Press "Enter" to skip to content

Opinion. En danger, Xi Jinping peut-il prendre la dernière bonne décision en mettant fin au PCC ? 

TENDANCE > Opinion

Le 30 novembre dernier, Xinhua, le porte-parole du Parti communiste chinois (PCC), a annoncé la mort de Jiang Zemin, l’ancien chef du PCC. Et les évènements qui ont suivi laissent entrevoir que la grande élimination visant le Parti communiste chinois a été lancée ! L’épidémie a alors déferlé sur la Chine comme un tsunami : des cadavres s’amoncellent comme des montagnes, un grand nombre de hauts fonctionnaires et de fidèles du Parti communiste chinois meurent de l’épidémie, et les membres du Parti communiste chinois encore en vie sont pris de panique. Mais, ce n’est peut-être que le début : la première vague. Une deuxième et une troisième vague d’un tsunami d’épidémies encore plus horribles pourraient suivre, jusqu’à l’élimination complète du PCC

La dernière décision critique et difficile à prendre pour Xi Jinping

En ce moment critique, Xi Jinping, le leader du Parti communiste chinois, est confronté à la décision la plus cruciale et peut-être la dernière de sa vie ! S’il fait le mauvais choix, son destin sera extrêmement tragique, et il portera le poids de tous les crimes du PCC et sera enterré avec ce dernier.

Selon les rapports de Xinhua et de CCTV, le Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC) a organisé une réception du Nouvel An dans l’auditorium de la CCPPC le 30 décembre au matin, en présence de tous les dirigeants actuels et nouvellement élus du 20e Congrès national, sauf Han Zheng. Tous les hauts fonctionnaires, y compris Xi Jinping, sont entrés dans la salle en portant des masques N95. Lors de la réception du 1er octobre et lors du 20e Congrès national, les hauts responsables du Parti communiste chinois ne portaient pas de masque, ce qui témoigne de la peur au sommet du Parti communiste chinois et de la gravité de l’épidémie actuelle. Il est fort probable que Han Zheng, qui a participé à la conférence de l’année dernière mais était absent cette année, soit infecté par l’épidémie.

Lors de la réception du Nouvel An, Xi Jinping a prononcé un discours. Il a tenu à évoquer la mort de Jiang Zemin, qui a fait des ravages dans le pays et au sein du peuple, en se disant être « déterminé à perpétuer l’héritage de Jiang Zemin et à faire avancer sans relâche la cause du socialisme aux caractéristiques chinoises dans la nouvelle ère ».

Jiang Zemin a marché sur le sang de dizaines de milliers d’étudiants sur la place Tiananmen le 4 juin 1989 pour se hisser au pouvoir. Depuis 1999, il a utilisé l’ensemble de l’appareil d’État pour lancer une persécution brutale de près de 100 millions de pratiquants de Falun Gong en Chine, allant jusqu’à prélever leurs organes alors que les pratiquants étaient encore vivants. D’innombrables pratiquants de Falun Gong ont été mutilés ou persécutés à mort, séparés de leurs familles et leurs enfants.

Le grand crime commis par Jiang Zemin en persécutant ceux qui pratiquent la loi du Bouddha amènera certainement les Cieux à le condamner au châtiment éternel.

La mort de Jiang Zemin annonce-t-elle le début de l’élimination du Parti communiste chinois ainsi que de ses membres et partisans ?

La mort de Jiang Zemin interprétée comme un signe que les Cieux commencent à éliminer le Parti communiste chinois. Dès que Xi Jinping a été en position de pouvoir, il a choisi de suivre Jiang Zemin, et son destin pourrait suivre la même trajectoire que celle de Jiang Zemin. Comme il s’agit encore de la première vague d’élimination, Xi Jinping a encore une chance, mais cette chance deviendra de plus en plus mince. La seule solution pour lui de sauver sa vie et d’avoir un avenir est de saisir ce dernier moment pressant pour abandonner le PCC. Mais pour l’instant, cela semble presque impossible.

En réalité, le Ciel a donné à Xi Jinping plus qu’assez de temps pour choisir son avenir, mais il a fait le mauvais choix à deux des moments les plus cruciaux qui détermineront son futur destin. La dernière fois, c’était en 2015.

Après l’entrée en fonction de Xi Jinping, en 2015, un tournant critique s’est produit : s’il choisissait la bonne direction, le ciel lui accorderait la gloire et le pouvoir suprêmes et s’il choisissait la mauvaise direction, il finirait extrêmement misérable et sans avenir.

En 2012, Xi Jinping a officiellement pris le pouvoir avec le consentement de l’ancien chef du Parti communiste chinois, Jiang Zemin, et de son adjoint, Zeng Qinghong. À l’époque, la faction Jiang-Zeng contrôlait la quasi-totalité des branches du pouvoir du Parti communiste chinois, et le sort de Xi Jinping était assez précaire.

Pendant les premières années de pouvoir de Xi Jinping, il a été aidé par le Ciel parce qu’il a suivi la volonté du Ciel. Avec l’aide de Wang Qishan, il a vigoureusement purgé les forces de Jiang Zemin, a réussi à combattre les tigres, a démantelé le système de rééducation par le travail, a essayé de restaurer la culture traditionnelle. Il a gagné le cœur d’un grand nombre de personnes en Chine, de sorte qu’il a eu un parcours sans heurts et a rapidement consolidé son pouvoir et assuré sa position.

À l’époque, il était au sommet du pouvoir, sa réputation en Chine et à l’étranger était à son apogée, et il avait de bonnes cartes en main. On pourrait dire qu’à ce moment-là, il aurait dû battre le fer tant qu’il était chaud en abattant les forces de Jiang-Zeng et en démantelant le Parti communiste chinois afin de se choisir un avenir brillant et prometteur.

Cependant, assoiffé de pouvoir, il s’est soudainement arrêté après 2015, et a choisi de protéger le parti, en allant dans la direction opposée. Depuis lors, il est devenu obsédé par son pouvoir personnel et a trouvé un compromis avec la faction de Jiang-Zeng pour cesser d’arrêter les fonctionnaires corrompus, ruinant ainsi les bonnes cartes qu’il avait en main.

Depuis lors, sa situation est devenue de plus en plus précaire et sombre, et tout ce qu’il fait a fini par devenir une galéjade. Il s’est fait ridiculiser par tous. Dans son pays comme à l’étranger, à l’intérieur comme à l’extérieur du Parti communiste chinois, il a été humilié à l’extrême. Xi Jinping a ainsi gagné le surnom « d’accélérateur » (dans le processus de la destruction du PCC).

Et c’est cette année-là qu’une fouille archéologique a indiqué à Xi Jinping la bonne direction. Et c’est aussi cette année-là, où un événement très important s’est produit en Chine, qui a failli pousser Xi Jinping dans la bonne direction. Mais finalement Xi Jinping était perdu dans sa soif de pouvoir et s’obstinait à aller dans la mauvaise direction.

Devant deux évènements majeurs, Xi Jinping a raté sa chance en 2015, peut-il saisir la dernière en 2023 ?

Le jour du Nouvel An 2015, peu après la destitution du fils de Jiang Zemin, Jiang Mianheng, et alors que Xi Jinping s’apprêtait à frapper Zeng Qinghong et Jiang Zemin, les médias chinois ont rapporté que deux énormes pierres à l’image de crabe et de crapaud pesant au total environ 20 tonnes avaient été déterrées sous une ancienne maison du comté de Gao, ville de Yibin, dans le Sichuan.

Le média chinois West China City Daily a rapporté le 9 janvier 2015 que pendant le Nouvel An 2015, près du dortoir de l’école primaire Zantan du comté de Gao, l’excavateur creusait un bassin d’ornement lorsqu’il a déterré deux blocs rocheux ayant la forme étrange d’un crapaud et d’un crabe.

Selon les ouvriers de la construction présents sur le site, ils ont déterré les rochers et ont immédiatement commencé à les creuser manuellement, puis les images de crabe et de crapaud géants sont apparues progressivement. Les deux sculptures en pierre mesuraient plus d’un mètre de haut avant d’être entièrement excavées, et le poids de chaque rocher était estimé à plus de 10 tonnes, ce qui a surpris tout le monde à l’époque. La nouvelle s’est répandue et les résidents locaux et les gens du quartier sont venus voir ce qui se passait.

On raconte que la zone où se trouvent les deux rochers était autrefois le jardin arrière d’un manoir local d’un grand propriétaire du nom de Min, et que les deux statues de pierre ont été placées contre la montagne, toutes deux étant des statues solides.

Selon une légende en Chine, Jiang Zemin était la réincarnation d’un crapaud, et Zeng Qinghong d’un crabe. Et c’est ainsi : leur esprit, l’un est un crapaud et l’autre un crabe, comme en témoignent leur comportement et leurs images. Jiang Zemin et Zeng Qinghong sont les dirigeants de la faction Jiang du Parti communiste chinois, et sont également les principaux responsables de la « faction des assassins » dans la persécution du Falun Gong. Ensemble, ils ont commis un grand crime.

Par conséquent, le jour du Nouvel An 2015, au moment où Xi Jinping s’apprêtait à arrêter des hauts fonctionnaires corrompus tels que Zeng Qinghong et Jiang Zemin, ces deux statues géantes en pierre représentant un crapaud et un crabe ont été déterrées, transmettait un message vraiment extraordinaire. Ce n’est pas une coïncidence, mais un acte de Dieu. Cela signifie que Jiang-Zeng a été déterré ensemble. Les cieux ont averti Xi Jinping de suivre la volonté des cieux, de faire tomber Jiang-Zeng et de mettre fin au PCC.

En outre, un autre événement bouleversant s’est produit en 2015 pour pousser Xi Jinping dans la bonne direction. En mai 2015, les pratiquants de Falun Gong du monde entier ont lancé la campagne de porter plainte contre Jiang Zemin. Plus de 200 000 pratiquants de Falun Gong chinois et leur familles ayant souffert de la persécution par le PCC ont publiquement poursuivi Jiang Zemin, le coupable de la persécution du Falun Gong par le PCC, en leurs propres noms auprès du Parquet suprême et de la Cour suprême, pour suivre le courant historique de la destruction de Jiang-Zemin et du PCC. Ce phénomène céleste a offert une opportunité à Xi Jinping pour faire tomber Jiang-Zeng et dissoudre le PCC.

Cependant, au moment le plus critique, Xi Jinping est devenu obsédé par son désir de pouvoir. Il a finalement choisi de préserver le Parti et s’est compromis en privé avec les forces de Jiang-Zeng pour cesser d’arrêter les grands fonctionnaires corrompus. Depuis lors, son destin a dégringolé, il est devenu un personnage scandaleux que tout le monde méprise. Il a ruiné les bonnes cartes qu’il avait en main et s’est poussé pas à pas au bord de l’extinction.

Maintenant que Jiang Zemin, le malfaiteur principal, purge certainement, après sa mort, la peine décidée par les Cieux, la grande élimination du parti communiste chinois et de ses partisans semble également battre son plein. C’est peut-être la dernière chance laissée à Xi Jinping, et le temps presse. S’il persiste à suivre la politique lancée par le PCC et Jiang Zemin, les Cieux pourraient lui réserver une fin terrible. Si vous ne le croyez pas, attendez pour voir.

Rédacteur Yi Ming
Collaboration Charlotte Clémence

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.