Press "Enter" to skip to content

Monde. Covid-19 : le soutien de Bill Gates à la Chine très discutable

ACTUALITÉ > Monde

Bill Gates a commenté la politique du gouvernement chinois concernant le Covid-19. (Image : Wikimedia / CC0 1.0)
 

Dans une interview accordée à CNN, le magnat de la technologie, Bill Gates, a félicité le gouvernement chinois pour son contrôle de l’épidémie de Covid-19. La position du milliardaire est en totale contradiction avec la plupart des analystes qui reprochent au régime communiste d’avoir aggravé l’épidémie par son attitude de dissimulation des informations, la censure et sa réponse tardive.

Soutien à la Chine

Bill Gates fait valoir que Pékin ne devrait pas être tenu pour responsable de la mauvaise gestion de l’épidémie virale. Dans l’interview, il a précisé que le régime communiste a « dès le début » mis en place de nombreuses actions. Il a également prononcé des mots durs envers les personnes critiquant le Parti communiste chinois pour ne pas avoir été honnête au sujet de la pandémie, indiquant qu’une telle ligne de conduite de la part du Parti communiste chinois (PCC) est en quelque sorte admissible.

« Bien sûr, ils devraient être ouverts, mais pourquoi les gens disent-ils qu’ils ne sont pas ouverts ? Chaque pays a beaucoup de choses à critiquer… La plupart des gens, chaque fois que quelque chose de nouveau arrive, reprennent leurs critiques classiques à l’encontre de ce pays et les répètent. Mais ici, nous devons être concrets. Je ne vois pas ce qui manque quant à l’origine de la maladie, qui pourrait être retenu », a-t-il déclaré, selon un rapport de Breitbart.

Melinda Gates a critiqué l’administration Trump. (Image : Kjetil Ree / Wikimedia / CC BY-SA 3.0)
Melinda Gates a critiqué l’administration Trump. (Image : Kjetil Ree / Wikimedia / CC BY-SA 3.0)
 

Le milliardaire a ensuite critiqué le gouvernement américain, affirmant que l’administration n’avait pas réussi à effectuer des tests rapides. Cette attitude de la part de Bill Gates est plus que contestable alors qu’il est bien connu que le Parti communiste chinois a dissimulé pendant un certain temps les informations sur l’épidémie et aggravé la situation. Une étude de l’Université de Southampton a révélé que si Pékin avait mené des interventions au moins 1, 2 ou 3 semaines plus tôt, le nombre d’infections aurait pu être réduit respectivement de 66%, 86% et 95%.

En bref, la Chine est responsable de la mort de milliers de personnes en raison de son manque de réaction et de ses dissimulations autour de l’épidémie. Les critiques de Bill Gates à l’encontre du gouvernement américain sont plus que contestables, compte tenu de l’ampleur des répercussions dues à l’épidémie sur l’économie américaine. Des millions d’Américains sont sans emploi et on estime qu’un enfant sur cinq ne reçoit pas une ration alimentaire suffisante.

Ces situations auraient pu être évitées si le gouvernement chinois avait été transparent au sujet de l’épidémie au lieu de la masquer. Pékin a même menacé des médecins, des journalistes et des citoyens qui étaient au courant de l’épidémie et ont cherché à alerter le monde. Le régime communiste a repris les déclarations de Bill Gates et les a utilisées comme propagande pour reconditionner le cerveau des citoyens chinois sur la façon dont leur gouvernement a fait « tout ce qu’il pouvait ». L’épouse de Bill Gates, Melinda Gates, a attribué au gouvernement américain un score de « D-moins » pour sa réponse au Covid-19.
 

Le procureur général William Barr s’est fermement opposé à l’idée de certificats numériques. (Image : Wikimedia / CC0 1.0)
Le procureur général William Barr s’est fermement opposé à l’idée de certificats numériques. (Image : Wikimedia / CC0 1.0)
 

Certificats numériques

En avril, Bill Gates avait suggéré une proposition controversée selon laquelle les personnes vaccinées contre le virus du PCC recevraient des certificats numériques. La Fondation Bill et Melinda Gates a avancé cette idée en affirmant que les certificats numériques visaient à élargir l’accès des gens à des « tests à domicile infaillibles ». Sans surprise, beaucoup de gens ont élevé leur voix contre la proposition, car elle aurait naturellement pu créer des divisions et une paranoïa inutiles au sein de la société.

Le procureur général américain William Barr s’est fermement opposé à l’idée, la qualifiant de « pente glissante » en ce qui concerne la liberté personnelle. Il a fait valoir que des restrictions raisonnables devraient convenir et a soulevé de sérieuses préoccupations concernant le suivi continu des personnes utilisant des certificats numériques.

Rédacteur Nello Tinazzo

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.