Le grand retour des soupes

Par Catherine Keller
Le 16/11/2019
Nos ancêtres avaient l’habitude de manger de la soupe, chaque jour de l’année. (pixabay)
Nos ancêtres avaient l’habitude de manger de la soupe, chaque jour de l’année. (pixabay)
 

Depuis l’antiquité et sur tous les continents, nos ancêtres avaient l’habitude de manger de la soupe, chaque jour de l’année. De ce fait, dans beaucoup de régions, ce nom a été donné au dernier repas de la journée (souper).

Il y a beaucoup de bonnes raisons de revenir à la soupe

Avec l’arrivée de la saison froide et maussade, une bonne soupe, consommée le midi ou le soir, va vous réchauffer et vous rassasier tout en maintenant votre corps léger.

C’est une bonne façon de consommer des légumes et d’accommoder un repas équilibré, goûtu, sans additif, et que vous pourrez réchauffer sur plusieurs jours.

Les recettes suivantes sont simples et peuvent même être « vegans »

Voici quelques idées de soupes plus ou moins traditionnelles, incluant tous les nutriments nécessaires à une alimentation équilibrée.

Si vous disposez de temps, vous pouvez faire mijoter, durant une à deux heures, une carcasse de poulet, de canard, de poisson, de homard ou des os à moelle. Faire transpirer un oignon, ajouter la carcasse ou les os, deux à trois litres d’eau, du sel, des épices : laurier, clous de girofle, ache ou gingembre, citronnelle, cumin, etc. Ce sera la base de votre bouillon et il sera riche en collagène. On peut le consommer tel quel ou ajouter un œuf battu ou des petites pâtes.

Le minestrone
 

(Wikimedia / jules / CC BY 2.0)
(Wikimedia / jules / CC BY 2.0)
 

Le minestrone reste un concept, car sa recette diffère selon les saisons et les régions, chaque famille a sa propre recette.

La veille au soir, faire tremper des haricots secs (borlotti, blancs, rouges).

Porter une grande casserole d’eau à ébullition et y faire cuire les haricots 45 minutes. Ne pas mettre de sel, sinon la peau des haricots restera dure. Égoutter. Pour ceux qui ont moins de temps, des haricots en conserve feront aussi l’affaire.

Durant ce temps, préparez vos légumes de saison et coupez-les en petits cubes. Ceux qui n’ont pas le temps peuvent acheter des légumes déjà préparés au rayon frais, ou congelés. Couper des oignons et de l’ail finement.

Faire revenir l’oignon et l’ail et éventuellement du lard dans un peu d’huile d’olive, ajouter une boite de tomates concassées, 2 à 3 litres d’eau ou de bouillon, les légumes, les haricots et laisser mijoter environ une demie heure, puis ajouter des petites pâtes ou du riz, de l’orge, du blé ebly ou du quinoa et laisser cuire le temps nécessaire à leur cuisson.

On peut aussi mettre à disposition sur la table, du parmesan, du pesto, etc... mon père ajoutait un peu de vin rouge. Pour les grands mangeurs, le repas peut aussi s’accompagner de pain, de fromage et d’un dessert léger.

Soupe de lentilles corail à l’indienne
 

(Wikimedia / jules / CC BY 2.0)
(Wikimedia / jules / CC BY 2.0)
 

Dans un peu d’huile, faire revenir un oignon coupé en petits dés. Ajouter des carottes coupées en petits dés, une boite de tomates concassées (en été vous pouvez utiliser des tomates fraîches), du chou-fleur si vous aimez, 250 grammes de lentilles corail, 2 à 3 litres d’eau. Assaisonner avec du sel, du cumin en poudre, du curcuma, du curry, du gingembre et du concentré de tomates. Faire mijoter une demi-heure et juste avant de servir, ajouter un yaourt grec et de la coriandre pour une touche de fraîcheur ; cette soupe peut aussi s’accompagner de pain et éventuellement d’œufs cuits durs.

La Harira
 

(Wikipédia)
(Wikipédia)
 

C’est une soupe traditionnelle marocaine. Faire tremper des pois chiches la veille ou acheter des pois chiches en conserve.

Faire revenir des oignons finement hachés et du bœuf à mijoter coupé en petits morceaux. Ajouter les pois chiches et du coulis de tomates, de l’eau, du sel, poivre, curcuma, gingembre, cumin en poudre et laisser mijoter une heure en remuant de temps en temps. Ajuster l’assaisonnement, on doit bien sentir le gingembre et un peu le cumin en poudre, si la soupe est très liquide, ajouter un peu de farine en mélangeant bien pour éviter les grumeaux et, 3 minutes avant de servir, ajouter des vermicelles et de la coriandre fraîche. On peut supprimer la viande, et ajouter d’autres légumes. Servir avec du pain.
 

Soupe de courge

(pixabay)
(pixabay)
 

Le potimarron se prête bien à la soupe car il n’est pas nécessaire de l’éplucher. Évider la courge, enlever les parties rugueuses de la peau, mettre la courge dans une casserole, recouvrir d’eau et cuire une demi-heure environ, jusqu’à ce que la courge s’écrase facilement. Mixer, ajouter du sel, les épices de votre choix comme du curry, du lait de coco, du poivre et de la crème fraîche. Servir avec du pain et du fromage ou des œufs, ou ajouter de la protéine de lupin ou de courge directement dans la soupe, ce qui va apporter des protéines et des vitamines. Dans ce cas, faire cuire quelques minutes supplémentaires. On peut trouver ces protéines dans les magasins bios, elles peuvent s’utiliser comme de la maïzena.

Soupe asiatique
 

(pixabay)
(pixabay)
 

Les soupes asiatiques sont aussi nombreuses et variées que chez nous. Mais il y a une différence, les soupes asiatiques demandent moins de temps de cuisson. Couper en fines lamelles des blancs de poulet, ou du steak, du tofu, du poisson ou des crevettes ; ajouter les légumes : carottes, poireaux ou chou pe-tsaï, pousses de mungo, champignons. Hacher finement de l’oignon et de l’ail, faire revenir le tout et ajouter un bouillon. Faire cuire un quart d’heure, ajouter des épices comme les 5 épices ou du gingembre et des nouilles ou des raviolis, cuire encore 5 minutes et c’est prêt. On peut trouver des légumes asiatiques surgelés.