La méditation : un anti-stress et un facteur d’altruisme

Par Christine Modock
Le 29/04/2020
En ce qui concerne les origines de la méditation, il est dit qu’il y a 2500 ans, le bouddha Sakyamuni a transmis la méditation dans la religion bouddhiste. (Image : 4144132 / Pixabay)
En ce qui concerne les origines de la méditation, il est dit qu’il y a 2500 ans, le bouddha Sakyamuni a transmis la méditation dans la religion bouddhiste. (Image : 4144132 / Pixabay)
 

Depuis la nuit des temps l’homme cherche à comprendre le sens de la vie, l’ordre des choses et le monde qui l’entoure. À travers les siècles, l’évolution de la race humaine a connu des changements qui l’ont amenée à découvrir son environnement et sa nature propre.

Au regard des multiples approches philosophiques et scientifiques sur la recherche du moi, la méditation, cette pratique séculaire de la concentration intérieure a toujours été perçue comme une démarche mystérieuse pour parvenir à la tranquillité de l’esprit.

La pratique de la méditation a une histoire de plus de 4 000 ans

La méditation est une véritable culture de l’esprit qui remonte à plus de 4 000 ans, selon des vestiges archéologiques retrouvés dans certaines grottes indiennes. Les premières traces écrites de cette pratique spirituelle et mentale qui favorise le « lâcher prise », datent de 500 av. J.-C.

Les origines de la méditation sont multiples : d’un côté, le Bouddha Sakyamuni, fondateur du bouddhisme, a transmis il y a 2500 ans sa philosophie axée sur la méditation. De l’autre, pour l’hindouisme, la méditation trouve son origine dans les Yoga Sutras de Patanjali au IIème siècle av. J. C.

La pratique méditative se retrouve dans la plupart des religions. Elle est « au cœur de nombreuses pratiques spirituelles ou religieuses comme celles du bouddhisme, de l’hindouisme, du jaïnisme, du sikhisme, du taoïsme, du yoga, de l’islam, du christianisme, ainsi que d’autres formes plus récentes de spiritualité… ». (Wikipédia)

 

Le Dalaï Lama a accepté de participer à une expérience sur la méditation de pleine conscience et le chercheur Richard Davidson a pu observer des effets bénéfiques sur le cerveau, comme la bienveillance et l’altruisme. (Image : John Hain / Pixabay)
Le Dalaï Lama a accepté de participer à une expérience sur la méditation de pleine conscience et le chercheur Richard Davidson a pu observer des effets bénéfiques sur le cerveau, comme la bienveillance et l’altruisme. (Image : John Hain / Pixabay)
 

Les effets de la médiation sur le cerveau

Depuis toujours de nombreux travaux ont été menés pour comprendre le fonctionnement du cerveau humain. Grâce aux technologies les plus avancées, les scientifiques ont effectué de grandes avancées sur le fonctionnement du cerveau, mais n’arrivent pas à comprendre comment nos cellules grises se transforment en un flux d’informations diffuses, captées par nos organes de perception. Il en est de même pour la conscience de l’homme qui demeure l’une des questions les plus énigmatiques pour la science.

Il y a bientôt quarante ans, des neuroscientifiques se sont penchés sur le fonctionnement du cerveau de personnes pratiquant la méditation. Afin de mieux appréhender la dépression, l’anxiété et la peur, les scientifiques ont utilisé les outils de la science moderne pour mesurer les effets de la méditation sur la bonté et la bienveillance.

Cette initiative a été menée en 1980, par le Dr Richard Davidson, professeur de psychologie à l’Université du Wisconsin à Madison, Président-fondateur du Centre de recherche de la santé mentale au laboratoire du Wainsman Center. L’étude a été réalisée sur l’une des personnalités les plus connues au monde : le Dalaï Lama, qui a accepté de se soumettre à cette expérience. Les résultats de l’étude expérimentale ont bouleversé toutes les théories neuroscientifiques connues sur le cerveau.

À partir de l’imagerie cérébrale, le chercheur Richard Davidson a pu observer les divers effets de la méditation sur le cerveau, dont la bienveillance et l’altruisme.

 

Les résultats des analyses ont démontré que la méditation favorise : «le contrôle de l’attention, une meilleure régulation des émotions et une prise de recul intérieure». (Image : Honey Kochphon Onshawee / Pixabay)
Les résultats des analyses ont démontré que la méditation favorise : « le contrôle de l’attention, une meilleure régulation des émotions et une prise de recul intérieure ». (Image : Honey Kochphon Onshawee / Pixabay)
 

Un programme d’étude a donc été effectué sur plusieurs méditants ayant 10 000 heures de pratique. Il a été démontré que le cerveau de ces personnes faisait apparaître une augmentation de l’intensité des ondes gamma. Celles-ci correspondent aux informations qui arrivent dans le cortex cérébral, comme les pensées, les apprentissages et les événements perçus. Les résultats de l’analyse ont démontré que la méditation favorise : « le contrôle de l’attention, une meilleure régulation des émotions, une prise de recul intérieure ». (science-et-vie.com)

Ainsi, le cerveau des méditants pourrait être modifié en profondeur. C’est une découverte fondamentale pour le monde scientifique, qui prouve qu’une activité purement mentale est capable de produire des changements structurels et fonctionnels dans le cerveau. Richard Davidson a d’ailleurs dit au cours de ses observations « Ces individus pratiquant la méditation, sont des chercheurs, qui étudient leur propre esprit, ils étudient leur cerveau en utilisant la méditation comme un microscope ». (pourlascience.fr)

Ainsi, pendant près de 15 ans, plus d’une centaine de méditants bouddhistes, moines et laïques, orientaux et occidentaux, hommes, femmes ont participé à des expériences sur la méditation dans une vingtaine d’universités, dont celle du Wisconsin à Madison, aux États-Unis. Aussi, il a pu être démontré que cette pratique régule les états mentaux pour accéder à une forme d’enrichissement intérieur.

Le scientifique Antoine Lutz, chargé de recherche au Centre de recherche en neurosciences à Lyon, a fait savoir en 2017, que les résultats sur les bénéfices de la méditation ouvrent des perspectives cliniques, pour traiter la dépression. La méditation apporterait : « la stabilité de l’attention, la résistance au stress, l’ouverture aux autres ». (Cortex-mang.net)

Dans notre société actuelle, le stress touche la quasi-totalité des foyers et la « maladie du mal être » se répand partout. L’homme veut aller toujours plus vite, faire face à tous ses besoins, dominer les situations et tirer le meilleur parti de tout. Or vivre ainsi, c’est oublier que l’on évolue en interrelation les uns avec les autres, qui ont eux aussi le droit d’existence. Aussi, des heurts surviennent au travail, dans la famille, dans l’environnement social, et des luttes de pouvoir, d’égo, viennent assombrir le paysage humain et social.

 

De ce fait, on peut changer à n’importe quel moment et à n’importe quel âge. C’est un voyage purement individuel. Il suffit de le vouloir. (Image : 李磊瑜伽 / Pixabay)
De ce fait, on peut changer à n’importe quel moment et à n’importe quel âge. C’est un voyage purement individuel. Il suffit de le vouloir. (Image : 李磊瑜伽 / Pixabay)
 

L’homme est devenu dépendant des anxiolytiques, tandis que la dépression, l’anxiété et la violence s’installent dans presque tous les foyers. Conscients de cela, les chercheurs accordent maintenant beaucoup d’attention aux effets de la méditation et les résultats des études de neuroscience sur l’impact de la méditation vont au-delà de toute espérance. Cette pratique menant à la paix de l’esprit et du corps pourrait-elle devenir un cheminement pour apporter la sérénité et la paix dans la société ?

L’altruisme et la compassion peuvent-elles changer ce monde ?

Il a été prouvé à l’occasion de plusieurs études, que la plasticité du cerveau lui permettait de modeler ses connections en fonction du vécu et de l’environnement. « Le cerveau est un système dynamique qui s’enrichit de ses expériences ». (Sciences.fr). Aussi, les interactions d’une personne avec son environnement physique et social sont primordiales pour son équilibre. Le cerveau a la capacité de modeler ses connexions et de fabriquer des milliers de neurones en fonction des expériences vécues.

De ce fait, on peut changer à n’importe quel moment et à n’importe quel âge. C’est un voyage purement individuel. Il suffit de le vouloir.

 

La médiation peut permettre à chacun de revenir à l’essentiel : à son moi pur, profond, altruiste et bienveillant. Un moi connecté au monde intérieur et à l’Univers. (Image : Welcome to all and thank you for your visit ! ツ / Pixabay)
La médiation peut permettre à chacun de revenir à l’essentiel : à son moi pur, profond, altruiste et bienveillant. Un moi connecté au monde intérieur et à l’Univers. (Image : Welcome to all and thank you for your visit ! ツ / Pixabay)
 

Alors, comment faire pour qu’un groupe, une société, puisse changer ?

Dans les années 1980 et 1981, le neuroscientifique Richard Davidson a tenté une expérience sur des enfants de 4 à 5 ans, visant à développer leurs sentiments d’empathie et d’altruisme envers les autres. Dans plusieurs écoles de Madison (USA), des séances de méditation ont été programmées sur une période de 6 mois, pour les élèves et les enseignants. Il s’est avéré que dans les écoles où la méditation avait été pratiquée, il y a eu une diminution des conflits et une hausse des comportements généreux et altruistes. Les jeunes enfants centrés sur eux-mêmes au tout début, sont devenus plus généreux et plus ouverts au monde. Cette expérience a été étendue dans les collèges de quartiers dits « criminogènes » et les résultats ont été identiques. Les adolescents ont pu s’ouvrir à l’altruisme et afficher des émotions positives envers les autres.

La souffrance crée l’isolement et la dépression. L’altruisme et la compassion ouvrent le cœur et rendent heureux. Alors comment étendre cet élan de gentillesse à toute une société, à un Etat ?

À l’époque Richard Davidson avait proposé de poursuivre son expérience, aux élus, aux hommes d’affaires, aux hommes d’Etat. Mais, en raison de leurs multiples occupations, cette proposition n’a pas été retenue. Et, pourtant cette démarche a une importance capitale dans le contexte actuel !

Nous savons que l’altruisme et la compassion sont des vertus que le Parti communiste chinois (PCC) combat depuis son arrivée au pouvoir en 1949. Depuis de nombreuses années les méditants bouddhistes, les moines tibétains, les pratiquants de Falun Gong et les Ouigours font l’objet d’arrestations et de persécution par le gouvernement chinois, pour leur croyance basée sur les principes de bienveillance et de compassion. La Chine étant la deuxième puissance financière mondiale, est un « vivier » important pour les autres pays de la planète, et beaucoup d’Etats n’osent s’opposer aux décisions de cette super puissance.

Et pourtant, l’homme aurait besoin de se retrouver dans le tourbillon de cette machine infernale qu’est la vie. La médiation peut permettre à chacun de revenir à l’essentiel : à son moi pur, profond, altruiste et bienveillant. Un moi connecté au monde et à l’Univers.