Press "Enter" to skip to content

Monde. Facebook a dépensé 500 millions de dollars pour Joe Biden

ACTUALITÉ > Monde

L’État profond privatise et dirige les élections américaines

 

Facebook investit massivement pour influencer la présidentielle. (Image : Simon Steinberger / Pixabay)
 

Le projet Amistad (Amistad Project), un groupe civique américain, a publié un rapport ce mercredi 16 décembre révélant que le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a dépensé 500 millions de dollars pour influencer l’élection présidentielle américaine, ce qui a finalement conduit à un vote en faveur du candidat démocrate à la présidence Joe Biden dans des États clés lors de l’élection de 2020. Le rapport suggère qu’il s’agit en fait d’une élection présidentielle organisée par l’État profond.

Le rapport, intitulé The Legitimacy and Effect of Private Funding in Federal and State Electoral Processes (La légitimité et l’effet du financement privé dans les processus électoraux au niveau fédéral et au niveau des États) comporte 39 pages. Il allègue que lorsque Mark Zuckerberg a fait des dons aux agences publiques pour aider à l’organisation des élections pendant la pandémie, ces dons ont été faits à des bastions démocrates dans les États charnières dans le but précis de fausser les résultats des élections en faveur de Joe Biden.

Selon Phil Kline, directeur du projet Amistad, le rapport documente la façon dont Facebook a dépensé plus de 500 millions de dollars pour financer les élections de cette année. Phil Kline a également noté que Facebook à lui seul a donné plus que ce que le gouvernement fédéral a dépensé pour l’élection à l’échelle nationale - 400 millions de dollars.

« Selon l’effet réel, c’est l’ État profond qui dirige les élections, en mettant 500 millions de dollars entre les mains des fonctionnaires de l’État et des collectivités locales qui, à leur tour, permettent à des organismes et des groupes d’intérêts privés d’avoir accès à des informations sensibles et privées sur les citoyens américains. Ces informations ont de la valeur pour les partis politiques et permettent aux fonctionnaires de gagner de l’argent en travaillant pour la gauche », a déclaré Phil Kline.

Phil Kline pense que l’argent de Mark Zuckerberg a incité les États à agir en violation de leurs propres lois et de la loi fédérale, avec pour résultat de bénéficier aux électeurs de certains groupes et réduire au silence les électeurs d’autres groupes. Tous ces comportements sont en violation de la Constitution américaine.

Il a déclaré en citant un exemple : « Mark Zuckerberg a payé des juges électoraux, il a acheté des urnes - ce qui est contraire à la loi de l’État. Il a ordonné la consolidation des installations de comptage des votes, et Mark Zuckerberg a payé des fonctionnaires locaux pour bloquer les fenêtres des salles de comptage des votes. L’argent de Mark Zuckerberg a permis d’acheter les machines de vote, Dominion et autres. Son argent est également allé aux secrétaires d’État, comme Jocelyn Benson, du Michigan », Jocelyn Benson s’étant toujours opposée à la transparence des élections.

Une grande partie de l’argent de Facebook va à une association à but non lucratif, le Centre de technologie et de vie civique (Center for Technology and Civic Life, CTCL), qui est une organisation de gauche.

 

Subventions de la CTCL listées dans le rapport du projet Amistad. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Subventions de la CTCL listées dans le rapport du projet Amistad. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Ce rapport indique que cette organisation à but non lucratif de gauche a commencé à envoyer des agents dans les États en début de cette année pour commencer à recruter des villes participantes dans des bastions démocratiques en vue de demander des dons financiers à Facebook.

Par exemple, CTCL a donné 100 000 dollars à Cory Mason, maire de Racine dans l’État de Wisconsin pour qu’il recrute quatre autres villes afin de développer des programmes. Les cinq villes ont soumis un plan ensemble en juin et ont reçu 6,3 millions de dollars de Facebook pour le mettre en œuvre.

Le rapport indique que cette privatisation des élections « sape la loi Help America Vote », qui exige que les plans électoraux des États soient soumis à l’approbation des officiers fédéraux, que l’égalité de protection de tous les électeurs soit respectée et que toutes les ressources soient également disponibles pour tous les électeurs.

Phil Kline a déclaré que l’argent que Mark Zuckerberg et Facebook ont donné à ces bastions démocrates par le biais de la CTCL peut permettre à ces bastions de dépenser environ 47 dollars par électeur, contre 4 à 7 dollars par électeur pour les sites républicains traditionnels. En allant à l’encontre de la loi électorale, Facebook invite activement des gouvernements locaux spécifiques à jouer à son avantage dans le processus électoral.

Breitbart News a également confirmé que, grâce aux dons de Mark Zuckerberg et de Facebook, les comtés ciblés par CTCL en Georgie ont offert à Joe Biden plus de marge avantageuse afin que ce dernier puisse gagner l’élection présidentielle.

A la fin du rapport, le projet Amistad a totalisé le nombre de villes subventionnées par CTCL (47) et le montant total des subventions CTCL (65 493 839). Les 26 premières subventions de la CTCL sont allées uniquement aux bastions démocrates dans les États charnières. Sous prétexte de protéger les électeurs contre la pandémie de Covid-19, ces subventions avaient en réalité pour but d’augmenter les votes pour le candidat démocrate à la présidence Joe Biden.

Traduit par Yi Ming

Source : https://www.secretchina.com/news/b5/2020/12/17/956063.html