Press "Enter" to skip to content

Bien-être. Les destins s’inversent instantanément quand la bonté prévaut

SANTÉ > Bien-être

Il arrive que l’on se remette soudainement et de manière inattendue d’une maladie grave, et nous pensons qu’il s’agit d’un événement fortuit, mais dans la culture traditionnelle chinoise, rien n’arrive « par hasard » – il y a toujours une raison derrière. Comment le destin d’une personne peut-il s’inverser ?

Dans la Chine ancienne, les gens croyaient que les dieux étaient conscients de toutes les pensées de chacun, qu’ils bénissaient ceux qui avaient de bonnes pensées et punissaient ceux qui avaient de mauvaises pensées. Souvent, une seule pensée peut entraîner un changement miraculeux, comme nous pouvons le constater dans les récits suivants.

Le destin a changé après une pensée bienveillante

À la fin de la dynastie Qing, un homme nommé Wei Yu (1860-1927) excellait en calligraphie et en musique. Il était également doué pour les arts martiaux. Faisant partie des rares candidats ayant réussi l’examen provincial du système d’examen impérial de la Chine en 1885, il a été le secrétaire du gouverneur de Liangguang (兩廣總督Liangguang Zongdu), et l’un des huit vice-rois régionaux pendant les deux dernières dynasties de la Chine impériale, les dynasties Ming et Qing.

Wei a commencé à apprendre les arts martiaux dès son jeune âge et, à l’adolescence, il était réputé pour être à la fois courageux et bienveillant. Mais au cours de ses premières années, son destin balançait entre deux trajectoires opposées, et son brillant avenir aurait pu facilement être perdu.

Lorsqu’il s’est présenté à l’examen impérial à l’automne 1882, il a croisé un diseur de bonne aventure nommé Guang Wen, qui était particulièrement doué pour lire à travers les traits du visage d’une personne et prédire son avenir. Guang a dit à Wei qu’il voyait la possibilité d’un malheur et qu’il était convaincu que Wei échouerait à l’examen.

Comme prévu, Wei échoua à l’examen, déprima et commença à boire. Une vieille femme malveillante nommée Qi raconta à tout le monde son mauvais comportement. Wei, furieux, voulut se venger.

Une nuit, il se rendit dans le quartier de la femme avec l’intention de brûler sa maison. Quand il vit qu’elle avait beaucoup de voisins pauvres dans des maisons en bois, il changea d’avis. « Bien que cette femme soit abominable », soupira-t-il, « je ne peux pas laisser ma colère ruiner ses voisins. » Il renonça à son projet.

Trois ans plus tard, en 1885, Wei se présenta à nouveau à l’examen impérial. Et encore une fois, il rencontra en chemin Guang Wen. Guang Wen fut très surpris après avoir étudié son visage. « Comme c’est étrange », a-t-il dit. « Ton visage a changé. Non seulement ton malheur a été éliminé, mais tu vas réussir l’examen impérial. Tu as dû faire quelque chose de bien. Qu’était-ce donc ? »

Il apprit comment Wei avait abandonné ses plans de vengeance sur la vieille femme en considérant les familles pauvres voisines, auxquelles il ne voulait pas nuire. Guang Wen a dit : « Cette pensée a sauvé de nombreuses vies, et la tienne a changé en conséquence. »

Wei a réussi l’examen impérial cette année-là, il est devenu par la suite un bon ami de Cao Rulin, vice-ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Beiyang.

Un ancien proverbe chinois dit que « la chance accompagne l’homme dont les pensées sont justes, tout comme le malheur suit l’homme aux pensées mauvaises, malhonnêtes ou impures ». Ce principe est également valable à l’époque moderne.

Des maladies chroniques disparaissent après avoir manifesté son soutien à une foi juste

Mme Zhang, la soixantaine, vivait dans un village de la ville de Mengying, dans la province du Shandong. Elle souffrait de douleurs chroniques dans le dos depuis de nombreuses années. De plus, son dos était couvert de petites bosses qui la démangeaient et la faisaient souffrir.

Les voisins de Mme Zhang, un couple d’âge moyen, avaient reçu une énorme amende en raison de la pratique spirituelle de l’épouse. Le Falun Dafa, également connu sous le nom de Falun Gong, est une pratique d’amélioration de l’esprit et du corps. Elle comprend des exercices aux mouvements lents et doux et une méditation, qui sont très efficaces pour améliorer la santé. La pratique améliore également le caractère moral, en suivant les principes de vérité, de compassion et de tolérance.

Les destins s’inversent instantanément quand la bonté prévaut
Les pratiquants de Falun Dafa sensibilisent le public à la persécution dont ils font l’objet en Chine depuis juillet 1999 et qui a coûté la vie à d’innombrables pratiquants. (Image : longtrekhome / Flickr / CC BY 2.0)

Parce que la pratique est devenue largement populaire, avec environ 100 millions de personnes qui apprennent le Falun Dafa en Chine, le Parti communiste chinois a commencé une persécution brutale et à diffuser de fausses informations pour susciter la haine contre les pratiquants. Ce mari était donc souvent en colère contre sa femme et l’agressait verbalement si fort que leur voisine, Mme Zhang, l’entendait très clairement. Elle voulait aider mais ne savait pas comment.

Un jour, alors que le mari criait à nouveau sur sa femme, Mme Zhang ne pouvant plus le supporter, s’est rendue chez eux. À ce moment-là, l’épouse partait travailler dans les champs de la famille.

Mme Zhang dit au mari avec gentillesse : « S’il vous plaît, calmez-vous et écoutez-moi. Il n’est pas bon pour vous de maltraiter votre femme devant vos grands enfants. Pensez à la mauvaise santé qu’elle avait auparavant – elle ne pouvait même pas accomplir de simples tâches ménagères, mais regardez-la maintenant. Après avoir commencé la pratique du Falun Dafa, elle a retrouvé sa santé et peut même effectuer toutes les tâches ménagères en plus du travail dans les champs. »

Le mari ronchonnait encore : « Comment puis-je ne pas être en colère ? Une année entière de dur labeur ne suffira pas à payer son amende. » Mme Zhang a poursuivi : « Mais ce n’est pas la faute de votre femme. Ce sont les autorités qui extorquent de l’argent à des personnes innocentes. »

« Réfléchissez. Depuis que votre femme pratique le Falun Dafa, elle n’a jamais répliqué quand elle était insultée ou frappée, quand elle était attaquée, n’est-ce pas ? Et avec toutes ses maladies disparues, avez-vous pensé à l’argent qu’elle a économisé pour vous ? Regardez-moi. J’ai dépensé une fortune en traitements au fil des ans, mais ma santé ne s’est pas du tout améliorée. C’est comme si j’avais jeté mon argent par la fenêtre. »

Les paroles sincères de Mme Zhang ont rendu le mari sans voix, et sa colère s’est dissipée. Pendant que Mme Zhang parlait, elle s’est inconsciemment tenue plus droite qu’elle ne l’avait fait depuis des années. De retour chez elle, elle s’est rendu compte que toutes les bosses douloureuses et les démangeaisons sur son dos avaient disparu.

À la fois heureuse et confuse, elle est ensuite partie retrouver la femme pour lui demander si elle pouvait lui expliquer ce qui s’était passé. La femme a souri et a dit : « Je me demandais pourquoi mon mari avait soudainement changé d’attitude. Merci beaucoup ! Ce qui vous est arrivé ne me surprend pas. Puisque vous avez eu le courage de prendre la parole pour un pratiquant de Falun Dafa malgré la persécution, vous avez été bénie. »

Les destins s’inversent instantanément quand la bonté prévaut
La pratique spirituelle du Falun Dafa, avec ses exercices simples, mais puissants, a gagné en popularité et s’est répandue dans le monde entier, tandis que la persécution des pratiquants en Chine se poursuit à ce jour. (Image : wikimedia / long trek / CC BY 3.0)

La nouvelle que Mme Zhang a été guérie après avoir pris la défense d’un pratiquant de Falun Dafa s’est rapidement répandue dans tout le village, qui s’exclame volontiers : « Le Falun Dafa est tellement incroyable ! »

Rédacteur Swanne Vi

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.