Vaincre Huawei et développer des alternatives solides à la 5G

Par Vision Times
Le 28/05/2020
La décision de Huawei d’étendre la 5G en Occident a sonné l’alarme aux États-Unis et en Europe. (Image : Capture d’écran / YouTube)
La décision de Huawei d’étendre la 5G en Occident a sonné l’alarme aux États-Unis et en Europe. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Huawei est le leader mondial en matière d’équipement 5G. La décision de l’entreprise d’étendre la 5G en Occident a sonné l’alarme aux États-Unis et en Europe.

L’Administration Trump a interdit l’utilisation d’équipements Huawei dans les ministères, invoquant des problèmes de sécurité. Cependant, l’enjeu posé par Huawei 5G au niveau international continue d’exister. La société, profondément liée au Parti communiste chinois (PCC), représente une grave menace pour les réseaux de communication. Pour la contrer, l’Administration américaine encourage le développement de solutions alternatives à la 5G de Huawei.

O-RAN et d’autres solutions

O-RAN a débuté en 2018 dans un effort pour rendre les réseaux d’accès radio plus interopérables et transparents. Non seulement elle promet une communication mobile beaucoup plus sécurisée par rapport aux technologies 5G existantes, mais elle serait également plus rapide. 

Le plus grand avantage d’O-RAN est qu’il développera des normes qui permettront aux opérateurs d’acheter un matériel réseau générique, bon marché et d’exécuter le logiciel du développeur dessus. Ce faisant, les opérateurs mobiles peuvent éviter d’acheter des équipements spécialisés et des logiciels de fournisseurs établis tels que Huawei, contournant ainsi complètement l’entreprise chinoise.

 

La mise en œuvre de l’architecture réseau O-RAN dans un réseau 5G permettrait aux opérateurs d’acheter du matériel réseau générique, bon marché et d’y exécuter le logiciel du développeur réseau. (Image : Capture d’écran / YouTube)
La mise en œuvre de l’architecture réseau O-RAN dans un réseau 5G permettrait aux opérateurs d’acheter du matériel réseau générique, bon marché et d’y exécuter le logiciel du développeur réseau. (Image : Capture d’écran / YouTube
 

En janvier de cette année, un groupe de sénateurs américains a présenté une proposition de loi qui nécessiterait de l’équipement de réseautage mobile pour répondre aux normes d’interopérabilité. La proposition de loi permettrait aux opérateurs mobiles d’avoir plus de liberté lorsqu’il s’agit de construire des réseaux. L’idée n’est pas seulement d’exclure les fournisseurs chinois de la concurrence sur le marché américain, mais aussi de s’assurer que les interfaces de réseautage domestiques peuvent fonctionner harmonieusement ensemble.

« La Commission doit établir, dans le cadre du programme d’autorisation d’équipement de la Commission, l’obligation d’obtenir une certification attestant que l’équipement avancé de réseau mobile est conforme aux architectures du réseau O-RAN », peut-on lire dans la proposition de loi, telle que rapportée par NextGov.

O-RAN, basé dans le Cloud, assurera un meilleur confort pour l’utilisateur, des chaînes d’approvisionnement mondiales efficaces, des dépenses en immobilisations réduites, des dépenses opérationnelles minimales découlant de l’amélioration de l’automatisation et une augmentation des revenus provenant de nouvelles formes de modèles d’affaires. En bref, O-RAN sera en mesure de créer un chemin de transition simple vers la 5G tout en exploitant pleinement le potentiel du réseau.

Il a également été suggéré que le gouvernement américain devrait participer au contrôle de sociétés comme Nokia ou Ericsson, deux entreprises qui sont en mesure de rivaliser avec Huawei dans les technologies d’équipement 5G. Le soutien de Washington, ainsi que l’expertise technique des entreprises, devraient conduire au développement d’équipements 5G moins chers, plus performants et sécurisés.

Cependant, un obstacle majeur à cette solution réside dans le fait que les pays européens peuvent ne pas apprécier que leurs précieuses entreprises se retrouvent sous contrôle américain. En fait, les partis politiques allemands ont déjà fait part de leur mécontentement face à cette idée et ont proposé une législation contre les prises de contrôle étrangères sur les entreprises européennes liées à la 5G.

 

Le soutien de Washington, ainsi que l’expertise technique des entreprises européennes de télécommunications, devraient conduire au développement d’équipements 5G moins chers, plus performants et sécurisés. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Le soutien de Washington, ainsi que l’expertise technique des entreprises européennes de télécommunications, devraient conduire au développement d’équipements 5G moins chers, plus performants et sécurisés. (Image : pixabay CC0 1.0)
 

5G et coronavirus

Les responsables américains ont récemment souligné la possibilité d’une réaction croissante de rejet à l’encontre de la 5G, en raison de théories affirmant que la technologie était en lien avec l’épidémie de virus PCC. Le département de la Sécurité intérieure a prédit que les actes de violence contre les travailleurs en télécommunications continueraient d’augmenter à mesure que l’infection continue de se propager. Certaines des tours 5G dans des États comme l’Oregon et le Tennessee ont déjà été attaquées.

Cette tendance ne se limite pas à l’Amérique. Des cas d’attaques contre des tours 5G ont été signalés dans des pays comme la Nouvelle-Zélande, l’Australie, les Pays-Bas, etc. Au Royaume-Uni, où la théorie a commencé à gagner du terrain fin de mars et début d’avril, près de 70 cas d’incendie criminel ont été signalés.


Traduit par Gabriel

Version en anglais : Defeating Huawei: Developing Solid Alternatives to 5G