Coronavirus : les Asiatiques victimes de la discrimination

Par Vision Times
Le 02/04/2020
Le coronavirus a entraîné une discrimination à l’égard des Asiatiques, au niveau mondial. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Le coronavirus a entraîné une discrimination à l’égard des Asiatiques, au niveau mondial. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

L’épidémie de coronavirus n’a pas seulement répandu la peur de la maladie et de la mort, elle a également déclenché une vague de discrimination à l’égard des Asiatiques, au niveau mondial. En Asie, la discrimination à l’égard des Chinois est également en hausse.

Europe

En Italie, un homme de Singapour a rapporté comment le virus avait rendu certains habitants impolis envers les personnes d’origine asiatique. « Il y a beaucoup d’anxiété à Florence... Je suis très effrayé par le racisme à l’égard des Asiatiques et la situation est de plus en plus tendue... Certains touristes (francophones) m’ont traité de " virus " dans la rue », a-t-il dit à la CNA.

Le célèbre conservatoire de musique Santa Cecilia a annulé ses cours pour les étudiants coréens, chinois et japonais. Un bar du quartier de Trevi, à Rome, a installé un panneau annonçant que les Chinois n’étaient pas autorisés à entrer. La police a fini par retirer le panneau. Un homme originaire de Chine a été empêché d’entrer dans une station-service. Un Philippin âgé a été attaqué et frappé dans un supermarché. Heureusement, une personnalité de la télévision est venue à son secours. Le gouverneur régional s’est moqué des Chinois, les accusant de manger des souris vivantes, déclaration qu’il a retirée par la suite.

En France, un journal a publié un article avec des titres comme « Alerte jaune » et « nouveau péril jaune ». Dans certaines écoles, les élèves asiatiques ont été ciblés par les enfants du quartier et ont fait l’objet de moqueries. Les restaurants gérés par des personnes d’origine thaïlandaise, chinoise, japonaise et cambodgienne ont enregistré une baisse significative de leur clientèle. Des ressortissants japonais se sont plaints de s’être vu refuser des services de taxi et d’avoir été harcelés dans les rues. Un restaurant japonais a été vandalisé. Le diffuseur public japonais NHK a classé la France parmi les pays à risque pour les voyages en raison de la discrimination à l’égard des japonais.

 

Le diffuseur public japonais NHK a classé la France comme un pays à risque, en raison de son attitude discriminatoire à l’égard du Japon. (Image : Demeester / wikimedia / CC BY-SA 3.0)
Le diffuseur public japonais NHK a classé la France comme un pays à risque, en raison de son attitude discriminatoire à l’égard du Japon. (Image : Demeester / wikimedia / CC BY-SA 3.0)
 

En Allemagne, une femme d’origine chinoise a été aspergée de désinfectant par un agresseur qui a crié « Corona » et a menacé de lui couper la tête. Un sondage a révélé que 28 % des Allemands en étaient arrivés à éviter les chinois pour se protéger du virus du PCC. En Belgique, cinq jeunes se sont moqués d’une femme, lui ont craché au visage et l’ont appelée « coronavirus ». Aux Pays-Bas, un groupe d’étudiants chinois a vu son dortoir vandalisé. L’ascenseur était jonché d’urine et d’excréments. Les murs étaient couverts de phrases comme « Chinese Corona » et « Die Chinese ». KLM Dutch Airlines a installé un panneau interdisant aux passagers coréens d’utiliser les toilettes.

Amérique du Nord

À New York, plusieurs cas de harcèlement à l’encontre d’Américains d’origine asiatique se sont produits. Un homme asiatique a été aspergé d’une substance inconnue par un étranger, tandis qu’une femme portant un masque a été frappée par un agresseur qui l’a traitée de « malade ». Une femme coréenne a été agressée et a eu sa mâchoire disloquée, tandis que son agresseur criait : « Où est votre masque pour le corona, sale Asiatique ? »

Au Canada, deux Coréens ont été poignardés. Les restaurants chinois ont vu leurs ventes chuter de 80 %. Un journaliste qui avait lancé une injure raciste a été renvoyé de son travail. Le maire de Toronto, John Tory, a tweeté pour soutenir la communauté chinoise au Canada. « Nous soutenons notre communauté chinoise contre la stigmatisation et la discrimination, et nous rappelons aux habitants que, comme nous l’ont indiqué nos professionnels de la santé, le risque de contracter le coronavirus dans notre communauté reste faible. Nous ne devons pas permettre à la peur de triompher de nos valeurs en tant que ville », a-t-il déclaré dans un tweet @JohnTory.

 

Plusieurs restaurants de Hong Kong ont refusé des clients du continent. (Image : Wilfredor / wikimedia / CC BY-SA 3.0)
Plusieurs restaurants de Hong Kong ont refusé des clients du continent. (Image : Wilfredor / wikimedia / CC BY-SA 3.0)
 

Asie

Plus de 100 restaurants à Hong Kong auraient refusé des clients du continent. Un restaurant japonais a fait valoir qu’il excluait les clients du continent parce que « nous voulons vivre plus longtemps. Nous voulons protéger la clientèle locale. Veuillez nous excuser ». En Indonésie, la discrimination à l’égard des chinois et des japonais s’est accrue, les services tels que les taxis, les restaurants, les hôtels, etc. refusant de faire des affaires avec des personnes de ces deux pays.

Au Japon, le hashtag #ChineseDontComeToJapan (Chinois ne venez pas au Japon) a fait son apparition sur Twitter, de nombreux autochtones qualifiant les Chinois de « bioterroristes » et de « sales ». En Corée du Sud, plusieurs entreprises ont placé des panneaux « Pas de chinois » devant leurs magasins. Au Vietnam, de nombreuses pensions et hôtels refusent les visiteurs chinois.
 

Traduit par Fetty Adler 

Version en anglais : CCP Coronavirus Triggers Anti-Asian Discrimination