Press "Enter" to skip to content

Bien-être. Buchu : herbe miracle et plante indigène d’Afrique du Sud

SANTÉ > Bien-être

L’« herbe miracle » d’Afrique du Sud, Agathosma Betulina, ou buchu, est une ressource naturelle. Parfois appelé « le premier docteur du Cap », buchu est une plante indigène qui se trouve uniquement dans la région du Cap occidental en Afrique du Sud.

Cette plante aromatique est connue pour son parfum typiquement sucré et citronné, ses propriétés médicinales et sa capacité à produire des huiles essentielles de qualité supérieure. C’est un produit commercial précieux connu depuis des siècles. Ainsi, huit paquets de feuilles de buchu ont été répertoriés parmi les éléments se trouvant à bord du Titanic.

Membre apprécié du royaume floral du Cap et plante indigène, l’arbuste est protégé par les parcs nationaux d’Afrique du Sud (SANParks), le Western Cape Nature Conservation Board (CapeNature) et l’Eastern Cape Parks and Tourism Agency.

Une plante indigène intégrée au patrimoine Khoïsan

La valeur médicinale du buchu a été reconnue pour la première fois par les Khoïsan, un groupe ethnique, non bantou, qui comprend à la fois les San (chasseurs-cueilleurs) et les Khoikhoi (éleveurs).

Selon les archéologues, les Khoïsan vivent en Afrique du Sud depuis environ 2 300 ans. Leurs peintures rupestres et leurs outils sont parmi les plus anciens au monde. Bien qu’une grande partie de l’art rupestre reste non identifiée sur des propriétés privées, et qu’une autre a été endommagée par des graffitis, ou volée et vendue à des acheteurs archéologiques.

Buchu : herbe miracle et plante indigène d’Afrique du Sud
Photo du peuple Khoisan de la série Once We Were Hunters qui explore la question de savoir comment les peuples autochtones d’Afrique pourraient et devraient bénéficier des ressources qu’ils ont conservées pendant des centaines d’années. (Image : wikimedia / Paul Weinberg / CC SA 3.0) 

Des dossiers documentés montrent que les San avaient une capacité remarquable à prospérer dans des environnements secs ou hostiles. Leurs compétences en matière de pistage d’animaux et de chasse étaient superbes. Beaucoup étaient des herboristes experts qui utilisaient des remèdes naturels pour traiter et guérir un large éventail de maladies.

Buchu comme médecine

Cette plante indigène contient une huile volatile (jusqu’à 2,5%, contenant du diosphénol, du limonène, du menthol et du camphre), du glycoside (barosmine), des flavonoïdes : dont la diosmine, la rutine, l’hespéridine, la quercétine et ses dérivés), du mucilage, de la résine, des vitamines B et des tanins. La valeur médicinale du buchu est incontestable.

Dans la médecine du Cap, l’ eau-de - vie de buchu est utilisée comme tonique, pour traiter et guérir presque tous les problèmes de santé. Cette herbe miracle a également été reconnue en Europe et en Amérique du Nord, où elle est utilisée sous diverses formes à des fins médicinales.

L’huile de buchu bénéficie d’une renommée internationale pour ses propriétés anti-inflammatoires et ses agents antibactériens, antifongiques et antimicrobiens.

Un tonique diurétique, extrait de cette plante indigène, est utilisé pour de nombreux problèmes urinaires et gynécologiques, ainsi que pour la perte de poids. Ce tonique est également jugé efficace dans le traitement des rhumatismes et de la goutte.

Les feuilles de buchu infusées dans de l’huile ou un baume servent de désinfectant naturel et d’analgésique. Tandis que le buchu au vinaigre agit comme un antiseptique cicatrisant sur les plaies. Les herboristes utilisent le buchu pour traiter les douleurs prémenstruelles et les ballonnements.

Cette plante indigène est également excellente pour traiter les infections de la prostate, la cystite, la gonorrhée, l’impuissance et le faible nombre de spermatozoïdes.

Pour obtenir les bienfaits naturels de la plante aromatique, les feuilles de buchu peuvent être infusées dans des jus ou des aliments, ou consommées sous forme de thé. Le buchu ajouté aux conserves libère un puissant mélange de menthe et de cassis, une saveur unique de fynbos : une formation végétale caractéristique de l’Afrique du Sud.

La cosmologie san et le buchu

Les Khoïsan accordent une grande importance à l’odorat. L’odeur forte du buchu est associée à la transformation physique et mentale.

Selon le folklore traditionnel san, le parfum du buchu transmet les pouvoirs médicinaux de l’herbe au corps, à travers les oreilles, le nez, la bouche et les pores de la peau, encourageant l’intérieur du corps à être au « bon endroit ».

Les herboristes san utilisaient le Buchu non seulement pour soulager les maux, mais aussi pour éveiller le corps en ouvrant les sens. En tant que chasseurs-cueilleurs, les San devaient avoir une conscience accrue : la capacité de rester immobile et réceptif à leur environnement. Ce puissant médiateur énergétique était utilisé en aromathérapie et dans les rites.

Dans sa thèse sur la symbologie de l’art rupestre, Siyakha Mquni suggère que les arbres et les plantes agissent comme des médiateurs cosmiques symboliques. Le folklore khoisan enseigne que tout ce qui est créé a différents degrés d’intensité surnaturelle. Ainsi, les arbres et les plantes sont des êtres supérieurs qui se font connaître par leur parfum.

Les Khoïsan considèrent le cosmos comme un « flux » d’énergie, par opposition à une simple collection d’objets. En abandonnant le « soi », une fusion avec ce qui est au-delà de soi se produit.

Si le buchu peut faciliter ce flux, c’est peut-être exactement ce dont l’humanité a besoin pour voir à travers les forces déroutantes et corrompues qui détruisent la société aujourd’hui.

Rédacteur Clara Chen

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.