Press "Enter" to skip to content

Monde. La Russie se tourne vers les services bancaires chinois après que Mastercard, Visa et American Express aient suspendu leurs services dans le pays

ACTUALITÉ > Monde

Alors que les banques chinoises et le système de paiement national pourraient offrir à la Russie un répit nécessaire face aux sanctions occidentales, Pékin prend discrètement ses distances par rapport à l’effondrement de l’économie russe, tout en maintenant des liens avec Moscou.

Par le passé, la Chine a aidé d’autres pays à échapper aux sanctions. Ces deux pays ont un intérêt commun à affaiblir l’emprise du dollar sur le système financier international.

Le Parti communiste chinois (PCC) s’est abstenu de condamner publiquement l’invasion de l’Ukraine, qu’il a qualifiée d’« opération militaire spéciale », et de participer à plusieurs actions de l’ONU et de l’OTAN concernant le conflit.

Quelques heures après le lancement de l’offensive russe, le 24 février, la Chine a annoncé la levée de toutes les restrictions à l’importation de blé russe, un accord signé par le président russe Vladimir Poutine et le dirigeant chinois Xi Jinping avant le début des Jeux olympiques d’hiver de Pékin. La Chine a également refusé de s’associer à la liste des sanctions économiques contre la Russie.

« Les institutions financières chinoises prennent ces sanctions au sérieux et s’efforcent de comprendre les risques qu’elles comportent », a déclaré Chen Zhu, associé de Morrison & Foerster LLP à Hong Kong. En raison de l’ampleur des actions occidentales, « les entreprises et les institutions financières chinoises ont désormais moins de possibilités de faire des affaires avec leurs homologues russes », a-t-il ajouté.

La crise financière s’aggrave en Russie

Le 5 mars, Visa et Mastercard ont annoncé que toutes les transactions effectuées avec des cartes émises en Russie ne fonctionneront plus aux guichets automatiques ou chez les commerçants du pays à partir du 10 mars. Les cartes émises en dehors de la Russie ne fonctionneront plus non plus à l’intérieur du pays, ni pour les achats en ligne, ont indiqué les sociétés.

Dans un communiqué, Mastercard a qualifié l’invasion de l’Ukraine par la Russie de « choquante et dévastatrice » et a confirmé qu’elle continuerait à soutenir ses plus de 200 employés sur place.

Le 6 mars, American Express a également annoncé la suspension de ses activités en Russie et au Belarus. « Ces mesures s’ajoutent aux mesures précédentes que nous avons prises, qui comprennent l’arrêt de nos relations avec les banques en Russie touchées par les sanctions gouvernementales américaines et internationales », a déclaré la banque.

La Sberbank, le plus grand prêteur russe, a déclaré qu’elle étudiait désormais la possibilité d’émettre des cartes en utilisant le système de paiement russe Mir et le système chinois UnionPay, après que Visa et Mastercard aient suspendu leurs opérations au cours du week-end.

Russie : le bâtiment de la Sberbank à Orenburg. (Image : wikimedia / Владислав Фальшивомонетчик / CC BY 3.0)

Cette mesure pourrait permettre aux Russes d’effectuer certains paiements à l’étranger, UnionPay étant présent dans 180 pays et régions. Les cartes émises par les banques nationales continueront à fonctionner en Russie grâce à son système de paiement et la Sberbank a déclaré qu’elle annoncerait les délais ultérieurement.

Farida Rustamova, une journaliste indépendante qui a quitté la Russie en raison de l’invasion, a critiqué la décision de Visa et Mastercard, affirmant qu’elle priverait des personnes comme elle de fonds vitaux.

« Maintenant, des milliers de personnes, y compris non seulement des journalistes, mais aussi des militants de l’opposition et même des gens ordinaires qui ont peur du régime de Poutine et qui fuient la guerre, seront privés du peu d’argent qu’ils avaient ».

« Donc ce qui est triste, c’est que c’est exactement ce que Poutine veut qu’il arrive », a-t-elle ajouté.

La Chine apportera-t-elle un soutien plus important ?

Les sanctions radicales annoncées par les États-Unis et leurs alliés occidentaux visaient le Fonds national du patrimoine de la Fédération de Russie et le ministère des Finances de la Fédération de Russie. Le 1er mars, le président américain Joe Biden a annoncé que les vols russes seraient interdits dans l’espace aérien américain, à la suite de décisions similaires prises par l’UE et le Canada.

Les principales banques russes ont également été exclues du système de paiement international SWIFT (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication), ce qui les empêche d’accéder à des communications internationales sécurisées et les met à l’écart de la majeure partie du système financier mondial.

Depuis le début de l’invasion, le rouble russe a chuté de plus de 30 % et a atteint son plus bas niveau historique de 109,55 pour un dollar la semaine dernière. Les actions russes ont également connu des ventes massives et la bourse de Moscou est restée fermée depuis le 2 mars, les autorités cherchant à endiguer l’hémorragie des prix des actifs locaux et à augmenter les taux d’intérêt dans l’espoir d’encourager le public à laisser ses liquidités dans les banques russes.

La Chine s’inquiète depuis longtemps de ce qu’elle appelle « l’hégémonie du dollar », d’autant plus que la guerre commerciale avec les États-Unis s’est aggravée. Ces dernières années, la Chine et la Russie ont considérablement renforcé leurs liens diplomatiques, notamment en intensifiant leur coopération militaire et en organisant des exercices maritimes conjoints, ce qui a suscité de vives inquiétudes pour Washington et ses alliés occidentaux.

Les deux pays ont également intensifié leurs échanges commerciaux sans utiliser de dollars, offrant ainsi à la Russie un débouché important pour la vente de pétrole, de gaz et d’autres produits sans passer par le système financier américain. Selon les données officielles des douanes, un peu plus d’un tiers des exportations de la Russie vers la Chine étaient réglées en dollars en septembre dernier, contre 96 % en 2013.

Mais ces chiffres font désormais pâle figure par rapport aux autres marchés qui resteront probablement fermés à l’économie russe presque effondrée. Et bien que Pékin se soit récemment prononcé contre les sanctions visant les oligarques du pays et Poutine lui-même, les experts estiment que les principales banques chinoises ne sont pas susceptibles de venir à la rescousse de la Russie alors que la communauté internationale fait davantage pression sur Pékin pour qu’elle condamne l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.