Press "Enter" to skip to content

Monde. Impossible de rembourser les milliards de prêts chinois

ACTUALITÉ > Monde

La Chine a prêté des milliards de dollars dans le cadre de son Initiative Ceinture et Route (ICR), un vaste projet d’infrastructure qui vise à consolider le rôle de premier plan de la Chine dans le commerce international. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Au cours des dix dernières années, la Chine a prêté des milliards de dollars aux pays pauvres dans le cadre de son Initiative Ceinture et Route (ICR). L’épidémie de Covid-19 ayant entraîné l’arrêt des économies du monde entier, ces pays ont de plus en plus de mal à rembourser les prêts.

Englués dans les dettes

Les prêts accordés par la Chine aux pays en développement tendent à être différents de ceux accordés par la Banque mondiale et d’autres institutions. Ces prêts ont non seulement une courte durée, mais ils sont également assortis de taux d’intérêt élevés. En outre, la plupart des prêts chinois sont accordés à condition que les débiteurs  fournissent en garantie certains de leurs actifs nationaux, comme les ports, les mines, etc. « La Chine est politiquement en retrait... (Si la Chine saisissait ces prêts), elle reprendrait des actifs stratégiques dans des pays qui n’ont pas les moyens de nourrir leur population », a déclaré Andrew Small, chercheur principal au German Marshall Fund, au New York Times.

La plupart des prêts chinois sont accordés à condition que les débiteurs fournissent des actifs nationaux comme les ports en garantie.Image : Capture d’écran / YouTube)
La plupart des prêts chinois sont accordés à condition que les débiteurs fournissent des actifs nationaux comme les ports en garantie.Image : Capture d’écran / YouTube)
 

La question est de savoir si la Chine va ou non poursuivre cette stratégie. La plupart des experts ne pensent pas que cela arrivera. Une telle évolution créerait une très mauvaise image pour le gouvernement chinois, en consolidant essentiellement sa position de prêteur prédateur. Pékin étant déjà critiqué du fait de l’épidémie de Covid-19, le gouvernement chinois ne peut pas se permettre une couverture négative supplémentaire pour le moment. De plus, une telle décision ferait craindre aux autres pays de contracter des emprunts auprès de la Chine ou de participer au projet de l’ICR.

Des pays comme le Pakistan, le Kirghizstan, le Sri Lanka et une série de pays africains ont demandé à Pékin soit d’annuler leurs prêts arrivant à échéance cette année, soit de retarder certains paiements, soit simplement de restructurer leurs dettes. Du point de vue du gouvernement chinois, il est presque hors de question de renoncer à des prêts, car honorer de telles demandes mettrait tout leur système financier sous pression. De plus, les citoyens chinois pourraient également se mettre en colère contre leur gouvernement pour avoir annulé les prêts des nations étrangères alors qu’ils sont eux-mêmes en difficulté économique. En tant que tel, Pékin est plus susceptible de reporter ou de restructurer la plupart des dettes, quelques prêts de pays extrêmement pauvres étant annulés. En fait, cela a déjà commencé.

En avril, le gouvernement du Kirghizstan a annoncé que le Parti communiste chinois (PCC) avait accepté de rééchelonner près de 1,7 milliard de dollars de dettes. Pékin a également retardé de deux ans le calendrier de remboursement de la dette du Sri Lanka, la Banque chinoise de développement ayant accordé une ligne de crédit supplémentaire de 700 millions de dollars. Obiageli Ezekwesili, du Nigeria, qui a été vice-président de la Banque mondiale pour la région Afrique, estime que la Chine devrait immédiatement annoncer l’annulation complète d’environ 140 milliards de dollars de prêts accordés à l’Afrique. Il s’agit clairement d’une idée irréaliste et utopique.

Un ancien responsable de la Banque mondiale pour la région Afrique estime que la Chine devrait amortir environ 140 milliards de dollars de prêts qui ont été accordés à l’Afrique. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Un ancien responsable de la Banque mondiale pour la région Afrique estime que la Chine devrait amortir environ 140 milliards de dollars de prêts qui ont été accordés à l’Afrique. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Programmes d’aide de la Banque mondiale et du FMI

Pour aider les pays pauvres, la Banque mondiale va engager environ 160 milliards de dollars au cours des 15 prochains mois. Cet argent sera destiné à permettre aux pays de survivre aux conséquences économiques, médicales et sociales du coronavirus. La Banque mondiale, en association avec le G20 et le FMI, a suspendu le remboursement des prêts bilatéraux des pays pauvres à partir du 1er mai. Cette suspension restera en vigueur jusqu’à la fin de cette année, après quoi une prolongation de la suspension pourrait être envisagée en fonction des conditions de liquidité des pays bénéficiaires.

Le FMI a doublé l’accès à ses programmes d’urgence tels que l’instrument de financement rapide et la facilité de crédit rapide, permettant à l’organisation de fournir environ 100 milliards de dollars américains d’aide d’urgence aux nations pauvres. L’organisation envisage également d’accroître sa capacité à offrir des financements à un taux d’intérêt de zéro pour cent. Vingt-neuf pays ont bénéficié d’un allègement immédiat de leur dette.

Rédacteur Camille Lane

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.