La nature pour une meilleure santé immunitaire

Par Vision Times
Le 20/10/2020
La végétalisation des espaces urbains peut améliorer la qualité des sols et a été associée à une meilleure santé immunitaire chez l’homme. (Image : pixabay / CC0 1.0)
La végétalisation des espaces urbains peut améliorer la qualité des sols et a été associée à une meilleure santé immunitaire chez l’homme. (Image : pixabay CC0 1.0)
 

La végétalisation des espaces verts dans les villes peut améliorer la qualité du sol et elle a été associée à une meilleure santé immunitaire chez l’homme. Pour mieux comprendre la relation entre la composition du sol et les différents types de végétation urbaine - pelouses, terrains vagues, parcs et zones boisées - nos chercheurs ont prélevé des échantillons de sols situés dans la zone du conseil municipal de la ville de Playford en Australie du Sud, pour comparer le « microbiote ».

 

L’étude est censée fournir les premières preuves que la végétalisation des espaces publics par les autochtones peut restaurer les « communautés végétales » écologiques du sol riches en microbiotes naturels, et renforcer notre système immunitaire. (Image : pixabay / CC0 1.0)
L’étude est censée fournir les premières preuves que la végétalisation des espaces publics par les autochtones peut restaurer les « communautés végétales » écologiques du sol riches en microbiotes naturels, et renforcer notre système immunitaire. (Image : pixabay CC0 1.0)
 

Les microbiotes sont les communautés microscopiques (y compris les bactéries, les champignons, les amibes, les vers microscopiques, et plus encore) qui font partie de notre environnement. Selon le chercheur principal Jacob Mills, la motivation de l’étude était de déterminer si la végétalisation a un effet positif sur la biodiversité naturelle et si elle pourrait potentiellement conduire à de meilleurs résultats pour la santé. Jacob Mills a expliqué : « Historiquement, les humains vivaient dans des paysages plus ruraux et plus sauvages, et les enfants passaient une plus grande partie de leur enfance à l’extérieur, ce qui leur permettait d’être exposés naturellement à un plus grand nombre de microbes. »

Il a ajouté que l’urbanisation avait radicalement changé la donne et que nous passons maintenant plus de temps à l’intérieur, que la qualité de notre alimentation s’est dégradée et que nous sommes moins en contact avec l’environnement sauvage et plus exposés à la pollution, ce qui a eu pour résultat une augmentation significative des maladies non transmissibles telles que des défaillances respiratoires.

« Une plus grande biodiversité pourrait aider à limiter ce risque, en forgeant notre système immunitaire, et pourrait être adoptée en tant que mesure de santé préventive. Elle pourrait être particulièrement bénéfique pour les zones socio-économiques défavorisées et alléger la charge qui pèse sur nos systèmes de santé », a-t-il suggéré.

L’étude est censée fournir les premières preuves que la végétalisation indigène des espaces publics peut restaurer les communautés écologiques du sol et renforcer notre système immunitaire grâce à l’exposition au microbiote naturel. Cette exposition, en particulier pendant l’enfance, est probablement très importante pour le développement de notre système immunitaire. Par exemple, il existe dans le sol certains composés microbiens qui réduisent le stress et l’anxiété.

 

Cette exposition, en particulier durant l’enfance, est probablement très importante pour le développement de notre système immunitaire. Certains composés microbiens présents dans le sol peuvent par exemple réduire le stress et l’anxiété. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 Cette exposition, en particulier durant l’enfance, est probablement très importante pour le développement de notre système immunitaire. Certains composés microbiens présents dans le sol peuvent par exemple réduire le stress et l’anxiété. (Image : pixabay CC0 1.0)
 

Selon M. Mills, les résultats ont également des implications sur la conception urbaine, l’architecture du paysage et les conseils, qui doivent répondre à certains critères pour rendre un espace socialement fonctionnel. Il a ajouté : « Nous espérons que ces critères pourront être étendus et inclure un design plus inspiré de la nature pour le bien de la santé, et nous voyons déjà ce changement se mettre en place ».


Fourni par : L’Université d’Adélaïde (Note : le contenu et la longueur des documents peuvent être modifiés).

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : A Return to the Wild for Better Immune Health