Press "Enter" to skip to content

Tradition. Un célèbre herboriste à Chang’an durant la dynastie Tang

CHINE ANCIENNE > Tradition

Song Qing jouissait d’une haute estime parce qu’il exerçait son métier de manière totalement indépendante et unique par rapport aux autres herboristes. (Image : technicolorsflickr / CC BY-ND 2.0)

Au coeur de la dynastie Tang, un herboriste, du nom de Song Qing, vivait dans la capitale de Chang’an, à l’ouest de la ville. À cette époque, un vieil adage disait : « L’herboriste Song Qing est une personne de grande vertu ».

En tant qu’humble herboriste, pourquoi était-il tenu en si haute estime ? C’est parce que Song Qing, contrairement aux autres marchands, exerçait son métier de manière totalement indépendante et unique.

En tout premier lieu et en tant que commerçant, il traitait particulièrement bien les cueilleurs d’herbes. Lorsque ceux-ci revenaient des montagnes éloignées et des vallées profondes, ils apportaient tout d’abord les herbes à Song Qing, ainsi, celui-ci pouvait sélectionner les herbes de la plus haute qualité. Song Qing les payait au prix fort, bien plus que le tarif habituel proposé par les autres herboristes.

Ainsi, par rapport aux autres commerçants, Song Qing bénéficiait naturellement de la plus grande qualité et de la plus grande efficacité pour ses précieuses herbes médicinales.

Les médecins de Chang’an utilisaient les herbes de Song Qing qu’ils complétaient avec leurs propres prescriptions. Elles se vendaient toutes très bien et tout le monde ne tarissait pas d’éloges envers Song Qing. Afin de recouvrer le plus rapidement la santé, les malades qui avaient des plaies sur le corps s’adressaient directement à Song Qing pour obtenir des médicaments, car celui-ci accédait toujours à toutes les demandes.

Song Qing répondait à toutes les demandes et fournissait toujours des herbes de la plus haute qualité. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Song Qing répondait à toutes les demandes et fournissait toujours des herbes de la plus haute qualité. (Image : pixabay / CC0 1.0)

En second lieu, peu importait que le patient soit riche ou pauvre, Song Qing administrait toujours les meilleures herbes. Concernant les patients qui n’avaient pas d’argent, Song Qing leur demandait simplement de rédiger une reconnaissance de dette avant de leur remettre les médicaments. Il appartenait ensuite, au patient de décider, s’il allait ou non rembourser Song Qing lorsqu’il aurait suffisamment d’argent.

Au fil du temps, Song Qing accumula beaucoup de reconnaissances de dettes impayées, mais il ne poursuivit jamais personne pour en obtenir le paiement. Song Qing fournissait des médicaments à emporter, même à ceux qui venaient de très loin et qu’il ne connaissait pas, du moment qu’ils lui avaient signé une reconnaissance de dette.

À la fin de chaque année, Song Qing brûlait les reconnaissances de dette des patients qu’il estimait dans l’incapacité de pouvoir les régler et n’en parlait plus jamais. À cette époque, d’autres herboristes de l’ouest de la ville pensaient que Song Qing était complètement idiot et se moquaient de lui, ouvertement, en lui disant : « Tu es vraiment un idiot ! »,alors que d’autres pensaient que « Song Qing était une personne morale et vertueuse ».

Lorsque ce genre de propos parvenaient aux oreilles de Song Qing, il répondait : « Je suis simplement un homme qui gagne de l’argent pour subvenir aux besoins de sa famille. Je ne suis pas un moraliste, mais il est faux de dire que je suis un idiot ».

Il y avait ceux qui riaient, se moquaient et doutaient de Song Qing, et il y avait aussi ceux qui lui vouaient de l’admiration. Pendant les 40 ans durant lesquels il géra son herboristerie, Song Qing brûla plus d’une centaine de reconnaissances de dette.

Parmi ceux qui avaient signé des reconnaissances de dette, certains étaient devenus de hauts fonctionnaires du gouvernement central et d’autres des fonctionnaires du comté local. Après avoir réussi leur vie, ils retournèrent dans l’ouest de la ville pour régler leurs reconnaissances de dette et ainsi, montrer toute leur gratitude à Song Qing, lui offrant même des présents.

Parmi ceux qui avaient rédigé des lettres de reconnaissance de dette, certains sont devenus plus tard des fonctionnaires du gouvernement central et sont revenus dans l’ouest de la ville pour rembourser Song Qing. (Image : flickr / CC0 1.0)
Parmi ceux qui avaient rédigé des lettres de reconnaissance de dette, certains sont devenus plus tard des fonctionnaires du gouvernement central et sont revenus dans l’ouest de la ville pour rembourser Song Qing. (Image : flickr / CC0 1.0)

Pendant des décennies, même si plus d’une centaine de personnes n’avaient toujours pas payé Song Qing, cela ne l’empêcha pas de devenir riche. Les bonnes actions de Song Qing inspirèrent de nombreuses personnes qui comprirent que sa quête la plus fondamentale n’était finalement pas de s’enrichir mais de sauver des vies. Cela expliquait pourquoi il préférait annuler des reconnaissances de dette, plutôt que de vendre des médicaments de mauvaise qualité à ses patients.

Ainsi, ce commerçant honnête et bienveillant, qui se comportait avec une si grande noblesse gagna naturellement la confiance des gens. Le bouche à oreille fit naturellement son œuvre, et de plus en plus de personnes fréquentèrent son herboristerie.

De toute évidence, la façon dont Song Qing exerçait son métier était prévoyante, noble et juste, ce qui lui permettait de « récolter des profits et des bénéfices à long terme ». Ce n’était pas le cas pour certains autres commerçants qui ne recherchaient qu’un profit immédiat, et qui dès qu’ils ne pouvaient être payés, se fâchaient et changeaient d’attitude, au point de perdre leurs clients en les réprimandant, et de s’en faire des ennemis.

Des documents historiques résument sa façon de procéder en affaires et comment il s’est enrichi. On pense que la racine de son succès est due à sa « sincérité » : quel que soit le type d’entreprise dans lequel vous évoluez, tant que vous êtes honnête et intègre, vous finirez par réussir. À cette époque, Song Qing, qui ne connaissait que peu de chose à l’art du marketing, misait tout simplement sur la « sincérité ».

Traduit par Guillaume

Version en anglais : https://www.nspirement.com/2020/01/29/a-famous-medicinal-herb-merchant-in-changan-during-the-tang-dynasty2.html