L’importance de préserver sa conscience

Par Emma Lu
Le 22/02/2021
L’empereur Zhou Wuwang reçoit le livre des rites céleste qui l’aidera à gouverner le pays. Il a transmis les valeurs « respect » et « pour le peuple » aux générations suivantes et la dynastie Zhou a duré 800 ans, la plus longue dynastie en Chine. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
L’empereur Zhou Wuwang reçoit le livre des rites céleste qui l’aidera à gouverner le pays. Il a transmis les valeurs « respect » et « pour le peuple » aux générations suivantes et la dynastie Zhou a duré 800 ans, la plus longue dynastie en Chine. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
 

Avant que le Parti communiste chinois n’usurpe le pouvoir en 1949, les Chinois d’antan étaient un peuple très droit et intègre. Avec révérence et le sens du sacré, ils avaient peur des voies de Dieu et du ciel. Ils savaient que défier le Ciel apporte malheur et malchance, et lui obéir apporte la prospérité.

Confucius a dit : « Un gentilhomme a trois peurs : la peur du ciel, la peur des grands hommes, la peur des paroles des sages ». C’est-à-dire qu’un gentilhomme a trois sortes de peur : la peur de la volonté du ciel, la peur de ceux ayant une grande vertu, et la peur des paroles des sages.

Depuis l’Antiquité, le peuple chinois pratique la tradition de la vénération dans son cœur. Par exemple, la crainte du ciel signifie que Dieu est bienveillant et généreux. Dieu est aussi juste en récompensant le bien et en punissant le mal. Dieu est aussi un créateur sévère.

Il existe des dictons et des méditations qui reflètent cette compréhension, comme par exemple : « Ce que les gens font, Dieu le regarde », « Dieu est à un mètre au-dessus de votre tête ». Ainsi, mieux vaut ne rien faire de mal, ni d’imprudent.

Si vous êtes commerçant, assurez-vous que vos prix sont les mêmes pour les jeunes et les vieux. Si vous êtes un intellectuel, assurez-vous de dire la vérité. Si vous êtes un fonctionnaire, n’acceptez aucun pot-de-vin. En tant que personne ordinaire, agissez selon votre conscience et ne trahissez pas vos amis. C’est avec une telle révérence que la civilisation chinoise a survécu malgré les désastres et les souffrances de son peuple.

Une fois que les gens n’ont plus peur du ciel, ils deviennent souvent téméraires, font ce qu’ils veulent et finissent par souffrir des conséquences de leur propre actes.

La crainte du Divin conduit à l’humilité et la justesse

Si une personne regarde le ciel et la terre avec émerveillement et nourrit un sentiment de révérence et de gratitude pour toutes choses, elle sera abondamment récompensée par Dieu.

La crainte provient des croyances d’une personne. Ce n’est que lorsque les gens ont des choses à craindre et à révérer dans leur cœur qu’ils peuvent à la fois réguler et restreindre leur comportement. Les personnes constamment émerveillées sont particulièrement humbles.

 

Pendant la fête de Zhongyuan Jie, les paysans remercient les divinités agricoles. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
Pendant la fête de Zhongyuan Jie, les paysans remercient les divinités agricoles. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
 

Dans le passé, les Chinois croyaient au destin. Mais qu’est-ce que le destin ? Avant de faire quoi que ce soit, les gens réfléchissaient sérieusement et ils savaient qu’un être divin était toujours là, trois pieds au-dessus de leur tête. Ils avaient peur de faire quelque chose de mal. Il leur était donc impossible de commettre le mal.

La meilleure chose que vous puissiez faire en retour est de bien servir le pays

Dans la dynastie des Han de l’Est, Yang Zhen était admiré pour son impartialité et son honnêteté, et pour ne pas rechercher de gain personnel. Une fois, il alla de Jingzhou au comté de Donglai (aujourd’hui Yantai et Weihai dans la province de Shandong) en tant que gouverneur et traversa le comté de Changyi en chemin.

Wang Mi, le magistrat du comté, était un fonctionnaire recommandé par Yang Zhen lorsqu’il était gouverneur de Jingzhou, alors Wang Mi décida de visiter son bienfaiteur.

Dans la soirée, Wang Mi rencontra Yang Zhen, et au moment de se dire au revoir, Wang Mi sortit soudainement de l’or de sa poche et le mit sur la table, en disant : « J’ai préparé un petit cadeau pour vous remercier de m’avoir aidé ».

Yang Zhen a déclaré : « Par le passé, j’ai reconnu vos véritables talents, je vous ai promu et j’espérais que vous feriez un bon fonctionnaire. En retour, au lieu de me donner quelque chose de personnel, la meilleure chose que vous puissiez faire pour moi est de bien servir le pays ».

Mais Wang Mi a quand même insisté : « Au milieu de la nuit, personne ne le saura, s’il vous plaît, acceptez ! ». Yang Zhen est immédiatement devenu très grave et a dit d’une voix sévère : « Comment pouvez-vous dire que personne ne sait ? Le ciel et la terre le savent, et vous et moi aussi ».

Wang Mi se sentit honteux et partit précipitamment.

C’est la célèbre histoire chinoise de Yang Zhen qui refuse l’or. Elle reflète l’importance de préserver sa conscience : cette voix encore si timide.


Traduit par Gabriel Olamsaint

Version en anglais : The Most Frightening Thing Is When People Aren’t Afraid of Anything