Press "Enter" to skip to content

Chine. Chine : une reprise économique sera-t-elle possible ?

ACTUALITÉ > Chine

Décembre 2022 est le troisième mois consécutif de la plus forte baisse de production en près de trois ans de pandémie, et aussi le mois au cours duquel le nombre d’infections par le virus de la pneumonie de Wuhan (Covid-19) a augmenté à travers la Chine, selon des rapports de Reuters.

« Même si la Chine continentale s’ouvre, la production va encore ralentir »

Le Bureau national des statistiques de la Chine (NBS) a publié le chiffre officiel de l’indice PMI (indice du pouvoir d’achat) de 47,0 pour le mois de décembre, en baisse par rapport à 48,0 en novembre. Selon Reuters, les économistes s’attendaient à ce que l’indice PMI de décembre reste stable à 48,0. La barre des 50 est un référent permettant de mesurer la croissance mensuelle.

C’est donc la plus forte baisse depuis février 2020, aux premiers jours de la pandémie. Il s’agit du premier chiffre officiel du PMI publié depuis que les autorités chinoises ont levé la politique de quarantaine « zéro-Covid ».

Dans la mesure où les chiffres officiels sur la situation épidémiologique de la Chine ne sont toujours pas convaincants, les organisations mondiales de la santé livrent leurs propres évaluations.

La société d’analyse médicale britannique Airfinity estime que le nombre d’infections par le virus de la pneumonie de Wuhan a atteint 18,6 millions en décembre. L’augmentation soudaine du nombre de personnes malades entraînera à plus ou moins long terme une pénurie de travailleurs, une perturbation des chaînes d’approvisionnement et affectera fortement la capacité de production.

Dans le même temps, la demande de biens a chuté en raison des craintes d’une récession mondiale due à la hausse des taux d’intérêt, tandis que l’inflation mondiale et la guerre en Ukraine pourraient encore ralentir les exportations chinoises, autant de facteurs qui ont nui au secteur manufacturier du pays et entravé la reprise économique.

« Les commandes pour l’année prochaine dans la plupart des usines que je connais sont bien en deçà de ce qu’elles pouvaient atteindre à cette période de l’année. De nombreuses usines à qui j’ai parlé étaient à 50%, certaines à moins de 20%. »

« Ainsi, même si la Chine continentale s’ouvre, la production va encore ralentir, comme le reste de l’économie mondiale. Les usines auront des travailleurs, mais elles n’auront pas de commandes. » a déclaré Cameron Johnson, partenaire de la société de conseil en chaîne d’approvisionnement Tidalwave Solutions.

Le BNS, le Bureau National des Statistiques, a indiqué que 56,3% des fabricants interrogés ont affirmé avoir été fortement touchés par l’épidémie en décembre, soit 15,5 points de pourcentage de plus que le mois précédent, bien que la majorité ait également dit qu’ils s’attendaient à ce que la situation s’améliore progressivement.

Un espoir de reprise économique ?

« Bien que le PMI d’usine ait été plus faible que prévu, il était vraiment difficile pour les analystes de faire une prévision raisonnable étant donné l’incertitude du virus au cours du mois dernier », a déclaré Zhou Hao, économiste en chef de la maison de courtage Guotai Junan International.

« Dans l’ensemble, nous pensons que le pire pour l’économie chinoise est passé et qu’une forte reprise économique est à venir », a-t-il précisé.

Les régulateurs chinois du secteur des banques et des assurances se sont engagés cette semaine à renforcer le soutien financier aux petites entreprises et aux entreprises privées des secteurs de la restauration et du tourisme durement touchés par l’épidémie de Covid-19, tout en soulignant que la reprise de la consommation sera une priorité absolue.

Le PMI non manufacturier, qui inclut l’activité du secteur des services, est tombé à 41,6 contre 46,7 en novembre, marquant également son plus bas niveau depuis février 2020. Le PMI composite officiel, qui combine l’industrie manufacturière et les services, est tombé à 42,6 contre 47,1.

« Les semaines précédant le Nouvel An lunaire – le 22 janvier 2023 - resteront une période difficile pour le marché des services, car les gens ne voudront pas sortir et acheter des biens à moins que cela ne soit nécessaire en raison de la peur de l’infection », a déclaré Mark Williams, économiste en chef pour l’Asie chez Capital Économie.

Il a ajouté que : « Toutefois, les perspectives s’amélioreront au moment où les gens reviendront des vacances du nouvel an chinois – 21 janvier au 5 février - avec l’espoir que d’ici là le nombre de nouvelles infections diminue, après avoir atteint un pic, et que la majorité des gens auront connu l’infection au Covid-19 et penseront avoir un certain degré d’immunité ».

D’autre part, alors que les journaux et les médias à l’extérieur de la Chine font état de la situation stressante de l’épidémie, aujourd’hui, par le biais de manifestations organisées dans tout le pays, les médias et les responsables chinois tentent de contrôler la situation épidémique et de rassurer le public sur le fait que la situation est sous contrôle.

À Wuhan même, où, fin 2019, ce virus qui a bouleversé le monde entier a été découvert, les célébrations du Nouvel An s’étaient déroulées d’une manière très animée. « Aujourd’hui, mes amis et moi nous nous sentons en général plutôt positifs et optimistes », a déclaré à Reuters un professeur du nom de Wu et âgé de 29 ans. « Beaucoup de gens sortent également de la maison pour participer à des activités », a-t-il avancé.

Cependant, le problème des installations médicales inadéquates et les inquiétudes concernant le danger de ce virus, en particulier pour les personnes âgées ou les personnes souffrant de maladies sous-jacentes, reste toujours présent à l’esprit de la population.

« Nous savons tous que les personnes d’âge moyen et les personnes âgées, notamment celles de plus de 60 ans qui ont des problèmes de santé sous-jacents, seront probablement affectées par ce virus », a affirmé M. Wu.

À côté d’une longue file d’attente au service des urgences de l’hôpital Tongji à Wuhan, le principal établissement pour les patients atteints de Covid-19, Mme Huang, âgée de 72 ans, a partagé ses impressions : « Je ne me sens pas bien. Je n’ai pas d’énergie. Je ne peux pas respirer. Avant, j’étais en bonne santé. J’ai fait une radio pour vérifier mes poumons… Cet hôpital est très pénible, l'attente est très longue ».

Rédacteur Yasmine Dif

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.