Le chinois sera-t-il la future langue mondiale ?

Par Troy Oakes
Le 18/05/2020
Le Dr Gil présente quatre arguments pour soutenir la possibilité que le chinois devienne un jour une langue mondiale. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Le Dr Gil présente quatre arguments pour soutenir la possibilité que le chinois devienne un jour une langue mondiale. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Avec l’ascension continue de la Chine en tant que puissance économique et commerciale mondiale, il n’y a aucune barrière pour empêcher le chinois de devenir une langue mondiale comme l’anglais, selon le Dr Jeffrey Gil, conférencier à l’université Flinders. Le Dr Gil, qui enseigne l’anglais comme deuxième langue au Collège des sciences humaines, des arts et des sciences sociales de l’Université Flinders, a contesté les arguments qui suggèrent que le chinois doit surmonter des obstacles insurmontables pour devenir une langue internationale communément utilisée, en raison de la complexité des caractères écrits chinois.

Son article, intitulé Will a character-based writing system prevent Chinese becoming a global language ? A review and reconsideration of the debate (Un système d’écriture basé sur les caractères empêchera-t-il le chinois de devenir une langue mondiale? Une revue et une reconsidération du débat), a été publiée dans la revue Global Chinese. L’article analyse les pratiques linguistiques, les idéologies linguistiques et la planification linguistique entourant le système d’écriture chinois, ainsi que les caractéristiques de l’anglais mondial contemporain, pour montrer que le chinois pourrait un jour devenir une langue mondiale.

 

Tout d’abord, il souligne que l’alphabétisation universelle n’est pas nécessaire pour obtenir le statut de langue internationale. « Il existe une hypothèse erronée selon laquelle tous les apprenants du chinois doivent apprendre à lire et à écrire à un niveau similaire à celui de leur langue maternelle - bien que cela ne reflète pas l’utilisation mondiale de l’anglais. Les gens apprennent autant d’anglais que nécessaire pour leurs besoins, et il en serait de même si le chinois était une langue mondiale ». (
Tout d’abord, il souligne que l’alphabétisation universelle n’est pas nécessaire pour obtenir le statut de langue internationale. « Il existe une hypothèse erronée selon laquelle tous les apprenants du chinois doivent apprendre à lire et à écrire à un niveau similaire à celui de leur langue maternelle - bien que cela ne reflète pas l’utilisation mondiale de l’anglais. Les gens apprennent autant d’anglais que nécessaire pour leurs besoins, et il en serait de même si le chinois était une langue mondiale ».  (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Le Dr. Gil présente quatre arguments pour soutenir la possibilité que le chinois devienne un jour une langue globale. Premièrement, il souligne que l’alphabétisation universelle n’est pas nécessaire pour obtenir le statut de langue mondiale.

« Il existe une hypothèse erronée selon laquelle tous les apprenants de chinois doivent apprendre à lire et à écrire à un niveau similaire à celui des natifs - bien que cela ne reflète pas l’utilisation mondiale de l’anglais. Les gens apprennent autant d’anglais que nécessaire pour leurs besoins, et il en serait de même si le chinois était une langue mondiale ».

M. Gil note que les ordinateurs et les téléphones portables peuvent désormais convertir le pinyin romanisé (l’alphabet phonétique chinois) en caractères, ce qui signifie que les apprenants de cette langue n’ont qu’à apprendre le pinyin et la reconnaissance des caractères, ce qui permet d’économiser un temps et des efforts considérables pour communiquer régulièrement en chinois. M. Gil souligne également que le chinois était auparavant couramment utilisé dans d’autres pays : « Il existe un précédent historique pour l’adoption de caractères en dehors de la Chine, avec une utilisation de longue date du chinois écrit à des fins universitaires et officielles en Corée, au Japon et au Vietnam. Cela s’est produit en raison du statut de la Chine en tant que pays le plus puissant de la région, voire du monde, et démontre que les gens de n’importe quel pays apprendront et utiliseront les caractères s’il existe une raison suffisante de le faire ».

L’opinion selon laquelle le chinois ne sera pas adopté en tant que langue mondiale se concentre exclusivement sur les propriétés linguistiques, ce qui n’est pas exact selon le Dr Gil : « Les incohérences et les irrégularités du système d’écriture anglais montrent que les propriétés linguistiques ne déterminent pas à elles seules si une langue devient mondiale. J’en conclus qu’un système d’écriture basé sur les caractères n’empêchera pas le chinois d’atteindre le statut de langue mondiale ».


Fourni par : Flinders University (Note : le contenu et la longueur des documents peuvent être modifiés).

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Will Chinese Rise as a Global Language? Academic Says ‘Yes’