Press "Enter" to skip to content

Histoire. Les anciens mathématiciens chinois et le pouvoir de la divination (1/2)

CHINE ANCIENNE > Histoire

Il existe de nombreux aspects mystiques et même magiques chez les anciens mathématiciens chinois. Des anecdotes les concernant ont été transmises mais, pour diverses raisons, de nombreux concepts scientifiques qui leur étaient associés ont été perdus, oubliés ou ne sont plus compris par les gens d’aujourd’hui. Cependant, il existe encore de sporadiques et fabuleuses archives de l’histoire que les gens peuvent explorer et approfondir.

Histoires légendaires d’anciens mathématiciens chinois

Dans les Chroniques des Trois Royaumes, Zhao Da, un maître mathématicien, était vénéré comme une divinité par le peuple, après sa mort, et figurait parmi les 60 taoïstes considérés comme des dieux.

Les anciens mathématiciens chinois et le pouvoir de la divination
Fragment de l’œuvre Chroniques des Trois Royaumes découvert dans les grottes de Dunhuang. Dans ces Chroniques des Trois Royaumes, Zhao Da, un maître mathématicien, était vénéré comme une divinité par le peuple, après sa mort. (Image : wikimedia / 猫猫的日记本 / CC BY-SA 3.0)

De son vivant, Zhao Da étudia et appliqua la technique arithmétique des « Neuf Palais et Un seul ». Grâce à cette technique, il était capable de réagir immédiatement à toute situation et de répondre spontanément aux questions. Sa légendaire technique arithmétique des « Neuf palais et Un seul » n’a pas été transmise, mais ses résultats étaient extrêmement précis.

Il était, par exemple, capable de calculer le temps et le nombre de criquets migrateurs. De plus, il était capable de compter des choses dissimulées. Dans un cas, quelqu’un rendit délibérément les choses difficiles et l’interrogea : « Les criquets migrateurs volent dans tous les sens, vous ne pouvez pas les compter. Qui sait si ce que vous avez dit est vrai ou non ? C’est probablement un non-sens et une démonstration de votre arrogance ! ». Zhao Da ne discuta pas. Il dit simplement à l’homme d’aller chercher des petits haricots et proposa de voir qui pourrait les compter et trouver le bon nombre en premier.

Des témoins et même des adversaires pouvaient attester des résultats de Zhao Da

Quelqu’un plaça donc un tas de petits haricots sur la table, et l’épreuve commença. Le concurrent utilisa une baguette pour compter les haricots un par un. Zhao Da ferma simplement les yeux, entra en méditation et obtint immédiatement la réponse. L’autre homme continua à compter et quand il eut fini, le nombre était exactement le même que celui que Zhao Da avait donné. Tout le monde était convaincu.

Dans un autre cas, Zhao Da passa près de la maison d’un vieil ami et fut invité à entrer. Bien sûr, le vieil ami fut très heureux d’être l’hôte, il prépara donc un banquet familial pour Zhao Da, et ils mangèrent joyeusement. Lorsque le repas fut sur le point de se terminer, et juste par politesse, le vieil ami dit à Zhao Da : « Oh, votre visite est si inattendue, il ne reste plus beaucoup de vin, et il n’y a pas de bons plats. Je ne sais vraiment pas si je peux en avoir plus. Et si nous continuions simplement à discuter ? ».

Après avoir entendu ce que l’ami disait, Zhao Da ramassa les baguettes et les plaça dans une position entrecroisée pendant un moment. Zhao dit ensuite à son ami : « Ce n’est pas un problème. Il y a une urne de vin fin de plus de cent jin sous le mur est de ta maison. Il y a aussi trois jin de venaison à côté. Pourquoi as-tu dit qu’il n’y en avait pas ? Continuons à boire quelques coupes et à manger quelques jin de gibier aussi ! ».

Les anciens mathématiciens chinois et le pouvoir de la divination
Zhao Da avait de grandes compétences en divination.
Au final, même ses adversaires ont dû admettre l’exactitude de ses résultats. (Image : wikimedia / Isen’in Hoin Eishin / Domaine public)

À ce moment-là, il y avait d’autres invités au banquet qui savaient déjà que l’hôte avait tous ces bons vins et excellentes viandes, alors ils n’ont pu que confirmer les résultats : « Oh, vous avez raison, vous avez raison en effet ». À ce moment-là, l’hôte ne pouvait pas le nier et dit timidement : « Je ne m’attendais vraiment pas à ce que vous soyez si bon en divination, et même la quantité que vous avez mentionnée est si précise. Je ne faisais que vous tester à l’instant. Buvons encore quelques coupes ».

Tout le monde était impressionné par ses capacités

Après avoir entendu parler de la capacité magique de Zhao Da, les gens n’étaient pourtant pas convaincus. Il se trouve qu’une certaine personne avait un grand entrepôt, alors il ordonna à quelqu’un d’établir un document d’inventaire qui affichait une quantité de dizaines de milliers d’articles en stock dans l’entrepôt. Puis il ordonna à des gens de sceller l’entrepôt. Il alla ensuite tester Zhao Da. Il demanda à Zhao Da de lui dire combien de marchandises se trouvaient dans l’entrepôt. Zhao Da se rendit sur place et dit : « Cet entrepôt est vide ». Après avoir entendu cela, les personnes présentes sur le lieu admirèrent la capacité de Zhao Da.

Les anciens mathématiciens chinois et le pouvoir de la divination
Zhao Da était si brillant que de nombreuses personnes voulaient le prendre comme maître. Il offensa également Sun Quan, qui devint l’empereur Da de Wu, le fondateur de la dynastie orientale de Wu. (Image : wikimedia / Yan Liben / Domaine public)

Les gens cherchaient à devenir les disciples de Zhao Da

Parmi les anciens mathématiciens chinois, Zhao Da était si brillant que de nombreuses personnes voulaient le prendre comme maître. Ils voulaient apprendre la technique arithmétique des « Neuf Palais et Un seul ». Cependant, dans la Chine ancienne, ceux qui possédaient de réelles compétences ne les transmettaient généralement pas facilement. Zhao Da ne faisait pas exception. Des érudits confucéens réputés de l’époque abaissèrent même leur statut pour essayer d’étudier la technique de Zhao Da, mais ce dernier refusa de leur enseigner.

Zhao Da offensa également Sun Quan, qui devint l’empereur Da de Wu, le fondateur de la dynastie orientale de Wu. Au début, lorsque Sun Quan partait au combat, il demandait à Zhao Da de faire un calcul sur le résultat de la bataille. Pendant plusieurs batailles, les divinations de Zhao Da étaient toutes exactes. Sun Quan devint curieux et demanda à Zhao Da le secret, mais Zhao Da refusa de le lui dire. Après avoir demandé plusieurs fois sans recevoir de réponse, Zhao Da fut ignoré par Sun Quan. Il ne fut pas promu et son salaire ne fut pas augmenté.

Après la mort de Zhao Da, Sun Quan creusa sa tombe et ne trouva toujours pas le livre secret de la Technique arithmétique des « Neuf Palais et Un seul », si bien que la compétence arithmétique de Zhao Da fut perdue. Bien que ce soit dommage, cela doit être la volonté du Ciel.

Rédacteur Albert Thyme

Source : Ancient Chinese Mathematicians With the Power of Divination – Part 1 
www.nspirement.com

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.