Une simple décision peut changer votre destin

Texte français : Lia Suzuran
Le 07/05/2019

À l'époque de l'empereur Guanxu de la dynastie Qing, un homme de la province de Jiangsu travaillait dans une société, dans les territoires sous concession de Shanghai. Son honnêteté avait fait de lui un employé de confiance aux yeux de son patron, qui lui avait demandé de collecter l’argent obtenu le jour du festival du bateau-dragon.

 

Fatigué, il s’arrêta dans un salon de thé du district de Huangpu, puis repartit rapidement travailler. (Image: David Leo Veksler via flickr / CC BY 2.0)
Fatigué, il s’arrêta dans un salon de thé du district de Huangpu, puis repartit rapidement travailler. (Image: David Leo Veksler via flickr / CC BY 2.0)

 

Entre le lever du soleil et midi, l’homme ramassa environ 1 800 pièces d’argent. Fatigué, il s'arrêta pour prendre un thé dans le district de Huangpu, puis se dépêcha de regagner son entreprise. À son retour, il découvrit horrifié que son sac en cuir, contenant toutes les pièces, avait disparu. Où était-il? Son patron l’accusa d’avoir volé l’argent et menaça de prévenir les autorités. Ne trouvant aucun argument pour sa défense, l’homme éclata en sanglots.

Un autre homme qui travaillait dans la région avait décidé de quitter son emploi pour retourner dans sa ville natale qui se trouvait de l’autre côté de la rivière Huangpu. En chemin, il s’arrêta à ce même salon en attendant son ferry. Il découvrit le sac à main en cuir sur une table et l’ouvrit. Quelle ne fut pas sa surprise de trouver un grande quantité d’argent à l’intérieur.

 

Entre le lever du soleil et midi, l’homme collecta environ 1 800 pièces. (Image: Flickr / CC0 2.0)
Entre le lever du soleil et midi, l’homme collecta environ 1 800 pièces. (Image: Flickr / CC0 2.0)

 

«Quelle fortune! Cette somme d'argent me permettrait de vivre assez confortablement pour le reste de ma vie», songea-t-il. Mais une autre pensée lui traversa l’esprit: «Une minute! Le propriétaire pourrait perdre sa réputation ou même sa vie s’il ne retrouvait pas cet argent. Je n’aurais jamais la conscience tranquille. Riches ou pauvres, tout est affaire de prédestination. Je ne peux pas prendre ce qui ne m’appartient pas. J’attendrai donc le retour du propriétaire.»

L’homme attendit toute l’après-midi. Il vit enfin deux hommes entrer, suivis d’un troisième homme, très pâle et inquiet. Aucun doute possible: c’était les propriétaires de la bourse.

«Avez-vous perdu votre sac? Je vous attends ici depuis des lustres, leur dit-il avec un sourire.» L’employé laissa échapper un grand soupir de soulagement. «Sans vous, on m’aurait pendu ce soir!» L’homme refusa catégoriquement la moindre récompense. L’employé réfléchit et lui dit: «J’organiserai un festin en votre honneur demain et je vous attendrai.» Ils échangèrent leurs noms et prirent congé.

Le salarié se réjouit de voir l’homme apparaître à la fête le lendemain. Alors qu’il se levait pour lui porter un toast, l’homme l’interrompit et déclara: «Grâce à vous, ma vie est sauve. Je comptais embarquer hier en fin d’après-midi. Ce matin, j’ai appris que le bateau avait échoué. Les 23 passagers ont perdu la vie!»