Press "Enter" to skip to content

Monde. Nike devient une marque chinoise, pour la Chine ?

ACTUALITÉ > Monde

Baisse des bénéfices, le directeur général garantit à Pékin que Nike est une marque de Chine 

Nike a récemment organisé une conférence téléphonique avec des analystes de Wall Street au sujet du rapport sur les résultats du quatrième trimestre de la société. Interrogé sur la concurrence des marques chinoises, le directeur général John Donahoe a répondu que Nike est une « marque chinoise et pour la Chine ». Il était évidemment confiant que Nike poursuivrait sa croissance en Chine communiste compte tenu de ses investissements.

« Nous avons toujours eu une vision à long terme. Nous sommes en Chine depuis plus de 40 ans… Phil (Knight) a investi beaucoup de temps et d’énergie en Chine au début et aujourd’hui, nous sommes la plus grande marque de sport là-bas », a déclaré John Donahoe. Phil Knight est le fondateur de Nike.

La déclaration de John Donahoe intervient après que Nike ait été sévèrement critiquée aux États-Unis pour son implication potentielle dans le recours au travail forcé lors de la fabrication en Chine. Les allégations ont également entraîné une réaction négative de la part des internautes chinois.

Baisse des bénéfices, le directeur général garantit à Pékin que Nike est une marque de Chine
Le directeur général de Nike s’est entretenu avec la Chine lors d’une conférence téléphonique sur les résultats. (Image : Pexels / Pixabay)

Dans un rapport de mars 2020, l’Australian Strategic Policy Institute (ASPI) avait souligné que Nike était l’une des entreprises internationales qui employaient le travail forcé des Ouïghours dans les usines chinoises.

Le rapport a révélé que 600 travailleurs ethniques de la région du Xinjiang à dominance ouïghour étaient employés chez Qingdao Taekwang Shoes Co. Ltd en janvier 2020. Le principal client de Taekwang est Nike. L’usine, située à Laixi, produit plus de sept millions de paires de chaussures par an, ce qui en fait l’un des plus grands fabricants de la marque américaine.

Haoyuanpeng Clothing Manufacturing Co. Ltd, dont le siège social est situé dans la province d’Anhui, a un partenariat stratégique avec Nike. En 2018, l’entreprise a transféré 63 travailleurs du Xinjiang vers son usine d’Anhui. Les travailleurs étaient tous des « diplômés » de l’école secondaire professionnelle du comté de Jiashi, que le rapport considère comme un camp de rééducation. De tels camps visent à supprimer l’héritage culturel des personnes détenues et à leur laver le cerveau pour qu’elles acceptent les idéaux communistes.

En mars 2021, Nike a publié une déclaration disant que l’entreprise était « préoccupée » par le travail forcé utilisé au Xinjiang. Nike a affirmé qu’elle ne s’approvisionne pas en produits du Xinjiang et que ses fournisseurs n’achètent pas de filés ou de textiles de la région.

« Nous avons mené une diligence continue avec nos fournisseurs en Chine pour identifier et évaluer les risques potentiels de travail forcé liés à l’emploi de Ouïghours ou d’autres minorités ethniques de XUAR (Xinjiang), dans d’autres parties de la Chine… Notre diligence continue n’a trouvé aucune preuve de l’emploi de Ouïghours ou d’autres minorités ethniques de XUAR, ailleurs dans notre chaîne d’approvisionnement », indique le communiqué.

La Chine communiste s’est offusquée de l’affirmation de Nike selon laquelle le travail forcé était utilisé au Xinjiang. Les médias et les réseaux sociaux soutenus par l’État chinois ont attaqué la position de Nike. Un article du Global Times soutenu par le PCC a déclaré que les citoyens chinois ont trouvé l’annonce de l’entreprise « dégoûtante et ont demandé à la marque de se retirer du marché chinois ». L’hashtag #nike était en vogue sur Weibo, un équivalent chinois de Twitter. L’acteur chinois populaire Wang Yibo a également mis fin à son contrat avec Nike.

En avril, Citi avait rétrogradé Nike de Buy à Neutral. « Nous constatons une pression à court terme sur les ventes/la marge (sur Nike) en raison d’un ralentissement de la demande en Chine lié à la question du coton au Xinjiang », avait déclaré dans un commentaire l’analyste de Citi Paul Lejuez.

Selon un rapport du Wall Street Journal publié le 24 juin, une enquête de Citigroup a révélé que 34% des personnes chinoises interrogées étaient « probablement moins susceptibles » d’acheter des marques étrangères. Le récent rapport sur les résultats de Nike montre que les revenus de l’entreprise en provenance de la Chine communiste étaient d’un peu plus de 1,9 milliard de dollars pour le quatrième trimestre, manquant les attentes de Wall Street de 2,2 milliards de dollars.

Nike : « une marque chinoise »

C’est dans ce contexte de mauvaise perception du public en Chine que Donahue a affirmé que Nike est « une marque chinoise ».

Lors d’une audition de la commission des relations étrangères du Sénat plus tôt en juin, le sénateur républicain Marco Rubio a critiqué Nike et a déclaré que plusieurs entreprises américaines n’avaient pas pris conscience du fait qu’elles « profitaient » des abus du gouvernement de la Chine communiste.

« Pendant trop longtemps, des entreprises comme Nike, Apple, Amazon et Coca-Cola ont eu recours au travail forcé. Ils bénéficiaient du travail forcé ou s’approvisionnaient auprès de fournisseurs soupçonnés d’avoir recours au travail forcé… Ces entreprises, malheureusement, nous rendaient tous complices de ces crimes », a déclaré Marco Rubio.

En janvier 2021, Marco Rubio a présenté au Sénat la « Loi sur la prévention du travail forcé ouïghour » qui vise à garantir que les produits issus du travail forcé au Xinjiang ne soient pas autorisés aux États-Unis. Le projet de loi a été adopté à la Chambre en septembre 2020. Un rapport du New York Times a déclaré que des entreprises comme Nike faisaient pression sur le Congrès pour affaiblir le projet de loi.

Rédacteur Nello Tinazzo

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.