Press "Enter" to skip to content

Chine. Désertification : les agriculteurs chinois délaissent leurs cultures pour se conformer aux restrictions anti-Covid

ACTUALITÉ > Chine

La Chine est confrontée à sa pire flambée épidémique depuis le début de la pandémie de Covid-19. La sécurité alimentaire est devenue une préoccupation croissante, suite au durcissement des mesures de confinement qui ne montrent aucun signe de relâchement.

Les principales provinces productrices de maïs, à savoir le Jilin, le Heilongjiang et le Shandong, sont soumises à un confinement partiel en cette pleine période de labours de printemps. Certains agriculteurs ont même pris la décision d’abandonner leurs cultures.

En raison du variant Omicron hautement transmissible, les autorités chinoises ont décidé d’imposer les mesures de confinement les plus strictes jamais prises depuis le début de la pandémie. Shanghai, la capitale financière, a récemment enregistré le plus grand nombre de cas, avec plus de 9 000 cas par jour depuis début avril. Les habitants ont été informés qu’ils devraient rester chez eux encore plus longtemps car le nombre de cas continue d’augmenter.

Le South China Morning Post (SCMP) rapporte que dans certaines parties de la province de Jilin, comme le comté de Lishu, une importante zone de production de maïs que le dirigeant chinois Xi Jinping a inspectée l’année dernière, les résidus des précédentes récoltes sont disséminés partout car les agriculteurs n’ont pas été autorisés à quitter leur domicile en raison des réglementations Covid.

L’indice de flux de marchandises par véhicule routier pour la ville de Jilin, qui évalue le nombre de camions traversant une région spécifique, a été enregistré à 16,12 le 1er avril, soit une baisse de 86,7 % par rapport à la même période l’année dernière, selon les données de Wind.

Personne n’est autorisé à sortir

Un agriculteur du nom de Dong a déclaré que son champ de maïs situé à Lishu, et qui couvre un hectare, avait été gaspillé parce que lui et sa famille n’étaient pas autorisés à sortir de chez eux afin de préparer le sol pour les plantations de cette saison.

« Il y a des résidus de récolte partout dans les champs maintenant », a déclaré Dong, « Il est impossible de planter les graines ».

Dong a expliqué que les agriculteurs doivent normalement « déchaumer, butter et fertiliser pour préparer les semis au début du mois de mai », mais qu’en raison de la réglementation stricte Zéro Covid, les agriculteurs ont été contraints de rester chez eux et ont maintenant pris beaucoup de retard.

« Maintenant, personne n’est autorisé à sortir », a-t-il dit. « Et les coopératives agricoles n’ont pas de semences ni d’engrais. Même s’ils en ont, les agriculteurs ne peuvent pas sortir pour les acheter », a-t-il indiqué.

La province de Jilin placée en confinement

Le mois dernier, la province de Jilin a été durement touchée par une nouvelle vague de Covid-19. La situation s’est aggravée si rapidement que les autorités ont décidé de construire six hôpitaux de fortune pour contrer l’augmentation des nouveaux cas et des hospitalisations.

Zhang Li, le directeur adjoint de la commission provinciale de la santé de Jilin a déclaré que cinq hôpitaux avaient été construits dans la ville de Jilin, la zone la plus touchée, et un à Changchun, la capitale. Plus de 20 000 lits ont également été mis à disposition des patients Covid-19 dans la province.

Les médias d’État ont fait état de 2 472 nouveaux cas transmis localement à Jilin le 4 avril, dont 2 076 proviendraient de la province, selon la Commission nationale de la santé. Bien que l’essentiel des nouvelles infections ait été localisé à Changchun et dans la ville de Jilin, les autorités de la province ont confiné toutes les villes, comtés et villages.

Des doutes ont été émis quant à la véracité de ces chiffres, le régime chinois étant connu pour dissimuler les chiffres réels. Le nombre réel d’infections pourrait être bien plus élevé.

Les autorités se démènent pour que les agriculteurs reprennent le travail

Le 4 avril, les autorités de Jilin ont publié une déclaration annonçant que les agriculteurs confinés dans les zones urbaines seraient autorisés à retourner travailler dans les villes locales à partir du 5 avril. Ceci à condition qu’ils remplissent certaines conditions, notamment un test d’acide nucléique négatif et qu’ils n’aient pas de contact étroit avec une personne infectée.

Le vice-Premier ministre chinois Hu Chunhua a également déclaré le 1er avril que la demande de maïs « dépasse l’offre en Chine pour le moment » et que « le pays doit travailler de concert pour augmenter la production par rapport à l’année dernière. »

La Chine, qui est le plus grand consommateur de céréales au monde, a importé 28,35 millions de tonnes de maïs en 2021, soit une hausse de 152 % par rapport à 2020. Selon les données douanières, l’Ukraine et les États-Unis étaient les plus gros fournisseurs.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.