Press "Enter" to skip to content

Monde. Blinken met en garde la Chine sur la question des droits humains

ACTUALITÉ > Monde

Lors de son premier entretien téléphonique avec un haut fonctionnaire chinois, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a réitéré que les États-Unis s’engagent à défendre les valeurs démocratiques et les droits de l’homme au Tibet, à Hong Kong et au Xinjiang. (Image : wikimedia / Wpcpey / CC BY-SA 4.0)
 

Lors de son premier entretien téléphonique avec un haut fonctionnaire chinois, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a réitéré que les États-Unis s’engagent à défendre les valeurs démocratiques et les droits de l’homme au Tibet, à Hong Kong et au Xinjiang. Il a également demandé à son homologue chinois, le diplomate Yang Jiechi, de condamner le coup d’État militaire en cours au Myanmar (Birmanie).

« J’ai clairement indiqué que les États-Unis défendront nos intérêts nationaux, défendront nos valeurs démocratiques et tiendront Pékin pour responsable de ses abus du système international... (Pékin sera tenu) responsable de ses efforts pour menacer la stabilité dans l’Indo-Pacifique, y compris à travers le détroit de Taiwan et de son affaiblissement du système international fondé sur des règles », a-t-il déclaré dans un communiqué.

En retour, Yang Jiechi a déclaré que les États-Unis devraient respecter les systèmes politiques et les voies de développement de la Chine. En outre, Washington doit « corriger » les erreurs qu’il a commises récemment. Il a également demandé aux États-Unis de cesser de s’impliquer dans des affaires comme le Tibet, Hong Kong et le Xinjiang. Yang Jiechi avait auparavant critiqué les « politiques malavisées de » l’administration de Donald Trump pour avoir mis à rude épreuve les relations entre les deux pays et avait averti Joe Biden de ne pas franchir la « ligne rouge » de Pékin.

 

Le terrible bilan de la Chine communiste en matière de violations des droits de l’homme se réfère au prélèvement forcé d’organes sur des prisonniers de conscience, tels que les pratiquants de Falun Gong, les chrétiens des églises de maison et les musulmans ouïghours. (Image : Avec l’aimable autorisation de Xiqiang Dong, Prélèvements criminels d’organes / Exposition Zhen Shan Ren)
Le terrible bilan de la Chine communiste en matière de violations des droits de l’homme se réfère au prélèvement forcé d’organes sur des prisonniers de conscience, tels que les pratiquants de Falun Gong, les chrétiens des églises de maison et les musulmans ouïghours. (Image : Avec l’aimable autorisation de Xiqiang Dong, Prélèvements criminels d’organes / Exposition Zhen Shan Ren)
 

Toutefois, Joe Biden a récemment promis de rester ferme face à la Chine, soulignant que « La Chine communiste a été le plus sérieux concurrent de l’Amérique ». Il a déclaré que son administration avait des plans pour contrer les attaques du régime communiste contre la propriété intellectuelle, les droits de l’homme et la gouvernance mondiale.

L’entretien téléphonique entre Antony Blinken et Yang Jiechi intervient après que la Chine ait retiré à deux avocats de Hong Kong leur licence pour le « crime » de représenter des militants pro-démocratie. Les deux avocats représentaient des membres des « douze de Hong Kong ». Cette appellation fait référence aux 12 Hongkongais interceptés en mer dans le détroit de Taiwan en août alors qu’ils tentaient de fuir Hong Kong après l’imposition de la loi sur la sécurité nationale.

Antony Blinken s’insurge face à la répression de Pékin à l’encontre des manifestants pro-démocratie de Hong Kong

Dans un tweet du 6 janvier, Antony John Blinken a critiqué la répression par Pékin des manifestants pro-démocratie et a affirmé que l’administration Joe Biden se tiendrait aux côtés des habitants de Hong Kong.

Lors d’une interview avec The Epoch Times, l’expert chinois Tang Jingyuan a déclaré que le régime communiste utilise tantôt des tactiques soft et tantôt des tactiques fermes pour faire pression sur l’administration Joe Biden. Les récentes incursions de la Chine communiste dans l’espace aérien de Taïwan sont un exemple de tactiques fermes. En revanche, le discours de Yang Jiechi est une approche douce, indiquant que Pékin pourrait autoriser certaines concessions à condition que Washington ne franchisse pas la ligne rouge du PCC.

Tang Jingyuan estime que le but ultime du régime communiste chinois est de pousser les États-Unis à revenir à leur politique passée de découplage des droits de l’homme et du commerce.

Une coalition de 180 groupes de défense des droits humains a publié une lettre ouverte à l’attention de divers gouvernements, les exhortant à boycotter les Jeux olympiques d’hiver de Pékin en 2022, compte tenu des violations des droits de l’homme commises par le régime communiste.

« Il est regrettable que l’histoire répète ce qui s’est passé il y a 85 ans avec les Jeux olympiques nazis en 1936... L’organisation des Jeux à Berlin a contribué à légitimer le génocide d’Hitler contre le peuple juif et à renforcer le régime nazi. Les gouvernements et la communauté internationale doivent boycotter les Jeux de Pékin 2022 et prendre position pour défendre les valeurs de la démocratie, de la liberté et des droits de l’homme », a déclaré Dorjee Tseten, du groupe Students for a Free Tibet, un des groupes qui a signé la lettre ouverte.

En 1980, les États-Unis ont bloqué la participation des athlètes du pays aux Jeux olympiques d’été de Moscou. En représailles, l’Union soviétique a interdit à ses athlètes de participer aux Jeux olympiques de 1984 organisés à Los Angeles. L’administration Joe Biden a indiqué qu’elle ne prévoyait pas pour l’instant de boycotter les Jeux olympiques d’hiver de Pékin en 2022.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Blinken Raises Human Rights Issue on First Call with China