Press "Enter" to skip to content

Opinion. La diplomatie des loups combattants 

TENDANCE > Opinion

L’incident du 18 septembre
 

Le 18 septembre 1931, l’Empire nippon planifie l’« incident du 18 septembre » (九一八事变) à proximité de Mukden (aujourd’hui Shenyang) en détruisant une section de voie ferrée appartenant à la société japonaise des chemins de fer de Mandchourie du Sud. Cette action fut menée par crainte d’une unification de la Chine sous l’égide du Kuomintang (Parti politique dominant le gouvernement central de la République de Chine dès 1928), perçue comme une menace contre la prééminence japonaise dans la région.

C’est le  général de l’armée impériale nippone, Kanji Ishiwara, qui est à l’origine de la planification et de l’organisation de l’attentat. Pour le journaliste Bruno Birolli, spécialiste de l’Asie, Kanji Ishiwara était hésitant au début, préférant voir la Chine attaquée. Les militaires japonais accusent alors les Chinois d’être à l’origine de cet attentat, donnant prétexte à l’invasion immédiate du Sud de la Mandchourie par leurs troupes. En l’espace de trois mois, le Japon occupe l’ensemble de la Mandchourie : les provinces actuelles du Liaoning, de Jilin et du Heilongjiang, ainsi que la Mongolie intérieure orientale. En mars 1932, le Japon instaure l’Etat fantoche du Mandchoukouo, sous l’autorité théorique de l’ex-empereur de Chine Puyi.

Les troupes japonaises à Mukden le 18 septembre 1931. (Image : Osaka Mainichi war cameramen / CC BY-SA 3.0

L’invasion de la Mandchourie, une terre riche en ressources naturelles, était largement considérée comme une « bouée de sauvetage » économique en période de Grande Dépression. L’historienne américaine, Louise Jeune, décrit le Japon de septembre 1931 au printemps 1933 comme en proie à la « fièvre de la guerre ». Selon Bruno Birolli : « Dans le conflit qu’Ishiwara annonce et juge inévitable avec les États-Unis, il faut avoir une profondeur stratégique, ne pas être dos à la mer et aussi avoir accès aux minerais et aux ressources agricoles ». L’opinion publique, dans sa grande majorité, soutient la conquête de la Mandchourie.

Condamnation de la communauté internationale

À Washington, le secrétaire d’État américain de l’époque, Henry L. Stimson, condamne fermement l’attaque lancée par le Japon.

Après l’incident du 18 septembre, le Boston Post rapporte que le secrétaire d’État américain de l’époque, Stimson, avait fermement condamné le Japon. (Image : Internet)

En décembre de la même année, la Société des Nations (SDN) envoie une commission enquêter sur l’incident du 18 septembre. L’enquête est dirigée par Lord Lytton et réunit quatre pays : les Etats-Unis, l’Allemagne, l’Italie et la France.

La commission Lytton examine le chemin de fer bombardé lors de l’incident du 18 septembre. (Image : Vision Times)

Au printemps 1932, La commission rencontre les dirigeants japonais et chinois séparément et mène une enquête de six semaines en Mandchourie. Le 2 octobre 1932, le comité publie son rapport officiel d’enquête.

Ainsi, le rapport Lytton (ットン報告書) condamne l’invasion de la Mandchourie et son occupation par le Japon, la qualifiant d’agression, et demande la restitution de la Mandchourie à la Chine. Le rapport estime que l’Etat du Mandchoukouo ne peut être reconnu et recommande l’autonomie de la Mandchourie sous l’égide de la Chine.

Le 24 février 1933, la SDN débat fiévreusement sur l’affaire mandchoue. Elle finit par adopter une résolution à l’unanimité, l’opposition du Japon et l’abstention du Siam, et somme le Japon « d’évacuer dans les plus brefs délais toute la portion de territoire qu’il occupe indûment ».

Le Japon provoque sa rupture avec la communauté internationale

Dans un ultime discours, Yosuke Matsuoka (松岡洋右), le représentant du Japon a « crié à la tribune » : « Le Japon s’opposera à toute tentative de contrôle international de la Mandchourie. Cela ne signifie pas que nous vous défions, car la Mandchourie nous appartient de droit. " Lisez votre histoire. Nous avons récupéré la Mandchourie de Russie. Nous avons fait ce qu’elle est aujourd’hui ".  Ajoutant : « Le Japon a été et sera toujours le pilier de la paix, de l’ordre et du progrès en Extrême-Orient ».« Le Japon, cependant, ne peut accepter le rapport adopté par l’assemblée qui a pris soin de souligner que les recommandations contenues dans le rapport ne peuvent pas être considérées de manière à garantir la paix dans cette partie du monde ».  Puis, il stupéfait l’assemblée en quittant l’hémicycle et en déclarant : « Nous ne reviendrons pas ».  Le journaliste, Steward Brown, correspondant d’Unided Press à l’époque, écrit : « les galeries bondées éclatèrent en sifflements et applaudissements mêlés ».

La session a marqué l’histoire car elle signifiait la rupture définitive entre l’organisation et l’une des grandes puissances mondiales. La Tchécoslovaquie, la Belgique et l’Espagne républicaine avaient compris que valider le démembrement de la Chine représentait le risque d’un futur redécoupage des frontières en Europe à leurs dépens. Pour qu’un principe soit valable, il ne peut supporter aucune exception, pas plus en Chine qu’ailleurs. Tandis que les grandes puissances, la France et l’Angleterre hésitantes pensaient à leurs intérêts et espéraient un accommodement qui ne froisserait ni le Japon, ni la Chine. Mais un gentlemen’s agreement  étant impossible, elles se sont tues et ont regardé sombrer la SDN.

Bruno Birolli a expliqué : outre l’aspect économique, « le deuxième but de cet attentat est de provoquer une crise internationale qui isolerait le Japon. Ce qui rendrait beaucoup plus facile de mettre fin à tous les traités avec le reste du monde et donc de militariser le Japon, puisqu’il serait en butte à l’hostilité du monde entier. C’était un très bon argument pour faire passer la pilule à l’opinion publique pour qu’elle renonce à ses libertés et qu’elle se range aux ordres de l’armée. D’ailleurs en 1934, un film de propagande intitulé " Japon en état d’urgence " va s’appuyer sur ce constat. Il prône la fin totale du parlementarisme et une baisse du niveau de vie afin d’investir dans l’armement et le renoncement à toute forme de droit politique. C’est donc la mise en place d’un fascisme. L’excuse : le monde serait contre le Japon. »

Des conséquences dramatiques

Après l’incident du 18 septembre, l’armée japonaise organise la violente attaque japonaise de Shanghai en janvier 1932. Puis elle se lance à la conquête de toute la Chine en juillet 1937. Entre-temps éclate la guerre civile en Espagne, puis la crise d’Abyssinie et enfin l’attaque d’Hitler contre la Pologne et l’attaque de Pearl Harbour en décembre 1941. La guerre commence le 18 septembre 1931 à Moukden et les conséquences vont être terribles.

Pour Bruno Birolli : « L’impunité dont bénéficie le Japon va inspirer Mussolini en Abyssinie, puis Hitler. Le seul mécanisme en place concernant le règlement des conflits par le droit et la négociation, est détruit ».  « La guerre commence le 18 septembre 1931 à Moukden et les conséquences vont être terribles. »

De retour au Japon,  Matsuoka  a été salué comme un héros national  par les journaux et la population. Ce n’est qu’après la guerre que les Japonais apprendront que cet attentat du 18 septembre 1931 n’a pas été commis par les forces chinoises, mais par des officiers japonais. De 1931 à 1945, on leur a menti.

Une leçon pour le monde d’aujourd’hui
 

À travers le respect de l’intégrité territoriale de la Chine, s’est joué l’avenir de l’idée de sécurité collective. Les nations déposent les armes car elles savent pouvoir se fier à la négociation, au bon sens et à la solidarité collective. Or, la crise mandchoue a eu un impact négatif significatif sur la force morale et l’influence de la Société des Nations.

Les leçons de l’histoire

Un régime qui nourrit ces loups affamés est, par nature, incapable de faire la distinction fondamentale entre le bien et le mal. Et lorsque leurs exactions, dénoncées par un nombre toujours plus grand de ressortissants, ne rencontrent pas la moindre opposition de la part de la population, alors on peut en déduire que le lavage de cerveau de cette dernière a été considérable. Un tel régime a emprunté la voie du non-retour.

L’Empire japonais n’a rencontré aucune opposition à hauteur de ses exactions après l’incident du 18 septembre, ce qui l’a conduit inexorablement au bombardement de Pearl Harbor en 1941 jusqu’à sa défaite et sa reddition en 1945. Il a finalement cessé d’exister. Mais la nation japonaise a payé un lourd tribut avec plus de 2 millions de soldats et civils tués pendant la Seconde Guerre mondiale, 66 grandes villes japonaises bombardées et rayées de la carte, un total de 40 % du territoire totalement détruit, au moins 30 % de la population sans abri, et des dommages économiques incalculables.

Après la défaite du Japon, Matsuoka a été placé sur la liste des criminels de guerre de classe A et arrêté par le haut commandement allié. Il meurt de la tuberculose en juin 1946 à l’âge de soixante six ans.

Aujourd’hui, le regard porté sur Yoshinori Matsuoka semble ironique. Son intervention peut être comparée aux actions de certains personnages d’aujourd’hui. Un système totalitaire distribue honneurs, positions et acclamations, car il ne lui en coûtent rien. Mais, en contrepartie, « ce système tout puissant exige un dévouement inconditionnel ».

En un instant, l’homme s’inscrit dans l’histoire humaine, tel un arlequin pour l’éternité.

Cette tranche d’histoire est également une leçon pour l’humanité : alors que le monde n’aspirait qu’à la paix suite à la création de la Société des Nations au lendemain de la Première Guerre mondiale. L’incident du 18 septembre a été la première agression après le conflit de 14-18, et bien que la Société des Nations ait unanimement condamné le Japon, elle n’a pas réussi à organiser une force militaire pour contrer son agression. Comme les critiques l’avaient prédit, elle s’est révélée impuissante face à une nation forte et décidée à poursuivre une politique agressive contre d’autres pays. Ce qui a permis à l’Empire impérialiste japonais de commettre une agression flagrante sans conséquences graves. D’autant plus qu’il aurait été difficile à l’époque de persuader un paysan en Amérique, ou un ouvrier à Londres, de donner sa vie pour aller combattre en Chine, à dix mille kilomètres de là, dans le seul but de réparer une injustice.

Mais quel est le prix à payer en cédant à un régime malfaisant ? Le « succès » du Japon a donné le feu vert à des actes répétés d’agression, et les agresseurs ont vu les faiblesses des nations libres. Les conséquences ont été l’invasion de l’Éthiopie par Mussolini en 1935, l’invasion de la zone démilitarisée de la Rhénanie par Hitler en 1936, l’annexion de l’Autriche en 1938, l’invasion de la Tchécoslovaquie et l’invasion de la Pologne en 1939, conduisant finalement au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Dès lors, un grand nombre de personnes ont été contraintes de rejoindre l’armée, et le monde, y compris les ressortissants japonais, a payé un prix extrêmement douloureux. Si le Japon avait été stoppé en 1933, la série d’événements qui a suivi ne se serait peut-être pas produite.

Aujourd’hui, la leçon que l’histoire nous a apprise est que les nations doivent s’acquitter d’une lourde dette à cause de la nature perverse d’un régime. Un régime qui ne croit qu’en une philosophie de lutte, capable de mentir avec un aplomb incroyable et d’opérer un lavage de cerveau sur ses citoyens avec pour seuls objectifs ses intérêts immédiats.

Ces représentants de l’impérialisme japonais sans foi ni loi sont les précurseurs des diplomates  ou « loups combattants » de la Chine d’aujourd’hui.

(L’article ne représente que la position et les opinions personnelles de l’auteur)

Traduit par Yao Xu avec la collaboration de Farida L.

Version en chinois : 戰狼外交會帶來什麼?世界不可忘的教訓