Press "Enter" to skip to content

Insolite. Un arbre ancien marque un tournant dans l’histoire de la Terre

INSPIRATION > Insolite

Un arbre ancien marque un tournant dans l’histoire de la Terre il y a 42 000 ans

Ce changement paléoclimatique spectaculaire - qui a été marqué par des aurores boréales étendues - pourrait aider à expliquer d’autres mystères de l’évolution, comme l’extinction des Néandertaliens. (Image : DarkmoonArt_de / Pixabay) 
 

L’effondrement temporaire du champ magnétique terrestre il y a 42 000 ans a déclenché des changements climatiques majeurs qui ont conduit à un changement environnemental mondial et à des extinctions de masse, comme le montre une nouvelle étude internationale codirigée par l’UNSW de Sydney et le South Australien Museum. Ce tournant dramatique dans l’histoire de la Terre, entrecoupé d’orages électriques, d’aurores boréales et de radiations cosmiques, a été déclenché par l’inversion des pôles magnétiques de la Terre et la modification des vents solaires.

Les chercheurs ont baptisé cette période dangereuse « l’événement géomagnétique transitoire d’Adams », ou « l’événement d’Adams » pour faire court, un hommage à l’auteur de science-fiction Douglas Adams, qui a écrit dans le Guide du Routard galactique que « 42 » était la réponse à la vie, à l’univers et à toute chose. Les résultats sont publiés aujourd’hui dans Science. Chris Turney, professeur à l’UNSW Science et co-auteur de l’étude, a déclaré : « Pour la toute première fois, nous avons pu dater avec précision le moment du dernier changement de pôle magnétique et son impact sur l’environnement. Ces découvertes ont été rendues possibles grâce aux anciens arbres kauris de Nouvelle-Zélande, qui ont été préservés dans les sédiments pendant plus de 40 000 ans. Grâce à ces arbres anciens, nous avons pu mesurer et dater le pic des niveaux de radiocarbone dans l’atmosphère causé par l’effondrement du champ magnétique terrestre ».

Alors que les scientifiques savaient déjà que les pôles magnétiques avaient temporairement basculé il y a 41-42 000 ans (connue sous le nom de « Excursion de Laschamps »), ils ne savaient pas exactement comment cela avait impacté la vie sur Terre - si c’était le cas.

A l’aide d’un ancien rondin de kauri (arbre de la famille des araucariacées) de Ngāwhā, en Nouvelle-Zélande, les scientifiques ont daté le moment et les impacts environnementaux du dernier changement de pôle magnétique. (Image : Nelson Parker / www.nelsonskaihukauri.co.nz)
A l’aide d’un ancien rondin de kauri (arbre de la famille des araucariacées) de Ngāwhā, en Nouvelle-Zélande, les scientifiques ont daté le moment et les impacts environnementaux du dernier changement de pôle magnétique. (Image : Nelson Parker / www.nelsonskaihukauri.co.nz)
 

Mais les chercheurs ont pu créer une échelle de temps détaillée de la façon dont l’atmosphère terrestre a changé au cours de cette période en analysant les anneaux des anciens arbres kauris. Le professeur Alan Cooper, chercheur honoraire au South Australien Museum, a déclaré : « Les kauris sont comme la pierre de Rosette, ils nous aident à relier les enregistrements des changements environnementaux dans les grottes, les carottes de glace et les tourbières du monde entier ».

Les chercheurs ont comparé l’échelle de temps nouvellement créée avec les enregistrements de sites situés dans le Pacifique et l’ont utilisée dans la modélisation du climat mondial, découvrant que la croissance des calottes glaciaires et des glaciers en Amérique du Nord et les grands déplacements des grandes ceintures de vent et des systèmes de tempêtes tropicales pouvaient être attribués à l’événement d’Adams.

L’un de leurs premiers indices a été que la mégafaune de l’Australie continentale et de la Tasmanie a subi des extinctions simultanées il y a 42 000 ans. Le professeur Alan Cooper a déclaré : « Cela n’a jamais semblé juste, car c’était longtemps après l’arrivée des Aborigènes, mais à peu près à la même époque où l’environnement australien a basculé dans l’état aride actuel ».

L’article suggère que l’événement d’Adams pourrait expliquer beaucoup d’autres mystères de l’évolution, comme l’extinction des Néandertaliens et l’apparition soudaine et généralisée de l’art figuratif dans les grottes du monde entier. Selon le professeur Alan Cooper : « C’est la découverte la plus surprenante et la plus importante à laquelle je n’ai jamais participé ».

La parfaite tempête (cosmique) 

Le pôle nord magnétique - c’est-à-dire la direction vers laquelle pointe l’aiguille d’une boussole - n’a pas de position fixe. Il oscille généralement près du pôle Nord (le point le plus septentrional de l’axe de la Terre) au fil du temps, en raison des mouvements dynamiques au sein du noyau terrestre, tout comme le pôle Sud magnétique. Parfois, pour des raisons qui ne sont pas claires, les mouvements des pôles magnétiques peuvent être plus importants. Il y a environ 41 000-42 000 ans, ils ont complètement changé de place. Le professeur Chris Turney a déclaré : « L’excursion de Laschamps a été la dernière fois que les pôles magnétiques se sont inversés. Ils ont échangé leur place pendant environ 800 ans avant de revenir à leur place initiale ».

Jusqu’à présent, la recherche scientifique s’est concentrée sur les changements qui se sont produits tandis que les pôles magnétiques étaient inversés, lorsque le champ magnétique a été affaibli à environ 28 % de sa force actuelle.

Des aurores boréales aux éclairs d’orages, le ciel aurait donné un sacré spectacle lors de l’événement Adams. (Image : Pete Linforth / Pixabay)
Des aurores boréales aux éclairs d’orages, le ciel aurait donné un sacré spectacle lors de l’événement Adams. (Image : Pete Linforth / Pixabay)
 

Mais selon les conclusions de l’équipe, la partie la plus dramatique a été la période précédant le renversement, lorsque les pôles ont migré à travers la Terre. Le professeur Chris Turney a déclaré : « Le champ magnétique de la Terre est tombé à seulement 0,6 % de sa force pendant l’événement Adams. Nous n’avions pratiquement plus de champ magnétique du tout, notre bouclier contre les radiations cosmiques avait totalement disparu ».

Pendant la rupture du champ magnétique, le soleil a connu plusieurs « Grand Minima Solaire » (GSM), des périodes prolongées d’activité solaire calme. Même si un GSM signifie moins d’activité à la surface du soleil, l’affaiblissement de son champ magnétique peut signifier plus d’évènements météos dans l’espace, comme les éruptions solaires et les rayons cosmiques galactiques, pourrait se diriger vers la Terre. Le professeur Chris Turney a déclaré : « Le rayonnement non filtré de l’espace a déchiré les particules d’air dans l’atmosphère terrestre, séparant les électrons et émettant de la lumière, un processus appelé ionisation. L’air ionisé a « brûlé » la couche d’ozone, déclenchant une vague de changement climatique à travers le globe ».

Dans les grottes

Des spectacles de lumière éblouissants auraient été fréquents dans le ciel pendant l’événement Adams. Les aurores boréales et australes, sont causées par les vents solaires qui frappent l’atmosphère terrestre. Habituellement confinées aux parties polaires du nord et du sud du globe, les aurores boréales et australes auraient été très répandues lors de la dégradation du champ magnétique terrestre. Le professeur Alan Cooper a déclaré : « Les premiers humains à travers le monde auraient vu des aurores incroyables, des voiles et des draps chatoyants dans le ciel ».

L’air ionisé, qui est un excellent conducteur d’électricité, aurait également augmenté la fréquence des orages électriques. « Cela a dû sembler être la fin du monde », a dit le professeur Alan Cooper.

Les chercheurs émettent l’hypothèse que les changements environnementaux spectaculaires ont pu amener les premiers humains à chercher davantage d’abris. Cela pourrait expliquer l’apparition soudaine de l’art rupestre dans le monde entier il y a environ 42 000 ans. Le professeur Alan Cooper a ajouté : « Nous pensons que la forte augmentation des niveaux d’UV, en particulier lors des éruptions solaires, aurait fait soudainement des grottes des abris très précieux. Le motif commun de l’art rupestre, constitué d’empreintes de mains ocre rouge, pourrait indiquer qu’il était utilisé comme écran solaire, une technique encore utilisée aujourd’hui par certains groupes. Les images étonnantes créées dans les grottes à cette époque ont été préservées, tandis que d’autres œuvres d’art en plein air se sont depuis lors érodées, donnant l’impression que l’art commence soudainement il y a 42 000 ans ».

Découvrir d’anciens indices

Ces découvertes surviennent deux ans après qu’un ancien kauri particulièrement important ait été découvert sur le site Ngāwhā, Northland, Nouvelle-Zélande. Cet arbre massif, avec un tronc de plus de deux mètres et demi, était vivant pendant les Laschamps. Jonathan Palmer, spécialiste de la datation des cernes d’arbres (dendrochronologie), qui a étudié les coupes transversales des arbres à la Chronos 14Carbon-Cycle Facili de l’UNSW Science, « Comme d’autres grumes de kauri enterrées, le bois de l’arbre Ngāwhā est si bien préservé que l’écorce est encore attachée ».

En utilisant la datation au radiocarbone, une technique permettant de dater des reliques ou des événements anciens, l’équipe a suivi les changements des niveaux de radiocarbone pendant l’inversion du pôle magnétique. Ces données ont été reportées sur une carte, en même temps que les cernes de croissance annuels des arbres, qui servent d’horodatage naturel précis.

La nouvelle échelle de temps a permis de dresser le tableau de cette période dramatique de l’histoire de la Terre. L’équipe a pu reconstituer la chaîne des événements environnementaux et des extinctions en utilisant la modélisation climatique. Le professeur Chris Turney a déclaré : « Plus nous regardions les données, plus tout indiquait 42, c’était troublant. Douglas Adams était clairement sur la bonne voie, après tout ».

Un accélérateur comme aucun autre

Bien que les pôles magnétiques errent souvent, certains scientifiques sont préoccupés par le mouvement rapide actuel du pôle magnétique nord à travers l’hémisphère nord. Le professeur Alan Cooper a déclaré : « Cette vitesse, parallèlement à l’affaiblissement du champ magnétique terrestre d’environ 9 % au cours des 170 dernières années, pourrait indiquer un renversement prochain. Si un événement similaire se produisait aujourd’hui, les conséquences seraient énormes pour la société moderne. Les radiations cosmiques entrantes détruiraient nos réseaux électriques et nos réseaux de satellites ».

Selon le professeur Chris Turney, la crise climatique provoquée par l’homme est suffisamment catastrophique pour ne pas provoquer de changements solaires majeurs ou un renversement des pôles, il conclut : « Notre atmosphère est déjà remplie de carbone à des niveaux jamais vus par l’humanité auparavant. Une inversion des pôles magnétiques ou un changement extrême de l’activité solaire seraient des accélérateurs du changement climatique sans précédent. Nous devons de toute urgence réduire les émissions de carbone avant qu’un tel événement aléatoire ne se reproduise à nouveau ».
 

Fourni par : UNSW Sydney (Remarque : Le contenu et la longueur des documents peuvent être modifiés).

Rédacteur Nello Tinazzo