

Traducteur rédacteur Charlotte Clémence

Collaboration Yi Ming

Source : https://www.secretchina.com/news/gb/2020/08/16/943132.html