Press "Enter" to skip to content

Bien-être. Confinement : réflexions sur l’isolement

SANTÉ > Bien-être

L’univers est un corps dont le mécanisme est parfaitement équilibré : la perte et le gain, le bien et le mal, la beauté et la laideur, le yin et le yang lui appartiennent et interagissent précisément en Lui. (Image : Alexas_Fotos / Pixabay)

Nous sommes amenés à beaucoup réfléchir en cette période spéciale de calme, et surtout de confinement. Voici un beau témoignage sur les êtres humains et leurs valeurs.

Une nouvelle journée commence, la lumière du soleil pénètre dans la pièce à travers les rideaux. Les pies chantent des mélodies gracieuses, qui résonnent dans le silence inhabituel. J’ouvre les yeux mais je ne me hâte pas de sortir du lit pour me préparer et partir au travail. Pas aujourd’hui ! Aujourd’hui, je ne passerai pas une heure à attendre aux feux de circulation pour rejoindre l’école et une autre heure pour rentrer chez moi. Aujourd’hui n’est pas une journée normale, elle est différente de celles que j’ai connues jusqu’à présent.

Nous sommes en 2020, le monde entier est en quarantaine en raison d’une pandémie et ce n’est pas de la fiction. Un virus mortel, dont l’existence été dissimulée pendant des semaines par le régime communiste chinois, a fait son apparition à Wuhan, en Chine. Il se développe à grande vitesse dans le monde entier, infectant, tuant et provoquant la panique. Certains endroits sont plus touchés que d’autres et, malheureusement, en tête de liste, se trouve mon Italie bien-aimée et où ceux que j’aime mènent une bataille acharnée contre un ennemi invisible qui attaque les poumons à travers les voies respiratoires et a déjà fait de nombreuses victimes.

Tout en sirotant mon café, perdue dans mes pensées, je regarde à l’extérieur à travers les grandes fenêtres : Tous les jardins du quartier sont remplis de fleurs et d’une végétation luxuriante. J’ai toujours aimé l’automne en Australie car il ressemble vraiment au printemps en Italie. Chaque année, la nature épanouie nous rappelle, avec sa beauté puissante, que la vie ne peut pas s’arrêter. Je regarde le ciel bleu azur : la vérité est qu’au-delà de l’obscurité, il y a toujours la lumière.

Chaque année, la nature épanouie nous rappelle, avec sa beauté puissante, que la vie ne peut pas s’arrêter. (Image : Laura Cozzolino)
Chaque année, la nature épanouie nous rappelle, avec sa beauté puissante, que la vie ne peut pas s’arrêter. (Image : Laura Cozzolino)

Malgré ce qu’il nous montre en surface, l’univers est un corps dont le mécanisme est parfaitement équilibré : perte et gain, bien et mal, beauté et laideur, Yin et Yang lui appartiennent et interagissent précisément en Lui.

Nous avons souvent l’impression que trop d’actions injustes restent impunies et nous sommes habitués à assister à toutes sortes de mauvaises actions. Il y a de nombreuses années, j’ai atteint un stade où je me sentais désespérée, le cœur brisé et impuissante. Je pouvais voir que le monde était rempli de saleté, de corruption, de cruauté et de violence. Les êtres humains manquaient de compassion les uns envers les autres et détruisaient progressivement l’environnement. Je ne pouvais pas comprendre pourquoi cela se produisait, ni comment inverser la tendance dans laquelle nous étions tous entraînés. Dans ma quête de réponses, je suis parvenue à aborder les choses sous un angle différent , une perspective inhabituelle pour la plupart des Occidentaux, mais assez courante dans les cultures orientales.

Ayant grandi dans une famille catholique, j’avais maintes et maintes fois entendu dire que tout ce qui arrivait avait une raison, que Dieu connaissait cette raison, et que la solution se trouvait dans la foi. Même si j’étais d’accord avec cette idée, je sentais qu’il manquait quelque chose.

D’innombrables actes de bonté font l’actualité et se répandent sur les réseaux sociaux. Les voisins déposent des notes dans les boîtes aux lettres des uns et des autres pour venir en aide à ceux qui en ont besoin. (Image : Laura Cozzolino)
D’innombrables actes de bonté font l’actualité et se répandent sur les réseaux sociaux. Les voisins déposent des notes dans les boîtes aux lettres des uns et des autres pour venir en aide à ceux qui en ont besoin. (Image : Laura Cozzolino)

Les bouddhistes croient au karma, l’équivalent du péché dans les religions occidentales, y compris dans le christianisme. Selon ces religions, les mauvaises actions sont pardonnées par le repentir, alors que pour l’école de Bouddha, le karma est en réalité une matière noire et doit être remboursé. Cela se produit au cours des nombreuses vies du cycle de réincarnations d’un être sensible. Tout d’un coup, j’ai pu voir que cela avait un sens. Oui, il y a un plan supérieur, mais le destin est également déterminé par les relations karmiques et les choix individuels. Derrière toutes les difficultés, il y a des raisons karmiques que l’on ne peut pas toujours voir, quelque chose qui doit être payé et qui pourrait provenir de nos vies antérieures. Vous ne pouvez pas changer le plan divin, mais en faisant de bons choix, vous pouvez vous améliorer, éliminer le karma et accumuler de la vertu, et vous serez récompensés pour vos bonnes actions. Votre environnement entier bénéficiera du processus.

Cette perspective, que j’ai simplifiée et abrégée, m’a aidée à accepter et à comprendre de nombreux événements douloureux de la vie que je considère maintenant comme des opportunités d’apprentissage et des tests pour m’améliorer. C’est aussi ainsi que j’ai commencé à vivre selon les valeurs universelles du Falun Dafa, une voie de cultivation de l’école de Bouddha, basée sur la vérité, la compassion et la tolérance.

Pour en revenir au moment délicat que nous traversons actuellement, j’ai entendu beaucoup de gens dire que l’univers avait enfin sa revanche et reprenait ce que nous lui avions volé. D’autres sont convaincus que notre mère nature et le divin punissent l’humanité pour son arrogance et ses années de mauvaises actions répétées. Pour certains, qui n’acceptent que des connaissances scientifiques, ces considérations sont invraisemblables et une pure superstition, tandis que d’autres peuvent y voir une part de vérité et se tourner vers Dieu pour obtenir de l’aide. Bien que nous soyons tous différents, tout le monde est capable de voir comment le positif et le négatif, le bien et le mal interagissent ici, sous nos yeux, nous permettant de réévaluer et de repenser nos modes de vie, ainsi que notre relation à nous-mêmes et avec les autres.

Malgré la situation, nombreux sont ceux qui redécouvrent le lien familial, la joie de préparer et de partager sans se hâter un repas fait maison, ainsi que le soulagement de ne pas exister uniquement pour «produire». (Image : Laura Cozzolino)
Malgré la situation, nombreux sont ceux qui redécouvrent le lien familial, la joie de préparer et de partager sans se hâter un repas fait maison, ainsi que le soulagement de ne pas exister uniquement pour « produire ». (Image : Laura Cozzolino)

Tous ces gestes quotidiens que nous tenions pour acquis jusqu’à présent, comme les câlins, les baisers et les poignées de main, sont devenus un danger pour notre santé, revêtant une toute nouvelle signification. Je me demande si les gens vont revenir à la tradition et retrouver les gestes de révérence. D’une part, les gens restent éloignés les uns des autres, craignant d’être infectés, tandis que d’autre part, les communautés découvrent un nouveau sens de la solidarité. D’innombrables actes de bonté font l’actualité et se répandent sur les réseaux sociaux. Les voisins déposent des notes dans les boîtes aux lettres des uns et des autres pour venir en aide à ceux qui en ont besoin, le café, la nourriture et l’épicerie sont offerts pour que ceux qui ont perdu leur emploi puissent trouver un réconfort, les clients soutiennent les entreprises locales, qui ont du mal à se maintenir à flot en raison des mesures extrêmes prises pour ralentir la pandémie.

Les gens sont confinés chez eux et certains trouvent cela particulièrement difficile, en raison de leur situation personnelle ou simplement de leur incapacité à s’assumer eux-mêmes. D’autres, au contraire, éprouvent un sentiment de soulagement et de joie. C’est pour eux l’occasion de se poser et de réfléchir, de renouer avec leur nature humaine, leurs familles et peut-être avec le divin, de méditer, de lire et de consacrer du temps à leurs passe-temps favoris. Pour ce deuxième groupe, l’immobilité est un voyage intérieur, une bénédiction et une opportunité de rechercher la vérité.

Comme l’histoire le révèle, au cours des siècles, il y a eu des pandémies, des catastrophes naturelles et la chute de nombreuses civilisations glorieuses, mais notre génération actuelle, habituée à voyager partout sans frontières ni limitations, n’a jamais connu quelque chose de similaire. Tout d’un coup, les frontières des pays sont fermées et des murs invisibles et insurmontables séparent les gens. Les villes et les États sont sous la responsabilité de l’armée, qui punit les citoyens qui osent sortir sans raison valable, comme pour acheter des produits d’épicerie ou des médicaments, aller chez un médecin ou promener le chien près de leur domicile. Mais malgré cette situation, beaucoup redécouvrent les joies de la famille, d’un repas fait maison en prenant son temps, ainsi que le soulagement de ne pas exister juste pour « produire ».

Soudain, les frontières des pays ont été fermées et des murs invisibles et insurmontables séparent les gens. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Soudain, les frontières des pays ont été fermées et des murs invisibles et insurmontables séparent les gens. (Image : Capture d’écran / YouTube)

Tandis que les humains se replient, la nature à l’extérieur, pendant ce temps, est florissante et prospère. Des canards, des porcs, des cerfs et des animaux sauvages ont été photographiés en train d’explorer les villes et les villages désertés, tandis que des poissons remplissent les eaux désormais non polluées du monde entier. Au-dessus de nous, en toile de fond, le ciel est plus bleu que jamais.

Dans cette situation surréaliste, nous réalisons peut-être que nous sommes peu de chose et nous nous demandons ce que l’avenir nous réserve. L’espoir est pour un changement positif, pour notre capacité à utiliser les événements actuels comme une leçon et un rappel sur la façon d’être plus humain et peut-être de redécouvrir le divin. Comme je le dis toujours, nous ne pouvons que « surfer sur la vague », mais on nous donne des options et c’est à nous de faire les bons choix, pour nous-mêmes et pour ceux qui nous entourent.


Rédacteur Alex André

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.