Press "Enter" to skip to content

Monde. Guerre en Ukraine : Gennadiy Druzenko prêt à commettre des crimes de guerre contre des soldas russes ?

ACTUALITÉ > Monde

Le 20 mars dernier, une vidéo est apparue sur Internet avec les commentaires de Gennadiy Druzenko, président du conseil d’administration du premier hôpital mobile volontaire de Pirogov (PFVMH -Pirogov First Volunteer Mobile Hospital), lors d’une interview accordée à la chaîne de télévision nationale Ukraine-24.

https://twitter.com/dancohen3000/status/1505670818327674882?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1505670818327674882%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.visiontimes.com%2F2022%2F03%2F21%2Fcastrate-wounded-russians-ukraine-government-hospital-leader-tv.html

Concernant les prisonniers militaires russes, il a confié être « un grand humaniste », car il a « l’habitude de dire " un ennemi blessé n’est plus un ennemi, mais un patient " ». « Mais cette fois-ci, j’ai donné des ordres stricts pour castrer tous les blessés [soldats russes], car ce sont des cafards. Pas des humains », a-t-il déclaré lors de l’interview.

« Nos médecins ont toujours essayé de sauver les patients. Mais les Russes vont mourir ici. Ils mourront en grand nombre, et les chanceux qui s’en sortiront vivants se souviendront avec beaucoup d’horreur de la terre ukrainienne comme les Allemands de Stalingrad », a-t-il fait savoir.

Un partenariat avec le gouvernement ukrainien

Gennadiy Druzenko n’est pas une personne ordinaire en Ukraine.

Le site Web de l’« hôpital mobile bénévole » de Gennadiy Druzenko indique que cet hôpital a été fondé en 2014, la même année où a eu lieu le coup d’État de l’ancien président Viktor Ianoukovitch soutenu par les États-Unis, dans les régions de Donetsk et de Louhansk, dans l’est de l’Ukraine. Ces deux territoires à prédominance russophone sont très disputés, et les combats entre les milices populaires auto-organisées et les forces armées ukrainiennes y sont fréquents.

La PFVMH se targue d’avoir au moins 500 membres, ajoutant : « Nous travaillons en partenariat avec l’État ukrainien, ce qui nous permet de combiner de manière unique l’enthousiasme et la flexibilité d’un mouvement de bénévoles avec l’approche ciblée et stratégique offerte par les organismes d’État. »

Tout en demandant des dons pour « nous aider à acheter du matériel médical, des véhicules, des équipements de protection et tout ce dont nous avons besoin pour assurer le fonctionnement quotidien de l’hôpital », l’organisation révèle avoir établi un mémorandum officiel avec le ministère ukrainien de la Santé, le ministère de la Défense, l’état-major général des forces armées ukrainiennes, en plus du « soutien » du Conseil national de sécurité et de défense.

Les connexions occidentales

Selon sa page Facebook , Gennadiy Druzenko a précédemment été coordinateur de programme au sein de l’Agence des États-Unis pour le développement international (United States Agency for International Development, USAID), via le cabinet de conseil Chemonics International, et a servi en tant que « chercheur indépendant » au think tank Wilson Center de D.C. de 2009 à 2010.

En 2019, Gennadiy Druzenko a été présenté dans un programme d’une heure sur la radio publique WIFU Indiana, où des références supplémentaires ont été énumérées :

Directeur pour l’Europe centrale et orientale du Williams WorldWide Group.

Boursier de recherche de l’Institut Fulbright-Kennan à l’Institut Kennan à Washington, D.C.

Chargé de recherche à l’Institut Max Planck de droit public comparé et de droit international à Heidelberg, en Allemagne.

Le profil indique également que Gennadiy Druzenko a occupé plusieurs postes de haut niveau au sein du gouvernement ukrainien, notamment celui de directeur adjoint du Centre de droit comparé européen de 2001 à 2004 et celui de chef de cabinet de la commission de l’intégration européenne du Parlement ukrainien de 2010 à 2011.

Peu de temps avant la diffusion de l’émission, Gennadiy Druzenko a été accueilli par le Centre pour la démocratie constitutionnelle de l’Université de l’Indiana, où il a « apporté une collection d’icônes orthodoxes originales peintes à la main sur des boîtes de munitions récupérées pour être exposées et vendues dans le cadre d’une collecte de fonds » pour le PFVMH.

Gennadiy Druzenko a également obtenu son LL.M (Master of Law), de l’Université d’Aberdeen en Écosse en 2008, selon son curriculum vitae accessible au public.

Un peu plus d’une semaine auparavant, Gennadiy Druzenko avait obtenu une tribune sur CNN, le principal organe de presse de l’establishment américain, où il était présenté comme un « constitutionnaliste ukrainien devenu bénévole en temps de guerre ».

Dans un message sur Twitter, l’intervieweur de CNN, Fareed Zakaria, a défini son invité comme un « intellectuel bien connu ».

Au début de l’interview, Gennadiy Druzenko s’est présenté comme « l’un des centaines de milliers d’Ukrainiens ordinaires qui défendent non seulement notre terre, mais aussi la liberté, la dignité et des choses très élémentaires, très fondamentales ».

Il a ensuite déclaré que pour comprendre « ce que nous ressentons aujourd’hui », « les Américains devraient rappeler à leur jeunesse » les batailles et les combats que les Pères fondateurs ont endurés il y a 250 ans.

Le 7 mars, le PFVMH a également fait l’objet d’un publireportage du New York Post intitulé  On the Front Lines With Ukraine’s Medical Angels, qui glorifiait l’opération de Gennadiy Druzenko et décrivait l’Ukraine comme un simple spectateur innocent d’une Fédération de Russie psychotique et maraudeuse.

« En collaboration avec les volontaires de l’armée et de la défense territoriale, le PFVMH et la Croix-Rouge font d’interminables allers-retours dans la dangereuse zone rouge, alors même que l’artillerie devient plus bruyante et plus rapide, les tirs entrants et sortants résonnant dans le ciel sombre », peut-on lire dans un paragraphe.

On peut lire dans un autre paragraphe : « Victoria Kramarenko, 55 ans, volontaire du PFVMH et infirmière spécialisée dans les brûlures, se précipite dans l’amas des masses déplacées pour porter des bagages et bercer des nouveau-nés en haut d’une petite colline, tout en incarnant une image de calme maternel. C’est le genre de travail qui ne peut jamais être terminé, qui ne peut jamais être triomphant, malgré le nombre de vies sauvées. »

Contraint de s’excuser

Après la diffusion de la vidéo sur l’ensemble des sphères Internet russes et anglophones, Gennadiy Druzenko a été contraint de revenir sur ses propos. Une mise à jour du 21 mars sur le site Web de la PFVMH, a indiqué que son président « a fait une déclaration émotionnelle sur la stérilisation des envahisseurs ».

Mais le fait que Gennadiy Druzenko ait déclaré que son entreprise commettrait des crimes de guerre contre des soldats blessés de la Fédération de Russie est tout à fait compréhensible, ont-ils ajouté, car « la déclaration a été provoquée par des menaces à l’encontre de Gennadiy Druzenko personnellement et des membres de sa famille. »

« PFVMH déclare officiellement qu’elle ne s’est jamais engagée et ne prévoit pas de s’engager dans une quelconque stérilisation des envahisseurs russes, a fortiori des soldats et officiers russes captifs », ajoutent-ils.

Gennadiy Druzenko a également déclaré en ukrainien sur Facebook « C’est officiel. Le #PDMSH ne castre personne et ne va pas le faire. C’était les émotions. Je suis désolé. Nous sauvons des vies. Point final. »

Néanmoins, selon le Daily Mail, Gennadiy Druzenko est « prêt à être placé sur la liste internationale des personnes recherchées par la Russie. »

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.