Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Opinion. Le sacrifice d’une mère : l’histoire de trois sacs de riz

TENDANCE > Opinion

Cet article relate l’histoire d’une famille pauvre et le sacrifice d’une mère. Alors que le fils entrait à l’école primaire, son père est décédé. La mère et le fils se sont soutenus l’un l’autre et ont délicatement déposé la dépouille du père sous un monticule de terre.

La mère ne s’est pas remariée. Elle a travaillé sans relâche pour élever son fils. À l’époque, le village n’avait pas d’électricité et chaque soir, le fils étudiait et écrivait à la lumière d’une lampe à huile, tandis que la mère cousait tranquillement, exprimant son amour dans les vêtements. Jour après jour, année après année, alors que les murs se couvraient de ses certificats, le fils devenait grand et fort comme un bambou printanier. En regardant son fils, qui était maintenant plus grand qu’elle, les yeux de sa mère se plissaient de joie.

Le fils est accepté dans une grande école

Alors que les arbres de toute la montagne montraient des signes d’automne, son fils a été accepté dans le meilleur lycée du comté. Cependant, la mère a développé de graves rhumatismes et n’a plus pu travailler à la ferme. Parfois, ils n’avaient même pas de quoi manger.

À l’époque, chaque élève de l’école secondaire devait apporter 30 livres de riz par mois pour la cafétéria. Sachant que sa mère n’était pas en mesure de fournir ce riz, il lui a alors dit : « Mère, je vais abandonner l’école et t’aider en travaillant à la ferme. » Lui caressant affectueusement la tête, la mère lui a répondu : « Je suis heureuse que tu ais une telle idée, mais tu dois continuer tes études. Ne t’inquiète pas, je t’ai mis au monde, je trouverai un moyen de subvenir à tes besoins. Va à l’école, je t’apporterai le riz plus tard. »

Le fils s’est entêté à refuser. Sa mère l’a à nouveau pressé d’y aller. Comme il s’obstinait à refuser, elle l’a giflé durement. C’était la première fois qu’elle frappait son fils âgé de 16 ans. Finalement, le fils est retourné à l’école.

Le sacrifice d’une mère : l’histoire de trois sacs de riz
Alors que les arbres de la montagne montraient des signes d’automne, le fils a été admis dans le meilleur lycée du comté. (Image : Mumemories / envato)

La mère apporte du riz mélangé à la cafétéria

Peu de temps après, la mère s’est rendue à la cafétéria du lycée du comté, arrivant en retard et boitant, avec un sac de riz sur l’épaule. L’homme chargé de peser et d’enregistrer le riz, Maître Xiong, a ouvert le sac et a pris une poignée de riz, fronçant les sourcils. « Vous, les parents, vous essayez toujours de prendre l’avantage », a-t-il dit. « Regardez, il y a du riz précoce, du riz tardif et du riz fin, tout ça mélangé. Vous avez transformé notre cafétéria en une poubelle de riz mélangé ».

La mère a rougi d’embarras et s’est excusée à plusieurs reprises. Maître Xiong, voyant son embarras, a accepté le riz sans autre commentaire. La mère a ensuite sorti un petit sac en tissu, disant : « Maître, voici 5 yuans, les frais de subsistance de mon fils pour le mois. Veuillez les lui donner. » Maître Xiong a pris le sac, entendant le tintement des pièces à l’intérieur. Sur le ton de la plaisanterie, il lui a demandé: « Quoi, vous vendez des œufs au thé dans la rue ? » Elle a rougi de nouveau, l’a remercié et s’en est allée en boitant.

Au début du mois suivant, la mère est revenue avec un autre sac de riz. Après l’avoir ouvert, Maître Xiong a de nouveau froncé les sourcils : il s’agissait toujours de riz mélangé. Se disant qu’il n’avait peut-être pas expliqué clairement la fois précédente, il lui a dit : « nous acceptons toutes les sortes de riz, mais ils doivent être séparés. Sinon, la cuisson est difficile et le riz n’est pas assez cuit. Si vous apportez à nouveau du riz mélangé, je ne l’accepterai pas ».

La mère a plaidé : « Maître, tout notre riz est comme ça. Que dois-je faire ? » À la fois amusé et frustré, Maître Xiong a demandé : « Votre champ d’un hectare produit-il cent sortes de riz ? C’est impossible. » N’osant plus rien dire, la mère est partie en silence.

Le troisième mois, elle est revenu avec du riz mélangé. Cette fois, Maître Xiong s’est emporté, criant : « Pourquoi êtes-vous si têtue ? C’est toujours du riz mélangé ! De la même façon que vous l’avez apporté, vous allez le ramener! » Comme si elle s’y était préparée, la mère s’est agenouillée devant lui, des larmes coulant sur ses joues. « Maître, je dois vous dire la vérité. Ce riz m’est donné par d’autres. » Stupéfait, Maître Xiong est resté sans voix.

La mère s’est assise sur le sol, retroussant son pantalon pour dévoiler ses jambes enflées et difformes. Elle a essuyé ses larmes et expliqué : « je souffre de rhumatismes avancés. Même marcher est difficile, sans parler de cultiver la terre. Comprenant la situation, mon fils a voulu abandonner ses études pour m’aider, mais j’ai insisté pour qu’il les poursuive. J’ai caché la situation à nos voisins et j’ai peur que mon fils perde son estime s’il l’apprend. Chaque jour, avant l’aube, je me rends jusqu’à un village situé à 15 km pour mendier du riz et je reviens à la nuit tombée. Je regroupe le riz mendié et je le ramène ici chaque mois. »

Le sacrifice d’une mère : l’histoire de trois sacs de riz
Maître Xiong a expliqué qu’ils ne voulaient pas de riz mélangé parce qu’il serait trop difficile à cuire. (Image : tycoon101 / envato)

Le sacrifice de la mère

Les paroles de la mère ont profondément touché Maître Xiong. Il l’a aidée à se relever, disant : « Vous êtes une mère remarquable. Je vais en parler au directeur et faire en sorte que l’école aide votre famille. » Elle a secoué précipitamment la tête : « Non, si mon fils sait que je mendie pour financer son éducation, cela va détruire son estime de soi. Ce n’est pas bon pour ses études. J’apprécie votre gentillesse, mais s’il vous plaît, gardez le secret. »

Le principal du lycée a fini par être mis au courant de la situation et a discrètement exonéré le fils de ses frais de scolarité et de ses frais de subsistance pendant trois ans, au titre de la catégorie des étudiants en difficulté. Trois ans plus tard, le fils a obtenu d’excellents résultats à l’examen d’entrée à l’université et a été admis à l’université de Tsinghua. Le jour de la remise des diplômes, le lycée du comté était rempli de tambours. Le principal a invité le fils à monter sur scène.

Perplexe, le fils s’est demandé pourquoi il était le seul à être honoré alors que plusieurs élèves avaient obtenu d’excellents résultats. Ce qui est encore plus étrange, c’est qu’il y avait trois sacs volumineux empilés sur l’estrade. C’est alors que Maître Xiong est monté sur scène et a raconté l’histoire d’une mère mendiant du riz pour que son fils puisse aller à l’école. Le public est resté totalement silencieux. Le directeur a montré les trois sacs et a dit avec émotion : « ce sont les trois sacs de riz que la mère a mendiés. Ils n’ont pas de prix. Accueillons maintenant cette mère exemplaire sur scène. »

Le fils s’est retourné et a vu Maître Xiong aider sa mère à se diriger lentement vers l’estrade. La mère et le fils se sont regardés. Les yeux de la mère étaient chaleureux et doux, ses cheveux grisonnants tombaient librement sur son front. Son fils s’est précipité vers elle, l’a serrée dans ses bras en sanglotant, réalisant le sacrifice de sa mère : « Mère, ma chère mère… »

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Source : A Mother’s Sacrifice: The Story of 3 Bags of Rice
www.nspirement.com

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.