La peste noire : le châtiment de Dieu

Par Vision Times
Le 21/02/2020
Un «médecin de peste» était un médecin qui soignait les victimes de la peste bubonique. En période d’épidémie, ces médecins étaient spécifiquement engagés par les villes touchées par la peste. Comme la ville payait leur salaire, ils soignaient tout le monde : les riches comme les pauvres. (Image : allthatsinteresting.com)
Un «médecin de peste» était un médecin qui soignait les victimes de la peste bubonique. En période d’épidémie, ces médecins étaient spécifiquement engagés par les villes touchées par la peste. Comme la ville payait leur salaire, ils soignaient tout le monde : les riches comme les pauvres. (Image : allthatsinteresting.com)
 

La peste noire, également connue sous le nom de grande peste ou peste bubonique, est le nom donné à une pandémie qui a fait rage dans le monde médiéval des XIVe et XVe siècles. La peste s’est rapidement propagée, causant la mort d’au moins 75 millions de personnes. Elle a atteint son paroxysme entre 1347 et 1351.

Certains historiens estiment que jusqu’à 200 millions de personnes ont péri dans des pays allant de l’Espagne à la Russie, en passant par le sud jusqu’à la Syrie. Toute l’Europe a été touchée par la peste, la France et l’Angleterre ont perdu près de la moitié de leur population. Le bilan des victimes est bien plus lourd que celui de la guerre de Cent Ans.

L’un des récits les plus complets de la peste noire sur le plan historique est tiré de la Cronaca Fiorentino di Marchionne di Coppo Stefani (en français : Chronique Fiorentine de Marchionne di Coppo Stefani). Marchionne di Coppo Stefani a survécu à la peste qui a ravagé Florence. Il a écrit : «Les symptômes étaient les suivants : un bubon à l’aine, là où la cuisse rejoint le tronc, ou un petit gonflement sous l’aisselle, une fièvre soudaine, des crachats de sang et de salive. Aucune des personnes qui crachaient du sang n’y survivait. C’était une chose tellement effrayante que, comme on le disait, lorsqu’une telle personne entrait dans une maison, personne n’y restait. Les gens effrayés abandonnaient la maison et s’enfuyaient vers une autre».

 

Peinture du XIVe siècle représentant un enterrement massif de victimes de la peste dans la ville de Tournai. (Image : wikimedia / CC0 1.0)
Peinture du XIVe siècle représentant un enterrement massif de victimes de la peste dans la ville de Tournai. (Image : wikimedia / CC0 1.0)
 

Cette prédiction correspondait, par coïncidence, à la conclusion de l’astrologue Geoffrey de Meaux : «Les comètes apparues en 1315 et 1337, ainsi que la conjonction de Jupiter et Saturne en 1325, ont toutes prédit la peste noire qui a suivi». La pensée philosophique basée sur les enseignements d’Aristote et d’autres a présenté les comètes comme indicateurs ou prédicteurs d’événements futurs.

La Grande Peste s’est répandue comme une traînée de poudre dans toute l’Europe, et les réactions des gens ont été diverses. Certains ont saisi le temps pour profiter de leurs derniers plaisirs, certains ont prié Dieu et certains ont quitté la société laïque, d’autres encore se sont occupés des malades sans tenir compte du risque d’attraper la maladie.

En fait, beaucoup de gens à l’époque croyaient que l’humanité était profondément pécheresse. Leur péché originel ne pouvait pas être pardonné et ils ont continué à accumuler de nouveaux péchés tout au long de leur vie. C’est pourquoi la peste noire était considérée comme une punition de Dieu.

Cependant, les personnes en proie à la peur n’ont pas réfléchi à leurs fautes. Au lieu de cela, beaucoup de gens ont adopté des tactiques extrêmes pour éviter d’attraper la maladie. Entre autres tentatives, de nombreux groupes ont adopté la pratique de l’autoflagellation sévère. Croyant que le fait de se punir eux-mêmes les aiderait à échapper au jugement de Dieu, les flagellateurs se flagellaient férocement.

 

Œuvre d’art médiévale représentant des flagellants qui se fouettent pour conjurer la peste noire. (Image : weebly.com)
Œuvre d’art médiévale représentant des flagellants qui se fouettent pour conjurer la peste noire. (Image : weebly.com)
 

Mais ce n’était pas ce que Dieu voulait et ces actions n’ont eu aucun effet lors de la propagation de la Grande Peste. Au Moyen-Âge, l’Église était surtout préoccupée par les formalités, l’argent, la politique et le pouvoir. Pendant l’épidémie de peste noire, le clergé était occupé à se protéger, à s’isoler des foyers de l’épidémie ou à s’enfuir vers d’autres lieux. Beaucoup ont estimé qu’ils étaient loin d’avoir rempli leur mission.

Miracles pendant la peste noire

La Grande Peste ne semble pas avoir ciblé un groupe spécifique de personnes. Le moyen le plus simple et le plus efficace de prévenir la propagation de l’infection a été de mettre en place une quarantaine. Cependant, il y a eu quelques exceptions notables. Un témoin de la peste de Justinien, bien plus ancienne, qui a sévi de 541 à 767, a déclaré : «Certaines personnes se sont échappées des villes touchées par l’épidémie et sont restées en bonne santé. Mais elles ont propagé la maladie aux foules non infectées. Certaines vivaient parmi les personnes infectées. Elles n’étaient pas seulement en contact avec les personnes infectées mais s’occupaient aussi des morts, mais elles n’étaient pas du tout infectées».

«Certaines personnes ont perdu leurs enfants et leur famille et ont donc voulu les suivre dans la mort. Elles sont restées près des malades avec l’intention d’être infectées. Cependant, à l’inverse, elles sont restées en bonne santé».

Selon Procopius (500 à 560), lorsqu’une personne en bonne santé était infectée, elle développait de la fièvre et avait des hallucinations sous forme d’images de diables et de fantômes. Un autre document de John nous offre un récit similaire : «D’abord, les hallucinations sont apparues, puis un fantôme noir sans tête est apparu. La personne mourrait peu de temps après l’apparition de ganglions lymphatiques enflés ou de bulles noires».

 

Artiste français Nicolas Poussin (1594 ~ 1665), 1630 peinture à l’huile intitulée «La peste d’Asdod». (Image : Wikipédia / CC0 1.0)
Artiste français Nicolas Poussin (1594 ~ 1665), 1630 peinture à l’huile intitulée «La peste d’Asdod». (Image : Wikipédia / CC0 1.0)
 

Un prédicateur a fait un rapport au Pape : «L’étrange image dans le ciel était le prélude de l’apparition de la peste. Une heure plus tard, à midi, le 20 mars 1345, heure à laquelle les trois étoiles se rencontrent au Verseau, sera le symbole de la mort».

La civilisation occidentale a interprété la peste comme étant une punition de Dieu. La culture divine chinoise antique considère que l’humanité est «en harmonie avec la nature». Si la société fait face à un déclin moral et se détourne du divin, elle sera punie. Les fléaux et les tremblements de terre sont des formes de punition acceptées par les anciens comme étant envoyées par Dieu.

La similitude avec les fléaux dans la Chine ancienne

Selon les archives historiques, au cours de la peste sous la dynastie chinoise des Ming, deux voleurs avides avaient prévu de voler les maisons des morts. Un des voleurs, après avoir  volé des objets de valeur, les a jetés à son complice sur le toit. Au moment même où le voleur sur le toit a touché les biens volés, les deux voleurs sont subitement morts de la peste.

Quant à la peste qui s’est propagée à la fin de la dynastie Qing, selon le Dr Wu Lien-the, qui fait des recherches sur la peste, l’agent pathogène provenait de marmottes, également connues sous le nom de marmottes d’Amérique - qui appartiennent à la famille des écureuils. À cette époque, de nombreux hommes d’affaires frauduleux, vendaient la fourrure de la marmotte au même prix élevé que celle de la zibeline, en raison de leur couleur similaire. En 1910, lorsque la peste a éclaté dans le nord-est de la Chine, 2,5 millions de produits en fourrure de marmotte saturaient le marché.


Traduit par Charlotte Clémence

Version en anglais : The Black Death: Punishment From God