Press "Enter" to skip to content

Tradition. Les méfaits se transmettent à travers les générations

CHINE ANCIENNE > Tradition

Dans la dynastie Qing, pendant le règne de Qianlong, il y avait un centre d’examen dans le canton de Jiangnan dans lequel un candidat nommé Yu de Jiangyin passait une première épreuve. (Image : Zhi Qing / Vision Times)
 

Il y a une histoire dans le Yuetan Sulu, un roman écrit par He Bang-e. Il raconte que sous la dynastie Qing, pendant le règne de Qianlong, il y avait un centre d’examen dans le canton de Jiangnan où un candidat nommé Yu de Jiangyin passait une première épreuve.

Yu baissa les bras pendant l’examen et se prépara à rentrer chez lui après la fin de la première épreuve. Certains candidats lui demandèrent pourquoi il voulait partir. Yu hésita et raconta la vérité.

Voici son histoire

Le père de Yu passa la majeure partie de sa vie en tant que fonctionnaire, mais après sa retraite il fut pris de phobie et ne put se rétablir. Sur son lit de mort, le père de Yu appela ses quatre fils et leur a dit : « Quand j’étais magistrat du comté, j’ai accepté un pot-de-vin de 2.000 taels (75,6 kg) d’or, et dans l’erreur, j’ai exécuté deux personnes.

Avec un péché aussi énorme, la punition originelle du Ciel est de couper les vivre à mes héritiers. Mais grâce à la vertu de nos ancêtres, un de mes fils pourra vivre et hériter, mais les cinq prochaines générations seront pauvres. Je sais que j’ai trop péché pour échapper à la souffrance de l’enfer. Si un de mes descendants ignore le destin et veut devenir un fonctionnaire, cela aggravera mon péché. Pour démontrer votre piété filiale, j’espère que vous ferez plus de bonnes actions. » 

Le père de Yu mourut  après ces paroles. Plus tard, tous les frères de Yu décédèrent l’un après l’autre jusqu’à ce qu’il ne reste plus que Yu.

 

Sur son lit de mort, le père de Yu appela ses quatre fils à lui et leur dit: « Quand j’étais magistrat du comté, j’ai accepté un pot-de-vin de 2.000 taels (75,6 kg) d’or, et dans l’erreur, j’ai exécuté deux personnes. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Sur son lit de mort, le père de Yu appela ses quatre fils à lui et leur dit: « Quand j’étais magistrat du comté, j’ai accepté un pot-de-vin de 2.000 taels (75,6 kg) d’or, et dans l’erreur, j’ai exécuté deux personnes. (Image : pixabay / CC0 1.0
 

Cependant, Yu ne prit pas les dernières paroles de son père au sérieux. Il se présenta à l’examen du canton à deux reprises, mais échoua à cause de tâches d’encre sur sa feuille d’examen. Il se présenta à l’examen encore une fois, mais alors qu’il se sentait en bonne voie dans l’écriture de la composition, il vit soudainement son père, lui dire d’un air triste : « Pourquoi ne pas m’écouter; tu as encore des ambitions démesurées ? Ce que tu as fait m’a fait souffrir d’avantage. Si tu ne te corriges pas, de grandes calamités viendront à toi. »

Après avoir révélé cela, Yu éclata en sanglots et laissa le surveillant sous le choc. En voyant que sa feuille d’examen était à nouveau tachée d’encre, il ne put que soupirer d’impuissance.

Yu poursuivi : « J’ai 25 ans, et j’ai échoué à l’examen impérial trois fois. La seule chose qui me rend triste, c’est que mon père souffre encore en enfer. Je suis terriblement désolé pour ce que j’ai fait. »

Tout le monde fut surpris par son récit. Il s’avère que les méfaits commis par les ascendants font réellement du mal à leurs descendants dans leur vie future et que ces derniers peuvent aggraver les péchés de leurs ascendants.

Traduit par Gabriel Olamsaint

Version en anglais : Wrongdoing Is Passed Down the Generations