Press "Enter" to skip to content

Chine. À l’approche de l’anniversaire du massacre de la Place Tiananmen, les autorités chinoises se sont acharnées sur les militants

ACTUALITÉ > Chine

Chaque année, en Chine et à l’étranger, des gens se rassemblent pour commémorer les nombreux étudiants manifestants qui sont morts en luttant pour les droits démocratiques sur la place Tiananmen à Pékin le 4 juin 1989. Mais chaque année les autorités chinoises renforcent la sécurité et intensifient la surveillance pour empêcher la commémoration du massacre de la Place Tiananmen.

Bien que le Parti communiste chinois (PCC) affirme qu’environ 200 civils et plusieurs dizaines de soldats ont perdu la vie au cours de ce qui a été appelé une « émeute violente » et est connu sous le nom de massacre de la Place Tiananmen, la plupart des estimations font état de milliers de morts, presque tous des civils non armés. Le nombre exact de victimes n’a jamais été dévoilé, car le PCC est connu pour dissimuler la publication de statistiques précises.

Comme les années précédentes, à l’approche de cette date sensible qui commémore le massacre de la Place Tiananmen, le régime a renforcé sa sécurité et intensifié ses efforts de surveillance à l’encontre des dissidents et des militants du pays.

La liberté ou la mort

Un éminent dirigeant du mouvement ouvrier connu sous le nom de Li Wangyan est mort le 6 juin 2013, deux jours seulement après avoir été pris comme symbole lors d’un événement pacifique visant à commémorer les victimes du massacre de la Place Tiananmen, dans sa ville natale de Shaoyang, dans la province du Hunan. Selon Radio Free Asia (RFA), la mort de Li Wangyan est survenue après des années de torture et de mauvais traitements pendant son emprisonnement, ce qui a fait naître des soupçons d’actes criminels liés à sa mort.

Li Wangyan avait 62 ans lorsqu’il est décédé dans un hôpital de la ville de Shaoyang. Lorsque ses proches sont arrivés sur les lieux, ils ont déclaré que son corps était « pendu par le cou au plafond, près de son lit d’hôpital ». Les policiers et le personnel de l’hôpital ont refusé de pratiquer une autopsie pour confirmer la cause du décès. Ils nous ont simplement dit qu’il s’était suicidé, a expliqué la famille.

Après la mort de Li Wangyan, des parents, des amis et des groupes de défense des droits de l’homme, dans tout le pays, ont remis en question plusieurs détails flous entourant à la fois les circonstances et le moment de sa mort, qui, selon eux, indiquent la « possibilité d’un acte criminel ».

Li Wangyan était un ancien ouvrier d’une usine de verre. Il a été emprisonné pendant 13 ans, pour « efforts contre-révolutionnaires », après avoir pris part à plusieurs manifestations pacifiques visant à sensibiliser le public aux protestations des étudiants à Pékin.

Il a ensuite été condamné à dix ans de prison supplémentaires pour « incitation à renverser le pouvoir de l’État », après avoir appelé à une réévaluation du verdict officiel sur la répression qui a eu lieu sur la Place Tiananmen. Sa famille a déclaré qu’il était aveugle et avait perdu presque toute son audition au moment de sa mort.

Tout le monde se souvient encore de lui

Des militants de la province centrale de Hunan ont déclaré à RFA qu’ils observeraient l’anniversaire de la mort de Li Wangyan, ainsi que le 33ème anniversaire du massacre de la Place Tiananmen du 4 juin, même s’ils doivent organiser ces événements en secret en raison du risque de poursuites et d’arrestations.

« C’est le 10ème anniversaire de la mort de Li Wangyang », a déclaré à RFA Ouyang Jinghua, un militant du Hunan. « Il est décédé le 6 juin, ce qui se trouve être proche du 4 juin (anniversaire du massacre) ».

« Il a beaucoup souffert pour la cause de la démocratie », a déclaré Ouyang Jinghua. « Tout le monde se souvient encore de lui », ajoutant que certains militants de la région avaient tenté d’organiser une commémoration collective, mais qu’ils appréhendaient que l’événement puisse avoir lieu, compte tenu du renforcement de la sécurité.

« Des personnes de Changsha, Hengyang et Zhuzhou sont censées venir, mais nous ne savons pas combien de personnes pourront venir, en raison des obstacles placés par les autorités », a-t-il déclaré à RFA. « Il est possible qu’aucune d’entre elles ne soit autorisée à venir ».

Ouyang Jinghua a ajouté qu’un nombre non négligeable de militants des droits de l’homme et de la démocratie dans le Hunan espèrent toujours « obtenir justice » pour Li Wangyang , même à titre posthume.

Depuis sa création en 1949, le PCC a ciblé et arrêté des milliers de militants et de civils qui osent s’élever contre la politique du gouvernement, à quelque titre que ce soit. Depuis, des centaines de milliers de personnes ont subi des passages à tabac sous la torture, des emprisonnements arbitraires, des interdictions de voyager et un harcèlement incessant de la part de la police chinoise.

« Nous avons beaucoup de doutes sur l’explication de la cause de sa mort », a déclaré Ouyang, Jinghua soulignant le lien entre la mort de Li survenue deux jours après l’anniversaire du massacre de Tiananmen. « Les autorités devraient l’expliquer clairement, mais je ne pense pas qu’elles le feront, car le faire ébranlerait leur base de maintien au pouvoir : tout le régime. »

Bannières de deuil à l’entrée sud de l’université de Pékin quelques jours après le 4 juin. Chaque année les autorités chinoises renforcent la sécurité et intensifient la surveillance pour empêcher la commémoration du massacre de la Place Tiananmen. (Image : wikimedia / Daiwenchen / CC BY-SA 4.0)

Il a reçu l’ordre de « boire du thé » avec des responsables du PCC

Un autre dissident et activiste de premier plan, sur lequel le PCC a jeté son dévolu, est Zhu Chenzhi, originaire du Hunan. Les autorités ont surveillé Zhu Chenzhi sous le couvert d’« opérations de maintien de la stabilité ».

Zhu Chenzhi a été détenu pour la première fois en avril 2018, après s’être rendu sur la tombe de Lin Zhao. Cette dernière était une jeune femme qui a vécu sous le règne du dirigeant communiste Mao Zedong. Elle est connue pour avoir écrit une lettre à sa mère en utilisant son propre sang, après avoir été condamnée à 20 ans de prison pour avoir formé une « clique contre-révolutionnaire », qui avait révélé le rôle de Mao dans la grande famine chinoise.

La grande famine chinoise a causé la mort de plus de 36 millions de personnes. Elle est le résultat d’une combinaison de politiques agricoles radicales, de pressions sociales, de mauvaise gestion économique et de catastrophes naturelles provoquées par des sécheresses et des inondations dans toutes les régions agricoles du pays.

Après son arrestation, Zhu Chenzhi a été condamné à la prison de Dinshang, dans la province orientale du Jiangsu. Il a été libéré au début de l’année après avoir purgé une peine de trois ans et neuf mois de prison pour avoir « cherché querelle et semé le trouble », une accusation fréquemment utilisée pour cibler les détracteurs du PCC.

Zhu Chenzhi a atterri pour la première fois dans le radar du PCC après avoir remis en question la mort de Li Wangyang en 2013. Il avait déjà été détenu pour « subversion » après avoir demandé des informations supplémentaires sur le verdict officiel de la mort de Li Wangyang pendant sa garde à vue.

« Zhu Chengzhi est récemment arrivé à Changsha, dans le Hunan, et certains amis de la ville l’ont rencontré », a déclaré Ouyang Jinghua à RFA. « Tous ceux qui l’ont rencontré ont été appelés à " boire du thé " avec la police de la sécurité d’État. »

Les autorités chinoises ont voulu empêcher la commémoration du massacre de la Place Tienanmen

D’autres dissidents à Pékin ont déclaré que certains d’entre eux se sont vu dire par les autorités qu’ils devaient « quitter la ville » avant l’anniversaire de Tiananmen cette année, en raison des restrictions de voyage en cours découlant de la stricte politique de « zéro Covid » du pays.

Le commentateur politique Ji Feng a déclaré qu’il avait été contraint de quitter son domicile à Guizhou et qu’il ne savait pas où la police d’État allait l’emmener. « Ils m’emmènent (le matin du 1er juin) ». a déclaré Ji Feng à RFA. « Le même chef du bureau de la sécurité d’État était avec moi, il a mangé et bu avec moi, le 4 juin ».

Il a ajouté que d’autres militants au franc-parler, comme le journaliste politique chevronné Gao Yu, l’artiste dissident Yan Zhengxue et l’écrivain Jiang Qisheng, ont tous été confinés à Pékin, alors qu’on leur avait dit qu’ils devaient partir. La capitale chinoise, qui compte près de 22 millions d’habitants, a été soumise à des restrictions de mouvement et de déplacement, car la ville est confrontée à un nombre croissant de nouvelles infections. Les autorités de Pékin ont mis en place des tests quotidiens dans le but d’enrayer la propagation du virus.

Dans le même temps, un dissident anonyme de la province méridionale du Guangdong a déclaré que de nombreux militants de la région avaient été avertis de ne pas aborder de « sujets sensibles » à l’approche de l’anniversaire de Tiananmen. De plus, certains avaient même été relogés de force.

« La police de la sécurité de l’État m’a transféré dans une maison rudimentaire à environ 20 kilomètres d’Enping », a déclaré le dissident. « C’est assez isolé, il n’y a personne d’autre qui vit dans les environs, mais il y a des caméras de surveillance partout ».

« Dès que je quitte ma maison, mon téléphone sonne, et ils me demandent où je vais », a déclaré la source à RFA.

Rédacteur Jean-Baptiste Adrien-Clotaire

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.