Press "Enter" to skip to content

Monde. États-Unis : les experts avertissent que la hausse du prix des carburants pourrait encore s’accélérer

ACTUALITÉ > Monde

Alors que le prix des carburants continue de grimper en flèche aux Etats-Unis, les experts avertissent que cette hausse des prix n’a pas atteint son plus haut niveau et qu’elle pourrait encore s’accélérer.

Selon les données de l’Association américaine des automobilistes (AAA) prises au moment de la mise sous presse, le prix moyen d’un gallon d’essence ordinaire (3,8 litres) dans tout le pays est actuellement de 3,514 dollars, soit une augmentation de plus de 30 % depuis la même période l’année dernière.

Le prix moyen du diesel est de 3,921 dollars, contre 2,775 dollars il y a un an.

Alors que les prix augmentent, la demande en essence continue d’augmenter également, passant de 8,23 millions à 9,13 millions de barils par jour, ce qui indique une disparité entre la demande et l’offre.

Les prix à la pompe sont imputés à la hausse du coût du pétrole brut. Actuellement, le pétrole brut WTI (West Texas Intermediate) se négocie à 94,54 dollars et le pétrole brut Brent ( brut de mer du Nord) à 95,63 dollars le baril,soit une hausse respective de 2,47 % et 2,35 %, au cours des dernières 24 heures.

Les analystes pensent que le prix du pétrole atteindra plus de 100 dollars le baril cette année, en partie à cause de la diminution de la capacité de réserve de l’OPEP+.

La pandémie de Covid-19 continue de faire des ravages sur les marchés, provoquant un décalage de l’offre qui fait grimper les prix à des niveaux jamais vus depuis 2014. Si d’autres perturbations de l’offre devaient apparaître, les prix du pétrole pourraient monter en flèche.

Le prix moyen d’un gallon d’essence ordinaire en libre-service a atteint un nouveau record

Cependant, Robert McNally, le fondateur et président de Rapidan Energy, a déclaré à l’Agence Anadolu que les prix du brut devraient également revenir à la baisse, à un niveau de 70 à 80 dollars « car les fondamentaux du marché s’adoucissent un peu. »

Robert McNally a également déclaré que les prix du pétrole pourraient atteindre 150 dollars le baril dans les années à venir, alors qu’« un nouveau cycle de boom pluriannuel se met en place », ce qui indique que les Américains doivent se préparer à de nouvelles hausses de prix à la pompe.

La flambée des coûts du carburant

La flambée des coûts du carburant a aussi un impact sur le coût de leur livraison.

La tendance actuelle de l’inflation continue de progresser, ce qui pose un problème complexe à la Réserve fédérale américaine.

L’ancien chef de cabinet de la Maison Blanche, Mick Mulvaney, a déclaré à Fox News que l’augmentation des taux d’intérêt par la Fed « ne sera pas suffisante » pour lutter contre l’inflation.

Selon l’indice des prix à la consommation, l’inflation a grimpé le mois dernier de 6,8 % par rapport à l’année précédente, le plus grand bond sur 12 mois depuis 1982.

L’aggravation de l’inflation a incité les économistes de Wells Fargo à plaisanter de manière sinistre en disant que le CPI (Consumer Price Index, ou indice des prix à la consommation) du Département du Travail devrait être l’abréviation de « Consumer Pain Index » (indice de douleur des consommateurs).

De l’essence sur le feu

Au cours de l’année dernière, le prix du bacon a augmenté de 21 %, celui des œufs de 8 % et le prix de l’essence a connu une hausse vertigineuse de 58 %.

Jason Furman, professeur d’économie à Harvard et ancien conseiller économique de la Maison Blanche sous Barack  Obama, a déclaré à NBC New York : « une grande partie de l’inflation que nous voyons est le résultat inévitable de la sortie de la pandémie », affirmant que les décideurs politiques étaient tellement déterminés à éviter l’effondrement économique provoqué par la pandémie qu’ils « sous-estimaient systématiquement l’inflation ».

« Ils ont versé de l’essence sur le feu », a-t-il dit.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.