Press "Enter" to skip to content

Société. TikTok accusé de porter atteinte à la vie privée des enfants

TENDANCE > Société

L’ancienne Commissaire des enfants en Angleterre, Anne Longfield, a déposé une plainte contre l’application de médias sociaux chinoise, TikTok, qui pourrait entraîner le versement de milliards de livres, en raison de la saisie illégale de données personnelles de mineurs britanniques et européens de moins de 13 ans, par l’entreprise affiliée au Parti communiste chinois (PCC).

En cas de victoire devant les tribunaux, TikTok pourrait être condamné à verser des milliers de livres sterling de dommages et intérêts à des millions d’enfants concernés, qui utilisent l’application dans l’UE et au Royaume-Uni depuis le 25 mai 2018. Le montant total pourrait se monter à des milliards.

TikTok et la société mère ByteDance ont nié la véracité des faits liés à la réclamation, affirmant qu’ils prévoient de se défendre énergiquement devant les tribunaux : « La confidentialité et la sécurité sont des priorités absolues pour TikTok et nous avons mis en place des politiques, des processus et des technologies robustes pour aider à protéger tous les utilisateurs, et en particulier pour nos utilisateurs adolescents. Nous pensons que ces allégations ne sont pas fondées et nous avons l’intention de nous défendre vigoureusement contre cette action », ont-ils déclaré dans un communiqué, selon la BBC.

Selon le site officiel du procès, la plainte émanant d’Anne Longfield a été déposée devant la Haute Cour d’Angleterre et du Pays de Galles en décembre 2020 et est actuellement « suspendue » en attendant les résultats d’une affaire impliquant Google - Lloyd vs Google - qui est susceptible d’avoir des répercussions sur la façon dont le recours collectif sera mené.

« TikTok est une application extrêmement populaire, mais derrière les chansons amusantes, les défis de danse et les tendances de la synchronisation labiale se cache quelque chose de bien plus sinistre », a déclaré Anne Longfield.

Anne Longfield a signalé que TikTok recueille la date de naissance, l’adresse e-mail, le numéro de téléphone, les données biométriques (reconnaissance faciale) et même toute information que l’enfant peut avoir fournie sur l’orientation sexuelle ou les croyances religieuses. Les informations sont collectées sans avertissement suffisant, sans transparence ou sans le consentement nécessaire requis par la loi britannique.

Anne Longfield a confié au cabinet d’avocat  britannique Scott & Scott le soin de s’occuper de l’affaire. Tom Southwell, partenaire de Scott & Scott, estime que TikTok a commis une « violation grave de la législation britannique et européenne sur la protection des données ». Il a déclaré : « Les revenus publicitaires de TikTok et ByteDance reposent sur les informations personnelles de ses utilisateurs, y compris les enfants. Tirer profit de ces informations sans remplir ses obligations légales et son devoir moral de protéger les enfants en ligne est inacceptable. »

« TikTok est une application extrêmement populaire, mais derrière les chansons amusantes, les défis de danse et les tendances de la synchronisation labiale se cache quelque chose de bien plus sinistre », a déclaré Longfield. (Image :  motionstock / Pixabay)

TikTok avait déjà été condamné à une amende de 5,7 millions de dollars par la Federal Trade Commission (FTC) aux Etats-Unis en 2019 pour la mauvaise gestion des données sur les enfants. La société a également fait l’objet d’une enquête de l’Information Commissioner’s Office (ICO) au Royaume-Uni en raison de l’hébergement de contenus publiés par des utilisateurs de moins de 13 ans. L’ICO a ensuite exigé de TikTok qu’il supprime les données de ses utilisateurs de moins de 13 ans et de mettre en place un système de vérification de l’âge. Malgré les sanctions, selon l’office des communications (Ofcom), 44% des enfants âgés de 8 à 12 ans continuent d’utiliser TikTok malgré les systèmes de vérification de l’âge.

En raison de problèmes de sécurité nationale, l’ancien président Donald Trump avait publié le 6 août 2020 un décret interdisant à toute société américaine de négocier avec la société mère de TikTok, ByteDance. L’ancien secrétaire d’État de Donald Trump, Mike Pompeo, a déclaré que les entreprises technologiques chinoises soutenues par l’État comme TikTok sont des « chevaux de Troie pour le renseignement chinois ».

Traduit par Nello Tinazzo

Version en anglais : Class Action Suit Alleging TikTok Violated UK Child Privacy Laws Under Way