Une jeune prodige comparée à Mozart

Par Jessica Kneipp
Le 01/04/2021
Comparée à Mozart, Alma Deutscher, l’enfant prodige de la musique, a déclaré qu’elle ne souhaitait rien d’autre qu’être elle-même. Image : wikimedia / Alex Nightingale Smith / CC BY-SA 4.0)
Comparée à Mozart, Alma Deutscher, l’enfant prodige de la musique, a déclaré qu’elle ne souhaitait rien d’autre qu’être elle-même. Image : wikimedia / Alex Nightingale Smith / CC BY-SA 4.0)
 

Enfant prodige, Alma Deutscher a commencé à jouer du piano à deux ans et du violon à trois ans. À l’âge de six ans, elle a composé sa propre sonate pour piano et son premier opéra à sept ans. À neuf ans, elle écrit un concerto pour violon et orchestre, achève son premier concerto pour piano à 12 ans et, deux ans plus tard, fait salle comble pour son premier spectacle au Carnegie Hall de New York - un spectacle consacré à ses compositions de musique classique.

La jeune musicienne est née en 2005 et a vécu dans le Surrey, en Angleterre, jusqu’à sa récente installation à Vienne.

La notoriété d’Alma peut être attribuée au comédien Stephen Fry, qui, après avoir partagé des vidéos familiales sur la chaîne YouTube d’Alma Deutscher, en publie une sur Twitter, comparant la jeune prodige à « un nouveau Mozart ».

Cette comparaison a été reprise par un présentateur de BBC Radio 4, à qui Alma Deutscher a joliment répondu qu’elle ne voulait rien d’autre qu’être elle-même.

« En fait, je pense que si j’étais à nouveau un peu Mozart, alors ce serait un peu ennuyeux », a-t-elle déclaré. « J’écrirais exactement ce que Mozart a écrit auparavant. Je pense que je préférerais être une petite Alma »
 

Ses compositions sont inspirées des mélodies qui lui viennent à l’esprit quand elle joue à la balançoire, saute à la corde, où qu’elle se raconte des histoires dans sa tête.

 

Dans une interview accordée à Zeitgeist Minds, elle explique : « Quand j’essaie de trouver une mélodie, elle ne vient jamais à moi. En général, elle me vient soit lorsque je me repose, soit lorsque je suis assise au piano en train d’improviser, soit lorsque je saute à la corde. Ou même quand j’essaie de faire autre chose, quand quelqu’un me parle, alors j’entends cette belle mélodie. »

L’enfant prodige réalise son premier opéra

Le premier opéra d’Alma Deutscher est un court ouvrage fondé sur l’histoire de Neil Gaiman The Sweeper of Dreams (Le balayeur de rêves). L’opéra a été présenté en Israël en 2013. Certaines parties de cette partition sont venues à Alma dans un rêve.

Ses parents affirment que son talent s’est manifesté très tôt. À l’âge d’à peine 3 ans, alors qu’elle écoutait une berceuse de Richard Strauss, elle a dit à ses parents : « Comment la musique peut-elle être si belle ? » Elle était totalement subjuguée par la beauté de cette mélodie.

Dans ses premières années, Alma Deutscher a fait l’objet des expériences linguistiques de son père liées à ses recherches professionnelles. Une chose intéressante est qu’il s’est assuré de ne jamais lui dire que le ciel était « bleu », dans un effort pour comprendre pourquoi les cultures anciennes n’ont jamais utilisé ce terme pour le ciel.

Alma a alors utilisé le terme « blanc » au lieu de « bleu » pour désigner un ciel clair, ce qui a été rapporté dans le livre de Guy Deutscher, Through the Language Glass: Why the World Looks Different in Other Languages. (Pourquoi le monde semble différent dans d’autres langues).

Alma commence à jouer du piano à deux ans

 

Lorsqu’elle avait 3 ans, Alma a entendu une berceuse de Richard Strauss et, frappée par sa beauté, a dit à ses parents : « Comment la musique peut-elle être si belle ? (Image : Matthias Böckel / Pixabay)
Lorsqu’elle avait 3 ans, Alma a entendu une berceuse de Richard Strauss et, frappée par sa beauté, a dit à ses parents : « Comment la musique peut-elle être si belle ? » (Image : Matthias Böckel / Pixabay)
 

Alma s’est inscrite à l’école à cinq ans, mais n’a pas eu une bonne expérience après s’être inscrite à une journée d’orientation, et a donc été scolarisée à domicile. Dans une interview accordée à la BBC, elle a déclaré : « Je ne veux jamais aller à l’école. Je dois aller dehors, prendre l’air et lire. »

Alma fait également référence à son improvisation dans le programme israélien de télévision éducative, intitulé Intermezzo with Arik. Elle y improvise quelques morceaux et, lorsqu’on lui demande si elle se sent libre d’enfreindre les règles musicales, elle répond qu’elle s’y tient et fait référence aux compositeurs galants (un style musical qui est revenu à la simplicité après la période baroque) et à leur adhésion à la forme musicale établie.

Son premier album piano solo, From My Book of Melodies, est paru chez Sony Classical en 2019 et a été publié par G. Schirmer.
 

Un clip d’Alma Deutscher présentant sa composition Siren Sounds Waltz lors de ses débuts au Carnegie Hall

 

« J’ai toujours voulu écrire de la belle musique, une musique qui sort du cœur et qui parle directement au cœur, mais certaines personnes m’ont dit que de nos jours, les mélodies et les belles harmonies ne sont pas acceptables dans la musique classique sérieuse parce qu’au XXIe siècle, la musique doit refléter la laideur du monde moderne ».

« Dans cette valse, au lieu d’essayer d’enlaidir artificiellement ma musique pour refléter le monde moderne, j’ai pris exactement la direction opposée. J’ai pris des sons laids du monde moderne et je les ai transformés en quelque chose de plus beau à travers la musique. »

Qualifier Alma d’enfant prodige n’est pas exagéré. Si vous le souhaitez, vous pouvez en découvrir davantage sur son talent et vous tenir au courant de l’actualité sur le site web d’Alma Deutscher.


Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Child Prodigy Gets Compared to Mozart but Is Happy Just Being Herself