Boris Johnson pourrait annuler le projet avec Huawei

Par Huang Qing
Le 30/03/2020
Premier ministre britannique Boris Johnson. (Image : wikimedia / Ben Shread / OGL 3)
Premier ministre britannique Boris Johnson. (Image : wikimedia / Ben Shread / OGL 3)
 

Le premier ministre anglais testé positif au virus du PCC accuse le PCC d’avoir dissimulé la vérité de l’épidémie et pourrait annuler le projet de collaboration avec Huawei sur la construction du réseau 5G britannique.

Le virus du PCC (également connu sous le nom de Coronavirus, COVID-19*) fait actuellement rage en Europe et aux États-Unis, et le Premier ministre britannique Boris Johnson est également infecté.

Le 29 mars, il a sévèrement condamné le PCC pour avoir fourni de fausses informations au monde et a déclaré que, en ce qui concerne l’épidémie, les données chiffrées réelles pour la Chine étaient sans doute 40 fois supérieures à celles rapportées par le PCC.

Selon le journal britannique Daily Mail, le gouvernement de Boris Johnson est si en colère contre le PCC, pour avoir dissimulé la vérité sur l’épidémie, que le Premier ministre pourrait abandonner sa décision antérieure d’autoriser Huawei à développer le réseau 5G britannique.

La colère de Boris Johnson venait du fait que la Grande-Bretagne s’est montrée le pays le plus crédule. D’après les données fournies par le PCC, les Britanniques estimaient que le taux de mortalité dû au virus du PCC n’était pas si élevé et que la plupart des patients atteints guérissaient sans traitement particulier. En conséquence, le Premier ministre est maintenant lui aussi porteur du virus.

De Fausses informations 

Boris Johnson a condamné le PCC pour avoir diffusé de fausses informations, pour avoir caché la vraie situation sur l’épidémie. Il a estimé que le nombre de cas réel en Chine serait 40 fois supérieur à la déclaration officielle du PCC. Cela pourrait inciter le Premier ministre à abandonner l’accord signé avec Huawei.

Le gouvernement britannique estime que le PCC profite de cette période de pandémie due au virus du PCC, pour renforcer sa puissance économique en fournissant une « aide prédatrice » au monde entier.

Selon ce document, Pékin sera « puni » une fois que la crise due au virus du PCC sera passée.

Les responsables du gouvernement britannique estiment que le PCC a sans cesse dissimulé des informations sur la gravité de l’épidémie du virus du PCC en Chine.

Le rapport indique que des scientifiques ont informé Johnson que le PCC pourrait avoir réduit de 15 à 40 fois le nombre de cas diagnostiqué. Au moment de la publication de cet article, les autorités chinoises n’avaient signalé que 81439 cas confirmés.

Les autorités britanniques pensent également que le PCC étend son soft power économique  en fournissant une assistance médicale à d’autres pays gravement touchés.

Le rapport cite trois autres responsables britanniques partageant la colère de Johnson.

« Nous ne pouvons pas rester les bras croisés »

Un responsable a déclaré, sous couvert d’anonymat, que le PCC devra rendre des comptes, tandis qu’un autre officier a déclaré, également sous couvert d’anonymat, que sa colère avait atteint le plus haut niveau.

Un proche allié de Boris Johnson a averti que le comportement du PCC pendant la pandémie aboutirait à l’effondrement des relations entre la Grande-Bretagne et Pékin.

L’ancien chef du parti conservateur Ian Duncan Smith a également exprimé ses préoccupations : « une fois que nous nous serons débarrassés de cette terrible pandémie, nous devrons reconsidérer cette relation et la placer sur une base plus équilibrée et honnête ».

Un ministre de haut niveau a déclaré: « Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et permettre à des entreprises comme Huawei de non seulement investir notre économie, mais aussi de devenir un élément essentiel de notre infrastructure ».

Une analyse extérieure estime que le problème de la 5G de Huawei est jusqu’ici le plus gros échec politique de Johnson.

Les États-Unis ont toujours appelé leurs alliés à boycotter Huawei et ils ont accusé Huawei d’utiliser la cyber-technologie pour espionner. L’agence britannique de cybersécurité a également informé de « préoccupations techniques » concernant Huawei. Mais la Grande-Bretagne n’a pas interdit à Huawei de participer à la 5G, de ce fait elle a été critiquée par des alliés tels que les États-Unis et l’Australie.

Boycotter Huawei 

Certains députés conservateurs sous la direction de Ian Duncan Smith, un ancien dirigeant du parti conservateur, ont proposé un projet de loi visant à modifier la loi sur les infrastructures de télécommunications visant à interdire à Huawei de participer à la construction du réseau 5G britannique.

Une fois que les modifications seront adoptées, les entreprises figurant sur la liste des « fournisseurs à haut risque » du National Cyber ​​Security Center seront complètement exclues des projets de réseau 5G du Royaume-Uni d’ici à la fin de 2022.

Duncan-Smith a souligné à nouveau dans le débat parlementaire que Huawei obéit aux ordres du PCC.

Il a dit que lui et d’autres législateurs étaient très inquiets que la Grande-Bretagne soit trop profondément impliquée et se soit finalement trop appuyée sur des fournisseurs « non fiables ».

Lors d’un débat parlementaire, il a spécifiquement accusé le gouvernement chinois d’avoir exclu d’autres sociétés technologiques par le biais de guerres des prix, au cours de ces 20 dernières années, permettant à Huawei de dominer le marché, et que ce résultat constitue une menace pour la sécurité britannique.

Pénurie des équipements de protection à cause du PCC

Le journal britannique Daily Mail a rapporté que le PCC a également causé une pénurie pour les équipements de protection individuelle dont les médecins, infirmières et autres professionnels de santé britanniques ont besoin d’urgence. En outre, le PCC a également demandé à ses agents secrets travaillant à l’étranger d’acheter en grande quantité dans les pays occidentaux, des fournitures médicales.

Ironiquement, le PCC a maintenant commencé à fournir des masques et du matériel médical à d’autres pays. La Banque de Chine a envoyé 200 000 équipements de protection individuelle en Irlande et le milliardaire chinois Jack Ma a fourni des kits de test, des masques et d’autres fournitures médicales à 54 pays africains.

« Pékin a dissimulé la plus grande crise sanitaire du siècle, et le monde entier va devoir payer pour sa duperie », a déclaré le député conservateur Tom Tugendhat.


* Certains internautes chinois comprennent le nom officiel de l’OMS pour COVID-19 comme « (Chinese) Communist Output Virus In December 2019 » (Le Virus exporté par le PCC en décembre 2019)

Traduit par Caroline Daix

Source : https://www.secretchina.com/news/gb/2020/03/30/927959.html