Press "Enter" to skip to content

Monde. La Grande-Bretagne se tourne vers Taïwan pour remplacer les instituts Confucius

ACTUALITÉ > Monde

Les instituts Confucius, qui utilisent la culture traditionnelle chinoise comme couverture pour réaliser la politique de front culturel des autorités communistes chinoises, ont été de plus en plus surveillés et interdits par les pays ces dernières années. Le 18 septembre, The Observer a fait savoir qu’un groupe de parlementaires britanniques, issus de tous les partis, est en pourparlers avec Taïwan pour remplacer l’institut Confucius, officiellement lié au Parti communiste chinois (PCC).

Alors que le gouvernement cherche à supprimer progressivement son partenariat avec les Instituts Confucius, un groupe de députés multipartites est en pourparlers avec Taïwan pour fournir des enseignants de langue chinoise au Royaume-Uni, a révélé The Observer. (Image : wikimedia / 毛貓大少爺 / CC BY-SA 2.0)

Pour remplacer les instituts Confucius, les députés britanniques se tournent vers Taïwan

Alors que le gouvernement cherche à supprimer progressivement son partenariat avec les Instituts Confucius, un groupe de députés multipartites est en pourparlers avec Taïwan pour fournir des enseignants de langue chinoise au Royaume-Uni, a révélé The Observer.

L’hebdomadaire britannique a cité un rapport selon lequel il existe actuellement 30 instituts Confucius en activité dans le pays. Bien que controversés depuis de nombreuses années, ces instituts enseignent la langue, la culture et l’étiquette commerciale chinoises aux Britanniques. Ils ont été considérés positivement par le gouvernement conservateur dans le passé, y compris par l’actuelle Première ministre, Liz Truss.

Cependant, ces dernières années, Liz Truss a durci sa position à l’égard de Pékin et, à la veille de devenir Premier ministre, elle a même menacé d’inscrire la Chine et la Russie sur la liste des « menaces majeures » pour la sécurité nationale britannique.

Mettre fin au partenariat avec les instituts Confucius

Alors que les relations entre la Chine et le Royaume-Uni continuent de se détériorer, les programmes d’apprentissage et d’enseignement des langues des Instituts Confucius ont fait l’objet d’un examen minutieux au Royaume-Uni. Les critiques ont remis en question les processus de financement et de recrutement des enseignants de ces instituts. Ils ont aussi souligné la limitation de la liberté d’expression en classe et ont qualifié de « dépassée » l’approche britannique de l’enseignement du chinois.

Le gouvernement britannique s’est inquiété des compétences en langues étrangères de son personnel, au moment où il quittait l’Union européenne. Il se prépare à faire pression pour une stratégie « britannique mondiale ».

Le Foreign, Commonwealth and Development Office (FCDO) n’a révélé qu’en août de cette année qu’il ajoutait seulement 14 nouveaux officiers sinophones à ses rangs chaque année. Le manque de diplomates parlant chinois au Royaume-Uni a suscité des doutes et mis l’enseignement du chinois sous les projecteurs.

La quasi-totalité du financement du gouvernement britannique pour l’enseignement du chinois sur les campus est allouée aux instituts Confucius dans les universités selon une étude menée en juin de cette année par le China Research Group, un groupe de députés conservateurs.

Dans ce contexte, les députés de tous les partis ont déjà soutenu un amendement visant à habiliter les autorités gouvernementales à exiger des universités qu’elles mettent fin à leur partenariat avec les  Instituts Confucius ou qu’elles choisissent un autre partenaire. Taïwan était considéré comme une bonne option.

Selon The Observer, l’un des députés en pourparlers avec Taïwan pour faire venir des professeurs de chinois est Alicia Kearns, un membre de la commission des affaires étrangères de la Chambre des communes. Elle a précédemment déclaré que Taïwan a démontré sa capacité à proposer des programmes d’apprentissage du chinois réussis dans des pays comme les États-Unis : qu’il n’y a pas de propagande politique en jeu et qu’il n’y a pas lieu de craindre des menaces pour la liberté d’expression ou la liberté académique.

Les instituts Confucius, dont le personnel est nommé par le gouvernement chinois, sont soupçonnés de faire de la propagande pour Pékin dans le but de remodeler les perceptions occidentales sur la Chine. (Image : Capture d’écran / VisionTimes) 

Un hiver froid pour les instituts Confucius en Europe et aux États-Unis

Les États-Unis ont des préoccupations similaires, et Taïwan est déjà intervenu, ayant signé un protocole d’accord avec les États-Unis en décembre 2020 pour développer l’enseignement du chinois.

Depuis l’année dernière, l’Overseas Community Affairs Council de Taipei a mis en place des centres d’apprentissage du chinois dans certaines villes américaines, apparemment en concurrence avec les instituts Confucius.

Le 17 juin, la ministre allemande de l’Éducation et de la recherche, Bettina Stark-Watzinger, a appelé les universitaires à tracer une ligne claire avec la Chine dans les domaines sensibles et a fait valoir que les universités ne devraient pas créer d’instituts Confucius.

« Si j’étais présidente d’une université, je ne créerais pas d’instituts Confucius », a déclaré Bettina Stark-Watzinger dans une interview accordée au Business Daily, expliquant que ces institutions sont cofinancées par Pékin et utilisées politiquement par le PCC.

Elle a rejeté « cette influence directe de la Chine sur l’enseignement et l’érudition ». Au cours de sa visite, elle a appelé à garder une plus grande distance avec la Chine, notamment dans le domaine universitaire.

Bettina Stark-Wassinger a déclaré que les universitaires devraient se distancer de la Chine communiste dans tous les domaines où la concurrence entre les institutions démocratiques et autoritaires pourrait l’aider à prendre le dessus.

Le 18 juin, le radiodiffuseur public finlandais Yle a rapporté que l’université d’Helsinki avait mis fin au contrat de l’Institut Confucius financé par Pékin, c’est-à-dire qu’elle avait fermé l’Institut Confucius sur le campus. Hanna Snellman, vice-recteur de l’Université d’Helsinki, a déclaré que le gouvernement chinois voulait continuer à financer le programme et « ils nous ont demandé si nous envisagions de négocier la poursuite du programme, mais nous avons répondu par la négative ». Cela signifie également que l’accord de coopération entre l’Institut Confucius et l’Université d’Helsinki expirera en janvier prochain.

Le PCC a créé des instituts Confucius dans quelque 500 universités du monde entier. Ces dernières années, il a été soulevé des questions quant à leur véritable objectif, qui est d’exporter le « hard power » dans les pays étrangers. Les instituts Confucius, dont le personnel est nommé par le gouvernement chinois, sont soupçonnés de faire de la propagande pour Pékin dans le but de remodeler les perceptions occidentales sur la Chine.

Rédacteur Jean-Baptiste Adrien-Clotaire

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.