Press "Enter" to skip to content

Histoire. L’empereur Taizong de la dynastie Tang et ses fidèles conseillers

CHINE ANCIENNE > Histoire

PODCAST

L’empereur Taizong de la dynastie Tang (唐太宗) de son nom de naissance Li Shimin (598 - 649 ap. J.-C.), était l’un des plus grands stratèges militaires de l’histoire chinoise. Il fut le deuxième empereur de la dynastie Tang, connue pour être l’âge d’or de l’antiquité impériale chinoise. En tant que souverain sage et miséricordieux, l’empereur Taizong était aimé du peuple qui, sous son règne, connut une période glorieuse de paix et de prospérité durables.

L’empereur Taizong incarnait l’idéal confucéen d’un souverain compatissant, fort, compétent et de haute moralité, qui tenait compte des conseils de fonctionnaires sages et compétents. Il a dit : « Avec le bronze comme miroir, on peut corriger son apparence. Avec l’histoire comme miroir, on peut comprendre la montée et la chute d’un État. Avec les hommes de bien comme miroir, on peut distinguer le bien du mal. »

La vertu de l’empereur Taizong des Tang

Un fléau destructeur de criquets se déclara près de la capitale de Chang’an la deuxième année du règne de l’empereur Taizong, et se répandit rapidement. L’empereur Taizong vit certains de ces insectes nuisibles alors qu’il inspectait les cultures dans les jardins du palais.

Il ramassa un criquet et dit : « Les gens dépendent des cultures pour vivre, mais vous les consommez et provoquez la famine. Si le peuple a fait quelque chose de mal, je devrais en être responsable. Si vous comprenez cela, alors cessez de nuire aux masses populaires. Tu peux te nourrir de mon cœur. » Avec ces mots, il se prépara à avaler le criquet.

Les fonctionnaires de la cour qui virent cela furent choqués et dirent : « S’il vous plaît, ne faites pas cela. Vous pourriez tomber malade. »

L’empereur Taizong répondit : « J’espérais que la catastrophe pourrait être reportée sur moi. Pourquoi aurais-je peur de tomber malade ? » Malgré l’inquiétude de ses officiers, l’empereur procéda à l’ingestion du criquet. À partir de ce jour et tout au long de son règne, il n’y eut plus jamais d’invasion de criquets.

L’empereur Taizong des Tang et ses fidèles conseillers
L’empereur Taizong de la dynastie Tang est loué et commémoré pour avoir été à la fois vertueux et raisonnable. (Image : wikimedia / Domaine public)

La Division des rites informa l’empereur, dans sa cinquième année, que le prince héritier devait bientôt participer à la cérémonie des adultes et que la période la plus propice pour cette cérémonie était le deuxième mois lunaire. La Division des rites demanda à l’empereur d’augmenter le nombre de gardes d’honneur.

Taizong répondit : « L’agriculture est très occupée en ce moment, et votre suggestion pourrait nuire au travail agricole. » L’événement fut donc reporté au mois d’octobre, selon sa proclamation.

En désespoir de cause, le tuteur du prince héritier tenta de convaincre Taizong que le deuxième mois était le meilleur moment pour la cérémonie des adultes, en se basant sur le concept Yin et Yang de génération et d’inhibition mutuelles.

Taizong répondit : « Je n’adhère pas de manière rigide à la théorie du Yin et du Yang pour faire les choses. Si quelqu’un fait tout selon la théorie du Yin et du Yang, alors il ne se soucierait pas beaucoup du raisonnement et de la droiture. Comment pouvons-nous seulement poursuivre notre propre bonne fortune et demander des bénédictions du Ciel ? »

« Si quelqu’un agit avec droiture, il sera naturellement béni par la bonne fortune. La saison agricole est très importante et il ne faut pas la mettre en danger », déclara-t-il.

Prendre à cœur les critiques des conseillers

L’empereur Taizong des Tang mit en place un système de recrutement d’employés du gouvernement honnêtes et francs qui le conseillaient régulièrement et lui signalaient ses fautes. Les critiques étaient parfois difficiles à accepter, mais il finissait toujours par reconnaître la valeur des paroles de ses conseillers.

Une fois, l’empereur Taizong perdit son sang-froid et réprimanda Zu Xiaosun, un directeur musical de la cour royale, car sa façon d’instruire les musiciens de la cour n’était pas à son goût.

Wang Gui (王珪), un conseiller honorable et direct de l’empereur Taizong, était l’un des conseillers les plus fiables et les plus francs de l’empereur. Lui et un autre conseiller, Wen Yanbo, savaient que Zu était un musicien talentueux et faisait de son mieux pour instruire comme le roi le demandait. Ils suggérèrent que l’empereur Taizong en attendait trop et sermonnèrent l’empereur pour avoir injustement puni Zu, ajoutant : « Nous ne voulons pas que les gens pensent que vous êtes autocratique. »

Lorsque l’empereur Taizong entendit cela, il devint furieux et les réprimanda pour avoir pris le parti de Zu et trahi leur empereur en l’abaissant. Wen Yanbo se repentit immédiatement d’avoir été offensant, mais Wang Gui déclara qu’il n’avait pas l’intention de s’excuser.

« Votre Majesté m’a demandé de servir fidèlement. Les mots que j’ai prononcés plus tôt aujourd’hui n’étaient pas pour moi, pourtant vous m’accusez de trahison. C’est Votre Majesté qui m’a laissé tomber, et non l’inverse. » L’empereur se tut.

Le lendemain, Taizong raconta à ses conseillers l’histoire de deux monarques de la dynastie Zhou qui avaient refusé d’écouter les conseils de leurs conseillers, ce qui avait entraîné de graves maladresses. Puis il dit : « Depuis les temps anciens, les empereurs ont eu des difficultés à accepter les remontrances. J’ai espéré suivre les saints précédents, mais je regrette de ne pas pouvoir atteindre le niveau des anciens. Je regrette sincèrement d’avoir grondé Wang Gui et Wen Yanbo hier. J’espère que cet incident ne vous empêchera pas de fournir d’autres critiques droites ! »

L’empereur Taizong des Tang et ses fidèles conseillers
Panneau en relief en pierre de l’empereur Taizong et de son destrier de combat Zhaoling. 636 - 649 CE dynastie Tang, province de Shaanxi, China Penn Museum. (Image : wikimedia / Mary Harrsch / CC BY-SA 4.0)

Un autre conseiller insista pour corriger l’habitude insouciante de l’empereur de chasser à cheval. L’empereur Taizong justifia cette activité chronophage auprès de ses conseillers en affirmant qu’elle permettait d’acquérir des compétences importantes.

Sun Fujia, un fonctionnaire de la cour de l’époque, tenta d’empêcher physiquement la prochaine chasse. Il se plaça devant le cheval de l’empereur et le gronda : « L’équitation et la chasse à cheval sont des choses que les jeunes fils de riches, extravagants et inutiles, font pour le plaisir… Votre obsession n’est ni bénéfique pour le pays ni un bon modèle pour vos héritiers. »

L’empereur refusa d’écouter, alors Sun Fujia lui dit que le cheval devrait lui passer sur le corps si sa Majesté tenait absolument à participer à cette activité inappropriée. L’empereur était furieux et ordonna que Sun Fujia soit décapité. Le conseiller déclara néanmoins qu’il préférait être tué plutôt que de regarder l’empereur commettre une erreur.

L’empereur Taizong fut ému par le courage de Sun Fujia à défendre la droiture. Il annula la chasse, félicita Sun Fujia pour sa loyauté et promut le fonctionnaire de la cour.

Éduquer le prince héritier pour qu’il soit vertueux

L’éducation du prince héritier pour en faire un successeur approprié était cruciale dans la Chine ancienne, car elle influençait le destin du pays et nécessitait des études pour les futurs princes héritiers. L’empereur Taizong des Tang était connu pour accorder une grande importance à l’éducation par l’introduction d’écoles publiques et prenait l’éducation très au sérieux.

Le prince héritier Li Zhi (李治) était le 9ème fils de l’empereur. C’était un bon fils mais il manquait de bravoure et de dynamisme. L’empereur Taizong planifia soigneusement l’éducation de Li Zhi pour préserver ses points forts et améliorer ses points faibles.

Taizong lui enseigna d’une manière inhabituelle. Il cessa de l’éduquer dans les livres et l’instruit plutôt en partageant des expériences quotidiennes.

Lorsqu’ils prenaient un repas, Taizong disait : « La nourriture que nous mangeons est le fruit d’une année de dur labeur de la part des fermiers. Lorsque vous prenez un repas, pensez aux grandes difficultés qu’ils ont endurées pour labourer, semer et récolter. Remplissez votre cœur d’empathie envers les agriculteurs et réfrénez vos désirs. Le Ciel verra que vous avez la sagesse d’être reconnaissant pour votre bonne fortune, et il vous en accordera encore davantage. »

Quand il vit le prince naviguer, Taizong dit : « L’eau peut porter un bateau, mais elle peut aussi le faire chavirer. Les gens du peuple sont comme l’eau, et le monarque est comme le bateau. Si le monarque traite le peuple avec gentillesse et vertu, le peuple aimera le monarque. »

Li Zhi succéda finalement à Taizong et devint l’empereur Gaozong des Tang. Gaozong préserva son autorité et rédigea le code juridique Tang en 624 de notre ère, qui fut adopté par les dynasties suivantes. Il réorganisa également l’aristocratie, empêchant les paysans d’être surtaxés, et répartissant les propriétés foncières.

Rédacteur Swanne Vi

Source : Emperor Taizong of Tang and His Faithful Advisors

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.