Press "Enter" to skip to content

Monde. États-Unis : le secrétaire à la Défense Lloyd Austin assure que l’Amérique ne craint pas la compétition

ACTUALITÉ > Monde

Certains chefs militaires américains ont récemment exprimé leurs inquiétudes quant aux prouesses militaires croissantes de la Chine. Toutefois, le secrétaire à la Défense Lloyd Austin a clairement indiqué, lors d’un discours prononcé le 4 décembre, que l’Amérique ne craint aucune menace.

Dans le cadre d’un discours au Forum Reagan de la Défense nationale américaine, en Californie, Lloyd Austin a déclaré « L’Amérique n’est pas un pays qui craint la concurrence… Nous sommes confrontés à un formidable défi… Et nous allons le relever avec confiance et détermination - et non pas avec panique et pessimisme ».

En ce qui concerne Taïwan, Lloyd Austin a indiqué que Washington se concentrait sur la dissuasion des conflits plutôt que sur la modification du statu quo. Les États-Unis recherchent une communication ouverte avec Pékin afin de s’assurer qu’aucune erreur de calcul ne se produise. À l’heure actuelle, les États-Unis se concentrent sur l’Ukraine, où des milliers de troupes russes ont été déployées à la frontière. Les  États-Unis veulent s’assurer que l’Ukraine dispose de l’aide dont elle a besoin pour protéger son territoire contre Moscou.

Pékin aurait testé des missiles hypersoniques en juillet et en août, une évolution qui aurait surpris les responsables de Washington qui ne s’y attendaient pas. Après l’annonce de ces tests, de nombreux hauts responsables militaires ont exprimé leur inquiétude.

Dans une interview accordée à Bloomberg, le général Mark Milley, président des chefs d’état-major interarmées, a déclaré que les tests d’armes hypersoniques par la Chine étaient « très préoccupants » compte tenu de l’escalade de la concurrence entre Pékin et Washington. Il a également indiqué que ces essais étaient proches d’être un « moment Spoutnik », en référence à la Russie qui a battu l’Amérique en lançant un satellite dans l’espace à l’époque de la guerre froide.

« Au fur et à mesure que nous avançons - au cours des 10, 20, 25 prochaines années - il ne fait aucun doute dans mon esprit que le plus grand défi géostratégique pour les États-Unis sera la Chine… Ils ont développé une armée qui est vraiment importante », a déclaré Mark Milley.

Lors d’une table ronde du Defense Writers Group en octobre, le général John Hyten, qui a pris sa retraite en tant que vice-président des chefs d’état-major interarmées en novembre, a qualifié le rythme de développement militaire de la Chine de « stupéfiant ». Il souhaite que le Pentagone agisse de toute urgence, déplorant que le ministère de la Défense soit « incroyablement bureaucratique et lent ».

« Le rythme auquel ils avancent et la trajectoire qu’ils suivent dépasseront la Russie et les États-Unis si nous ne faisons pas quelque chose pour changer cela. Cela arrivera. Je pense donc que nous devons faire quelque chose », avait-il déclaré.

Lors de son discours du 4 décembre, Lloyd Austin a affirmé que les États-Unis avaient « intensifié leurs efforts » pour contrer les progrès militaires de la Chine. Le Pentagone consacre davantage d’argent à la recherche et aux essais de nouveaux systèmes qui permettront aux États-Unis d’être beaucoup plus performants à distance. Les systèmes d’armes existants sont mis à niveau pour les rendre résistants aux cyberattaques et aux attaques physiques. Lloyd Austin a déclaré que les États-Unis ont des avantages tels que la liberté d’esprit, la liberté des personnes et la liberté d’entreprise qu’« aucune autocratie ne peut égaler. »

Entre-temps, l’administration Biden s’inquiéterait du déclenchement d’une nouvelle course aux armements en raison de la concurrence avec la Chine. Certains craignent que des attaques impliquant des systèmes de commande et de contrôle, et des satellites, ne prennent des proportions hors de contrôle. Washington cherche à renforcer les discussions entre les deux parties afin de prévenir les erreurs de communication et d’éviter une guerre accidentelle.

« Vous verrez, à de multiples niveaux, une intensification de l’engagement pour garantir que cette concurrence soit encadrée par des garde-fous », a déclaré Jake Sullivan, conseiller de Joe Biden pour la sécurité nationale, lors d’une récente présentation à la Brookings Institution. La relation nucléaire que Washington entretient avec Moscou est « beaucoup plus mature » et a une histoire plus profonde, a-t-il ajouté.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.