Press "Enter" to skip to content

Monde. Chine : droits de douane punitifs sur l’orge australienne

ACTUALITÉ > Monde

Peu après que L’Australie ait demandé une enquête pour déterminer l’origine du Covid-19, Pékin a répondu en augmentant les droits de douane sur les importations d’orge australienne. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Depuis l’apparition du virus du PCC (Parti communiste chinois), les relations entre la Chine et l’Australie demeurent assez tendues. Quand l’Australie a fait savoir qu’elle demandait une enquête légitime pour déterminer l’origine du Covid-19, Pékin est devenu furieux, craignant peut-être que les faits concernant l’épidémie qu’il tient à cacher puissent être révélés. En répression, la Chine a annoncé son intention d’augmenter de plus de 80 % les droits de douane sur les importations d’orge australienne.

Nuire à l’Australie

Le nouveau tarif comprend deux segments - un droit anti-subvention de 6,9 % et une taxe antidumping de 73,6 %. Cette mesure de la part de L’administration chinoise interviendrait après une enquête de 16 mois suite à une plainte antidumping. Cependant l’enquête aurait révélé que l’industrie chinoise n’avait pas subi de pertes massives en raison du dumping sur l’orge australienne.

Toutefois, les experts estiment qu’il s’agit là d’une simple propagande et que l’augmentation du tarif sur l’orge est une mesure de représailles contre la demande d’enquête de l’Australie sur le Covid-19. Juste une semaine avant l’annonce du nouveau tarif sur l’orge, la Chine a interdit les importations de viande de quatre entreprises australiennes. On pense également que Pékin envisage de soumettre des produits tels que le gruau, les produits laitiers, le vin, les fruits de mer, etc. à des droits de douane supplémentaires, des tests de contrôle de qualité rigoureux, des délais douaniers, des tests antidumping, etc.

Juste une semaine avant l’annonce du tarif sur l’orge, la Chine a interdit les importations de viande de quatre entreprises australiennes. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Juste une semaine avant l’annonce du tarif sur l’orge, la Chine a interdit les importations de viande de quatre entreprises australiennes. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Le commerce de l’orge entre l’Australie et la Chine représenterait près de 50 % de toutes les exportations d’orge. L’augmentation des droits de douane touchera donc durement les agriculteurs australiens. Les producteurs d’orge ont rejeté les accusations de dumping de la Chine et craignent que les économies rurales ne perdent jusqu’à 500 millions de dollars par an. Une enquête récente a révélé que les Australiens voient leurs relations commerciales avec la Chine de manière moins favorable et souhaitent que leur administration tienne tête au gouvernement chinois.

« L’Australie est profondément déçue par la décision de la Chine d’imposer des droits sur l’orge australienne... Nous rejetons le fondement de cette décision et nous évaluerons les détails des conclusions tandis que nous envisageons les prochaines étapes... Nous nous réservons le droit de faire appel de cette décision et sommes convaincus que les agriculteurs australiens sont parmi les plus productifs au monde, et qu’ils opèrent sans subvention gouvernementale des prix », a déclaré le ministre australien du commerce, Simon Birmingham, comme l’a rapporté 7News.

Les entreprises espèrent que l’accord de libre-échange entre la Chine et l’Australie (ChAFTA) signé en 2015 bloquera d’une manière ou d’une autre toute nouvelle escalade d’un conflit commercial entre les deux pays. Selon le ChAFTA, près de 90 % des exportations australiennes sont autorisées à entrer en Chine en franchise de droits. Si la Chine ne respecte pas cette règle, l’Australie a le droit de porter plainte en vertu de l’accord de libre-échange. Cependant, le ChAFTA ne prévoit aucune protection contre les tarifs antidumping.

Développer le soft power

Pour contrer l’influence croissante de la Chine dans le Pacifique, l’Australie a décidé de diffuser ses propres émissions de télévision dans la région. Dans le cadre d’un projet gouvernemental de 17,1 millions de dollars, des émissions comme Masterchef, Border Security, The Voice et Neighbors seront bientôt diffusées sur les chaînes de télévision du Pacifique. Selon un plan sur trois ans, près de 1 000 heures de contenu australien seront mises à disposition de manière totalement gratuite dans sept pays du Pacifique.

Des émissions australiennes comme Masterchef sont mises à disposition gratuitement dans sept pays du Pacifique. (Image : Capture d’écran /YouTube)
Des émissions australiennes comme Masterchef sont mises à disposition gratuitement dans sept pays du Pacifique. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

L’investissement de la Chine dans les médias de la région est surtout une tentative pour courtiser les nombreux pays voisins, ce qui peut jouer un rôle crucial au sein des Nations unies. Contrairement aux programmes australiens qui sont principalement axés sur le divertissement, les émissions chinoises se focalisent sur l’image que la Chine veut imposer au peuple, promouvant les arts martiaux, la médecine et la culture chinoises selon une version approuvée par le Parti communiste chinois
 

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.