Press "Enter" to skip to content

Monde. Investir dans Nokia ou Ericsson pour contrer la 5G de Huawei

ACTUALITÉ > Monde

Alors que Huawei cherche à dominer la technologie 5G mondiale, les États-Unis se battent pour repousser l’influence de cette entité soutenue par Pékin. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Alors que Huawei cherche à dominer la technologie 5G mondiale, les États-Unis se battent pour repousser l’influence de cette entité soutenue par Pékin.

William Barr, le procureur général des États-Unis, a récemment fait remarquer que le gouvernement américain pourrait investir dans Nokia ou Erickson pour faire face à l’influence de Huawei.

L’investissement

Lors d’un événement consacré à l’espionnage économique de la Chine, M. Barr a évoqué la possibilité d’un accord Etats-Unis/Nokia/Ericsson qui pourrait se faire « par la détention par les États-Unis d’une participation majoritaire, soit directement, soit par l’intermédiaire d’un consortium de sociétés privées américaines et alliées... Mettre notre vaste marché et notre puissance financière derrière l’une de ces sociétés ou les deux en ferait un concurrent bien plus redoutable et éliminerait les inquiétudes quant à sa pérennité, ou quant à leur pérennité ». (Reuters)

À l’heure actuelle, la capitalisation boursière combinée de Nokia et d’Ericsson s’élève à environ 50 milliards de dollars US. Bien que l’origine des fonds ne soit pas clairement établie, le gouvernement américain pourrait certainement réunir les fonds nécessaires pour obtenir une participation majoritaire dans les deux entreprises si nécessaire. En fait, les législateurs du pays ont déjà commencé à réfléchir à des partenariats entre le gouvernement et le secteur privé pour contrer la Chine. En janvier, les sénateurs américains ont présenté un projet de loi qui propose de consacrer 1 milliard de dollars à un fonds d’investissement. Cet argent serait versé aux entreprises occidentales afin qu’elles puissent offrir une alternative compétitive aux équipements et technologies proposés par Huawei.

 

William Barr suggère que les États-Unis pourraient investir dans Nokia/Ericsson pour contrer Huawei. (Image : Wikimedia / CC0 1.0)
William Barr suggère que les États-Unis pourraient investir dans Nokia/Ericsson pour contrer Huawei. (Image : Wikimedia / CC0 1.0)
 

Cependant, une telle évolution s’accompagne d’un profond conflit idéologique. Les États-Unis ont toujours prôné des politiques de libre marché. Les entreprises se faisaient concurrence et le meilleur gagnait. Mais en investissant dans une entreprise pour en combattre une autre, les États-Unis admettent essentiellement la validité des idées socialistes qui mettent l’accent sur le contrôle des ressources par le gouvernement. Entre-temps, certains actionnaires d’Ericsson auraient exhorté les dirigeants de leur entreprise à explorer les possibilités d’investissement proposées par M. Barr.

« L’intérêt américain pour Ericsson est clairement positif pour la Suède, l’entreprise et ses actionnaires... Un accord potentiel devrait être basé sur un niveau d’évaluation complètement différent du cours ridicule de l’action d’Ericsson aujourd’hui... Le conseil d’administration et la direction doivent conduire et traiter cette question avec la plus grande priorité », a déclaré Christer Gardell, associé gérant de Cevian Capital, à Reuters. Le fonds détient une participation de 8,4 % dans Ericsson.

 

Certains actionnaires d’Ericsson sont intéressés par les investissements américains. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Certains actionnaires d’Ericsson sont intéressés par les investissements américains. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Des tensions avec le Royaume-Uni

Les tensions entre l’Amérique et le Royaume-Uni ont augmenté après que Londres ait autorisé Huawei à mettre en place un réseau 5G dans le pays. Les États-Unis ont toujours conseillé au gouvernement britannique de ne pas conclure de tels accords, car ils pourraient permettre au gouvernement chinois d’accéder aux réseaux de communication britanniques.

« Nous sommes profondément déçus car, lorsque je suis allé à la direction du président en septembre, j’ai rencontré le Premier ministre Johnson et je lui ai dit qu’au moment où le Royaume-Uni serait sorti du Brexit, nous serions prêts à commencer à négocier un accord de libre-échange avec le Royaume-Uni... Mais nous ne pensons tout simplement pas que l’utilisation des actifs et des technologies de Huawei soit conforme aux intérêts en matière de sécurité ou de confidentialité du Royaume-Uni et des États-Unis, et cela reste un vrai problème entre nos deux pays », a déclaré le vice-président américain Mike Pence à CNBC.

Les principaux conservateurs britanniques ne seraient pas satisfaits de la décision de leur gouvernement et ont écrit une lettre aux députés conservateurs pour s’élever contre cette décision. Dans cette lettre, ils ont souligné que le gouvernement doit empêcher les vendeurs à haut risque de participer à la mise en place de l’infrastructure 5G.

Traduit par Guillaume

Version en anglais : Strategy: Invest in Nokia or Ericsson to Counter Huawei 5G