Press "Enter" to skip to content

Monde. Un médecin canadien dénonce les effets du vaccin Moderna

ACTUALITÉ > Monde

Un médecin de famille d’une région rurale du Canada a pris l’initiative d’alerter sur les effets indésirables neurologiques graves du vaccin Moderna Covid-19 mRNA, qu’il a observés chez ses patients autochtones des Premières nations.

Le Dr Charles Hoffe, médecin de famille dans le village de Lytton, dans la province canadienne de la Colombie-Britannique, a écrit une lettre ouverte à la responsable provinciale de la santé de la Colombie-Britannique, Bonnie Henry, pour lui faire part de ses préoccupations découlant de ses expériences dans le traitement de patients souffrant de réactions indésirables au vaccin Moderna Covid-19 mRNA.

Dans une interview accordée au média canadien indépendant Rebel News, disponible sur la plateforme de vidéos en ligne Rumble, mais ne pouvant être visionnée sur YouTube, le Dr Charles Hoffe a déclaré que sa communauté est composée d’environ deux tiers d’autochtones des Premières nations et que le seul vaccin accordé à la communauté par le gouvernement canadien est le vaccin ARN messager de Moderna.

« Mes préoccupations à ce sujet sont simplement ce que j’ai observé chez mes propres patients. Vous savez, ce n’est pas une sorte de théorie, ce n’est pas un " et si ", je ne fais que raconter ce que j’ai vu », a-t-il déclaré dans l’interview.

Le Dr Charles Hoffe a déclaré qu’à la mi-janvier, environ 900 doses avaient été administrées aux résidents de sa région, et que les médias grand public avaient effrayé de nombreuses personnes de la communauté avec la pandémie liée au coronavirus SARS-CoV-2, ajoutant que de nombreux jeunes membres de la communauté avaient été encouragés à se faire vacciner afin de protéger les aînés grâce à l’immunité collective.

Après la première série d’injections, le médecin a dû quitter sa ville pendant environ six semaines pour rendre visite à sa mère âgée en Afrique du Sud.

À son retour, le docteur Hoffe a été choqué de constater que certains patients qui n’avaient reçu que la première dose du vaccin Moderna venaient le consulter pour des effets secondaires neurologiques graves, jamais vus auparavant : « À mesure que les gens venaient dans mon cabinet, j’ai commencé à voir de plus en plus d’effets secondaires neurologiques très troublants. Au début, j’ai pensé que ce n’était peut-être qu’un seul cas, vous savez ? Et comme de plus en plus de gens venaient, j’étais de plus en plus préoccupé par ça. »

« Il y a maintenant six personnes. Cela fait presque trois mois qu’elles ont été vaccinées et j’ai six personnes qui ont des effets secondaires neurologiques permanents à cause de ce vaccin, et elles n’ont reçu que la première injection », a-t-il déclaré.

Le village de Lytton, en Colombie-Britannique. (Image : Andrew Bowden / Flickr / CC BY SA 2.0)

Lorsqu’on lui a demandé s’il avait beaucoup d’expérience dans le traitement du Covid-19 dans sa communauté, la réponse du Dr Charles Hoffe a été un « Non » catégorique.

« Non. Absolument pas. Les gens étaient terrifiés. Les aînés ne voulaient pas sortir. Les gens étaient très effrayés au début, et nous l’étions tous parce qu’on nous avait dit que c’était une chose mortelle qui allait tuer des dizaines ou des centaines de millions de personnes, et que tout le monde devait avoir très peur. »

Il a poursuivi en disant que, bien que plusieurs personnes aient été testées positives et/ou aient présenté des symptômes de Covid-19, « aucune d’entre elles n’a eu besoin de soins médicaux, quels qu’ils soient. Ils sont simplement restés chez eux jusqu’à ce qu’ils aillent mieux et n’ont même pas eu besoin d’un suivi téléphonique. Je veux dire littéralement, c’était moins virulent qu’une grippe pour toutes les personnes de notre communauté qui l’ont eu jusqu’à présent. »

Des symptômes neurologiques surprenants

Le médecin a dit qu’en sa qualité de médecin de famille, il est familier avec l’administration de vaccins conventionnels ayant subi des tests, comme le vaccin contre la grippe, et avec leurs effets secondaires courants, mais qu’il observe un contraste frappant dans les réactions indésirables dont il est témoin avec les vaccins Covid-19 expérimentaux et non testés. Ces vaccins sont mis à la disposition du public en vertu d’ordonnances pour une prescription urgente : « C’est une toute autre histoire… Depuis 28 ans que je suis ici, je n’ai jamais vu qu’une seule réaction vraiment grave au (vaccin contre la grippe). Il s’agit d’un patient qui a maintenant une sclérose en plaques à cause de ce vaccin, mais c’est littéralement un cas en 28 ans », a-t-il déclaré.

« Je n’ai jamais vu aucun vaccin faire cela ».

L’effet indésirable le plus troublant que le Dr Hoffe a remarqué parmi les six victimes dont il s’occupe est le cas d’une femme de 38 ans qui a fait une réaction anaphylactique (réaction allergique grave) au vaccin, le jour de l’injection. Elle est rentrée chez elle après s’être remise des premiers symptômes, mais le lendemain, elle s’est réveillée avec d’énormes douleurs dans tout le corps.

La femme souffrait d’une fatigue incapacitante et dormait presque toute la journée pendant les trois semaines suivantes. Le Dr Charles Hoffe a déclaré, qu’alors qu’elle commençait à se remettre lentement de la douleur et de la fatigue, elle avait développé ce qu’il appelle « une paralysie de Bell assez dense » et que la moitié de son visage était paralysé, qu’elle était incapable de fermer un œil et que son élocution était entravée par un manque d’habileté motrice dans sa bouche, ce qui produisait de la bave.

« Mais ce qui était particulier », a déclaré Le Dr Hoffe, « c’est que sa paralysie de Bell était douloureuse. Je n’avais jamais vu cela auparavant. La paralysie de Bell n’est généralement pas douloureuse parce que le septième nerf qui est affecté n’est pas un nerf sensoriel, mais un nerf moteur. Vous avez une faiblesse, pas de symptômes sensoriels. Donc c’est très bizarre. Je ne sais pas comment l’expliquer. »

Il a ajouté qu’avec l’apparition de la paralysie de Bell, la femme souffrait également de « maux de tête incessants » et de « vertiges incapacitants ». Le Dr Hoffe a noté que ces vertiges étaient toutefois uniques : « Ce ne sont pas des vertiges comme si vous veniez de descendre du manège. Ce n’est pas le genre de vertige qui fait que tout tourne. C’est un vertige où vous avez l’impression de vous être levé trop tôt ou trop vite, et que vous devriez peut-être vous rasseoir. »

Il a dit que les vertiges ont continué pendant près de deux mois, et que cette femme ne peut plus conduire ou aller au travail. « Elle est invalide depuis son injection anti- Covid de mi-janvier », a-t-il dit.

« Son cas est probablement juste le plus tragique parce qu’elle est jeune, elle a des enfants, elle a une famille, et maintenant elle est handicapée ».

Réponse du gouvernement

Le Dr Charles Hoffe dit avoir écrit la lettre à la directrice générale de la santé de la province parce qu’on lui a demandé de lui faire part de ses préoccupations, ajoutant qu’il a écrit cette lettre sous la forme d’une lettre ouverte après avoir été réprimandé et menacé par des collègues professionnels de la santé, et parce qu’il ne s’attendait pas à recevoir une réponse de la ministre.

« Je sais que les autorités sont déterminées à déployer ce vaccin quoi qu’il arrive. Je ne m’attendais donc vraiment pas à recevoir une réponse de sa part, c’est pourquoi j’ai rédigé une lettre ouverte », a-t-il déclaré.

« À mon grand étonnement, elle m’a répondu en la renvoyant à un spécialiste des vaccins, à qui j’ai ensuite parlé et qui, malheureusement, n’a pas répondu. »

Manifestation à l’encontre de la Dr Bonnie Henry, lors d’un rassemblement pour la liberté à Vancouver en novembre 2020. (Image : GoToVan / Flickr / CC BY 2.0)

« Selon le spécialiste des vaccins à qui j’ai parlé, nous ne devrions pas avoir d’effets secondaires neurologiques. Ce n’est pas un effet secondaire reconnu. Apparemment, il ne figure pas dans la littérature de Moderna… Je vous dis simplement ce que j’ai vu, ce qui s’est passé chez mes patients. »

Le Dr Hoffe dit avoir demandé au spécialiste de la sécurité des vaccins, lors d’une réunion en ligne, « Qu’est-ce qui provoque tous ces changements neurologiques chez mes patients ? ». La réponse qu’il a reçue « pour résumer », dit-il, a été la suivante : « Ce ne sont que des coïncidences. Cela n’a rien à voir avec le vaccin. Ils devaient simplement se produire. Parfois, de mauvaises choses arrivent aux bonnes personnes. Tout comme les gens peuvent avoir des caillots de sang, les gens meurent, les gens ont la paralysie de Bell ».

Il a fait remarquer au spécialiste que ses six cas présentant des symptômes très similaires et des problèmes neurologiques à long terme étaient tous survenus dans les 72 heures suivant l’injection d’ARN messager de Moderna. « Pour moi, dire que ce ne sont que des coïncidences, c’est… il faut avoir beaucoup de foi pour le croire, je pense. »

Réponse des pairs

Lorsqu’on lui a demandé s’il avait été facile pour lui de faire part de ses inquiétudes concernant ses six patients, le Dr Charles Hoffe a répondu d’un ton sombre : « Difficile. »

Il a ajouté que lorsqu’il a commencé à faire part de ses inquiétudes, ce n’était pas en réponse à ses patients, mais suite aux rapports d’effets indésirables qu’il avait entendus dans le monde entier alors qu’il était en Afrique du Sud pour rendre visite à sa mère, et qu’il se préparait à reprendre sa pratique.

Il a déclaré avoir envoyé un courriel à un groupe d’autres professionnels de la santé de sa région impliqués dans le déploiement du vaccin Covid-19. Son courriel faisait référence au problème de coagulation du sang posé par le vaccin à vecteur adénovirus d’AstraZeneca. Il a déclaré : « J’ai essentiellement lancé un avertissement et dit : Pensez-vous que nous devrions peut-être faire une pause jusqu’à ce que nous sachions vraiment ce que fait ce vaccin ? »

« J’ai malheureusement été réprimandé par l’autorité sanitaire locale pour avoir provoqué une " hésitation vaccinale " », a-t-il dit. « Ils m’ont dit qu’ils allaient me dénoncer au Collège des médecins et des chirurgiens (l’organisme provincial d’agrément des professionnels de la santé) et que je n’étais pas autorisé à dire quoi que ce soit de négatif sur ce vaccin dans notre établissement de santé. »

Le Dr Hoffe dit avoir éprouvé une « énorme frustration » en essayant d’obtenir un diagnostic ou un traitement pour ses patients de la part du système de santé de la Colombie-Britannique. « J’ai parlé aux neurologues de notre centre tertiaire local pour essayer d’obtenir que quelqu’un évalue ces patients de toute urgence pour essayer de comprendre ce qui se passe. »

Le médecin affirme que les symptômes que présentent ses patients nécessitent l’expertise de spécialistes, car la gravité et la spécificité des symptômes dépassent le territoire d’un cabinet de médecin de famille, « Mais les spécialistes ne veulent pas voir ça. Dès que vous leur dites que c’est lié à un vaccin, ils se taisent littéralement au téléphone et disent " Eh bien, euh, je pense que vous feriez mieux de les emmener ailleurs " ».

Le centre local a dit au Dr Hoffe de contacter plutôt l’hôpital général de Vancouver, situé à environ 3 heures et demie de route. Lorsqu’il a appelé le service de neurologie de l’hôpital, la personne avec qui il a parlé lui a dit qu’elle parlerait aux autres personnes de son service et « verrait si quelqu’un veut s’en occuper ».

Le Dr Hoffe a déclaré qu’il n’a jamais eu de réponse du Vancouver General. « Au lieu de cela, tout ce que j’ai reçu, c’est un message texte m’envoyant un formulaire de déclaration des blessures liées aux vaccins. »

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Canadian Doctor Blows Whistle on Neurological Side Effects of Moderna Vaccine in First Nations Indigenous Patients