Press "Enter" to skip to content

Monde. Nucléaire iranien : le ministre israélien de la Défense appelle à une expansion militaire pour contrer la menace

ACTUALITÉ > Monde

Gantz, ministre de la défense d’Israël, a appelé au renforcement de l’armée du pays pour contrer le programme nucléaire iranien. Il a demandé au gouvernement de veiller à ce que les services de sécurité maintiennent leur supériorité militaire, « ce qui garantit la sécurité de notre existence et fait progresser la paix. »

« Contre la plus grande menace - l’Iran s’armant d’une arme nucléaire - nous n’avons pas d’autre choix que d’étendre le renforcement de nos forces, de continuer à compter sur notre capital humain et d’adapter nos capacités et nos plans », a déclaré Benny Gantz lors d’une cérémonie de remise des diplômes pour le Collège de défense nationale d’Israël, dans les environs de Tel Aviv.

Les déclarations de Benny Gantz sont intervenues alors que des rapports indiquaient que les Forces de défense israéliennes (FDI) cherchaient à obtenir une augmentation importante de leur budget, à hauteur de plusieurs milliards, en vue de contrer le programme nucléaire iranien. Selon une chaîne de médias locale, la demande a été faite lors des premières discussions sur le budget de l’État, avec la crainte que les États-Unis ne parviennent pas à freiner les ambitions nucléaires de l’Iran.

L’establishment sécuritaire accuse également le précédent Premier ministre, Benjamin Netanyahu, de ne pas avoir alloué suffisamment de fonds pour prendre des mesures contre le programme nucléaire iranien.

Selon un rapport de Reuters du 14 juillet, l’Iran ne semble pas se hâter de reprendre les négociations avec les États-Unis pour se conformer à l’accord nucléaire de 2015. Une source a révélé au média que la décision a été transmise aux interlocuteurs européens qui font partie des négociations entre les États-Unis et l’Iran. Les deux nations se sont entretenues six fois depuis avril sur la question, mais n’ont pas pris d’engagements clairs.

« Ils (l’Iran) ne sont pas prêts à revenir avant le nouveau gouvernement… Nous parlons maintenant probablement pas avant la mi-août », a déclaré une source au média. Le président élu de l’Iran, Ebrahim Raisi, est un islamiste conservateur iranien, homme politique principiste, juriste musulman et 8e et actuel président de l’Iran depuis le 3 août 2021, ayant été élu à la présidence lors de l’élection présidentielle iranienne de juin 2021.

Un porte-parole du département d’État américain a confirmé que l’Iran avait demandé un délai supplémentaire en raison de la transition présidentielle, et que Washington restait « intéressé par la recherche d’un retour mutuel » au respect de l’accord de 2015. Il a ajouté que l’offre des États-Unis « ne sera pas sur la table indéfiniment ».

Le 14 juillet, le président iranien sortant, Hassan Rouhani, a déclaré lors d’une réunion du cabinet : «  l’Organisation de l’énergie atomique du pays peut enrichir l’uranium à 20 % et à 60 % et si un jour nos réacteurs en ont besoin, elle peut enrichir l’uranium jusqu’à une pureté de 90 %. » Il a reproché aux principaux décideurs du pays de l’empêcher de rétablir l’accord nucléaire. L’uranium doit être enrichi jusqu’à une pureté de 90 % pour créer des armes nucléaires.

Position française, opposition républicaine

Lors d’un récent discours à Jaffa, l’ambassadeur de France en Israël, Eric Danon, a déclaré que son pays était fermement opposé à ce que l’Iran se dote d’une arme nucléaire. L’ambassadeur a déclaré que même si Israël et la France « sont parfois en désaccord sur la méthode », les deux pays sont d’accord sur la question.

« Le régime des mollahs ne devrait jamais posséder la bombe nucléaire… nous sommes solidaires pour lutter simultanément contre le risque nucléaire, la menace balistique et les actions déstabilisatrices de l’Iran dans la région, et en premier lieu au Liban, en Syrie et en Irak », a déclaré Eric Danon dans son discours.

Les États-Unis se sont officiellement retirés de l’accord sur le nucléaire iranien en mai 2015. L’ancien président Donald Trump avait qualifié l’accord d’« horrible » et souhaitait que Washington travaille avec ses alliés pour empêcher l’Iran de développer des armes nucléaires. À la suite du retrait de l’Amérique de l’accord et des sanctions subséquentes imposées par l’administration Trump, l’Iran a subi une énorme pression économique.

Après l’arrivée au pouvoir de Joe Biden à la Maison Blanche, Washington a adopté une position plus souple et a fait part de sa volonté de revenir à l’accord de 2015. Cependant, plusieurs républicains ont dénoncé les actions de l’administration Biden.

Le 6 avril, quatre sénateurs républicains ont envoyé une lettre à Joe Biden, déclarant qu’ils « s’opposent à toute tentative de retour au JCPOA (accord nucléaire) qui a échoué, ou à tout accord qui offre des concessions unilatérales au régime iranien alors qu’il continue de saper la sécurité des États-Unis et de nos alliés et partenaires. Revenir au JCPOA - qui signifie accorder au régime iranien un allègement significatif des sanctions en échange de limitations nucléaires qui expirent dans seulement quatre ans - n’est pas une stratégie viable. »

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.