Soupes traditionnelles et curatives

Par Vision Times
Le 30/04/2020
De nombreuses recettes de soupes se sont révélées avoir des propriétés antifébriles. (Image : pixabay / CC0 1.0)
De nombreuses recettes de soupes se sont révélées avoir des propriétés antifébriles. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Qu’y a-t-il de plus chaud, de plus réconfortant et de plus fortifiant qu’un généreux bol de bouillon de poule, de bœuf ou de légumes ? Il n’y a pas grand-chose qui le vaille vraiment ! De plus, il existe de nombreuses variétés de bons bouillons ou soupes nutritifs. Un ancien proverbe chinois dit qu’un bon médecin utilise d’abord la nourriture, puis recourt à la médecine.

En 2019, lors d’une enquête menée par le professeur Baum du département des sciences de la vie de l’Imperial College de Londres, il a été demandé à des enfants de différentes origines ethniques de l’école primaire Eden de Londres, d’apporter en classe des recettes de soupes traditionnelles faites maison pour les faire analyser par une équipe d’experts.

Il a été découvert que la plupart des recettes de soupe avaient des propriétés antifébriles avérées. Toutes les recettes de soupe provenaient de pays tels que l’Europe, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. En analysant les ingrédients contenus dans les recettes, l’équipe a également découvert les propriétés d’une herbe chinoise qui existe depuis longtemps, appelée Qinghao. C’est une plante bien connue et on pense qu’elle est très puissante pour combattre la fièvre.

 

Sur les 56 bouillons testés, 5 ont permis d’inhiber 50 % de la croissance du parasite Plasmodium falciparum in vitro. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Sur les 56 bouillons testés, 5 ont permis d’inhiber 50 % de la croissance du parasite Plasmodium falciparum in vitro. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Herbes contre la fièvre

L’herbe Qinghao a été utilisée pendant plus de 2 000 ans dans la Chine ancienne pour traiter la fièvre liée au paludisme. Le célèbre herboriste Li Shizhen, dont le nom est connu de pratiquement toute la Chine, l’avait apparemment personnellement recommandée pour traiter la fièvre. Le médecin était l’auteur du livre vénéré intitulé Bencao gangmu (chinois : 本草綱目) (Le Grand Traité d’herbologie)

La révolution culturelle, qui a duré de 1966 à 1976, a été une période marquée par le chaos et les bouleversements. Le Parti communiste chinois (PCC) a imposé à son peuple une cruauté et une souffrance énormes. Malheureusement, une grande partie des traitements médicaux et des formules à base de plantes chinoises d’origine ainsi que des textes ont été détruits. En 1970, les vertus de plante Qinghao ont été redécouvertes.

La quête du professeur Baum consistait à rassembler les principales recettes de soupe du monde entier qui pourraient inclure des ingrédients non documentés par les scientifiques. L’équipe a été stupéfaite de l’impact sur des maladies graves, de certains des ingrédients contenus dans les soupes. Sur les 56 bouillons testés, 5 ont pu inhiber, in vitro, 50 % de la croissance du P. falciparum, le parasite le plus mortel du monde, et 2 avaient des propriétés comparables à celles d’un médicament anti-paludisme de premier plan. Quatre autres bouillons ont eu une activité de blocage de la transmission de 50 %, ce qui stoppe le développement au stade sexuel du parasite mâle.

 

Dans certains des médicaments anti-paludisme qui se sont avérés efficaces contre les virus, on trouve une molécule appelée chloroquine. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Dans certains des médicaments anti-paludisme qui se sont avérés efficaces contre les virus, on trouve une molécule appelée chloroquine. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

L’équipe a structuré ses conclusions en disant « À une époque où l’on s’oppose de plus en plus à la médecine factuelle, de tels exercices revêtent une grande importance pour éduquer la prochaine génération sur la manière dont les nouveaux médicaments peuvent être découverts, sur la manière dont ils pourraient fonctionner et sur les ressources inexploitées qui existent encore dans la lutte contre les maladies importantes à l’échelle mondiale ».

Remèdes naturels et médecine traditionnelle

Il est intéressant de noter que l’on a récemment découvert qu’il existe des médicaments dérivés de plantes et d’herbes qui ont montré leur potentiel dans le traitement d’infections virales, notamment le virus de l’immunodéficience humaine (VIH).

Il est largement admis que certains des médicaments antipaludéens qui se sont avérés efficaces contre les virus comprennent une molécule appelée chloroquine. La formule est extraite de l’écorce de l’arbre Cinchona. L’artémisinine, extraite du Qinghao (Artemisia annua) s’est avérée être une plante aux propriétés fiables utilisée efficacement pour combattre la fièvre et la malaria. L’arbre à neem (Azadirachta indica) a également des propriétés extrêmement efficaces dans le traitement de la fièvre.

Les cultures traditionnelles recommandent toutes des bouillons pour renforcer l’immunité et des soupes claires et chaudes pour aider à combattre la fièvre. Les soupes, essentiellement chaudes, liquides et nutritives, permettent d’éliminer naturellement les toxines et les déchets de l’organisme.

En ce qui concerne l’herbe médicinale Qinghao, elle est maintenant cultivée à des fins commerciales dans de nombreux pays africains où la malaria est une des principales causes de décès. Communément connue sous le nom d’absinthe douce, l’artémisinine et les dérivés de ce composé sont utilisés comme un médicament antipaludique efficace.


Traduit par Fetty Adler

Version an anglais : What’s in a Bowl? Traditional Soups and Healing Broths