Press "Enter" to skip to content

Monde. L’Indonésie enregistre une baisse spectaculaire des cas de Covid-19 après l’approbation de l’ivermectine

ACTUALITÉ > Monde

L’utilisation de l’ivermectine dans le traitement du coronavirus a fait l’objet de controverses aux États-Unis et dans d’autres pays occidentaux. Cependant, certains pays d’Asie n’ayant pas hésité à utiliser ce médicament, ont obtenu des résultats positifs dans la lutte contre la pandémie. En Indonésie, les cas de Covid-19 auraient considérablement diminué suite à l’autorisation de l’ivermectine par le gouvernement.

Début juin, le nombre de cas de Covid-19 en Indonésie était de 5 000 par jour. Le 12 juin, le gouvernement a interdit l’utilisation de l’ivermectine. Le nombre de cas est passé à plus de 40 000 par jour en juillet, et 90 000 personnes sont mortes pendant cette période.

Malgré son interdiction, l’ivermectine était très demandée. Suite à la demande de la population soutenue par un certain nombre de politiciens de premier plan, le gouvernement indonésien a finalement de nouveau approuvé son utilisation le 15 juillet. Le nombre d’infections s’est effondré, passant sous la barre des 5 000 par jour en octobre. Au 27 octobre, seulement 25,6 % de la population indonésienne était vaccinée.

L’Australie, qui a vacciné 70 % de sa population, compte deux fois plus d’infections que l’Indonésie. Dans un article du Wentworth Report, Joanne Nova a écrit que l’Indonésie a géré la Covid-19 dix fois mieux que l’Australie alors qu’elle compte « dix fois plus d’habitants et seulement un tiers des recettes publiques ».

Lors des récentes réunions de la COP26 et du G20, le président indonésien a demandé « plus d’équité en matière de vaccins » plutôt que de promouvoir l’utilisation de l’ivermectine. Il a insisté sur le fait que les pays développés doivent faire davantage pour aider les nations plus pauvres à obtenir des vaccins afin de « surmonter cette pandémie ensemble. »

Une tactique de « leurre »

Dans une interview accordée à The Gateway Pundit, le Dr Vladimir Zelenko a déclaré que ce que le président indonésien a fait, est comparable à une tactique de « leurre ».

« Ils disent que la raison pour laquelle les patients restent en vie, c’est grâce au vaccin. En réalité, c’est grâce à l’ivermectine. Les patients qui ne sont pas vaccinés se voient refuser des médicaments vitaux, et ils meurent, ils disent alors que la raison pour laquelle ils sont morts est qu’ils n’ont pas été vaccinés. En réalité, la raison pour laquelle ils sont morts, c’est parce qu’on leur a refusé le médicament qui pouvait leur sauver la vie », a déclaré le Dr Vladimir Zelenko.

L’Indonésie n’est pas le seul pays à avoir bénéficié de l’utilisation de l’ivermectine. En Inde, le médicament a été utilisé avec succès dans l’État d’Uttar Pradesh. En septembre, le gouvernement de l’État a annoncé que 33 districts étaient désormais indemnes de Covid-19. Les autorités ont suggéré que l’utilisation précoce de l’ivermectine était l’une des raisons du faible taux d’infection à cette époque.

Aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) a demandé catégoriquement aux gens de ne pas utiliser l’ivermectine comme traitement de la Covid-19.

« Les données actuellement disponibles ne montrent pas que l’ivermectine est efficace contre la Covid-19. Des essais cliniques évaluant les comprimés d’ivermectine pour la prévention ou le traitement du Covid-19 chez l’homme sont en cours », peut-on lire sur le site de la FDA.

Au Texas, un hôpital a récemment suspendu une médecin qui avait critiqué l’obligation vaccinale et promu l’utilisation de l’ivermectine. Selon le Houston Methodist Hospital, cette doctoresse du nom de Mary Bowden, diffusait des « informations erronées et dangereuses » qui n’étaient « pas fondées sur la science ».

S’adressant au Washington Post, l’avocat de Mary Bowden, Steve Mitby, a précisé que cette médecin n’était pas opposée aux vaccinations. Il a souligné qu’elle était elle-même vaccinée conformément aux exigences de l’hôpital et qu’elle avait traité plus de 2 000 patients atteints de Covid-19.

« Comme beaucoup d’Américains, la Dr Mary Bowden estime que les gens devraient avoir le choix et que, quel que soit leur statut vaccinal, tous les gens devraient avoir accès aux mêmes soins de santé de haute qualité », a déclaré Steve Mitby.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.